Aller au contenu principal
Body

SCANDALE

Un médecin violemment agressé par le chef de service du Centre anticancer à Batna

Des médecins du Centre anticancéreux (CAC) et du CHU ont observé un sit-in, le 14 janvier en guise de protestation et de soutien à leur collègue le Dr Ali Benchenine, un jeune maître assistant en anesthésie-réanimation.

Selon nos sources d'informations, le Dr Benchenine en pleine action s'apprêtait à réanimer un enfant souffrant d’un cancer  quand il s’est vu interdire dans le service par le chef de service de réanimation. Pas seulement le jeune B.A a été violemment agressé par ce professeur chef de service du CAC et ses quelques assistants.

Ils ont agi en bande contre ce jeune anesthésiste censé être leur collègue.

En colère, les protestataires venus soutenir le Dr Benchenine, ont indiqué au Matin d'Algérie : “Nous nous élevons toutes et tous contre ces pratiques indignes de notre profession utilisée par certains se croyant au-dessus des lois. De même nous dénonçons cet inqualifiable agression qui a été provoquée par un confrère dont le statut et le grade ne devrait en aucun cas lui permettre de commettre cet acte abject”.

Les protestataires en colère sollicitent en toute urgence une solution adéquate auprès des responsables concernés voire le directeur du CAC, le président  du conseil de l'ordre  des médecins.

Il est à signaler, qu’en dépit des coups et blessures reçus, le jeune médecin en anesthésie-réanimation a tout de même traité et a pu sauver le jeune enfant âgé de sept ans apprend-on.

Le wali a pris la situation en main de source officielle.

Auteur
Abdelmadjid Benyahia
 

Commentaires

Permalien

la doctrine socio-politico-philosophique des cadenas et chaines érigée en doctrine de gouvernance
fait tache!! Elle devient le moyen par excellence de reglement des conflits LA PANACÉE tout usage et tout terrain...

Permalien

il s'agit d"une mentalité dz, faut pas s"étonné , mais croire et apprécier le geste indigne d"un chef de sce

Permalien

Pratique de voyou et non de chef de service. Le jeune maître assistant doit déposer une plainte au commissariat de police pour agression dans l'exercice de ses fonctions et le directeur du CAC doit également se constituer partie civile aux côtés de la victime. Quant au chef de service - voyou, il doit être suspendu de ses fonctions et traduit devant la commission paritaire statuant en matière disciplinaire.

Ajouter un commentaire