Aller au contenu principal
Body

Chronique d'un pays exténué

Une balade pour le président !

C’était un lundi idéal pour une balade sur la place des martyrs. Ni trop froid ni trop chaud. Juste ce qu’il fallait pour se dégourdir des jambes ou dégripper des roues. Le temps idéal pour respirer l’air réconfortant d’Alger et oublier le temps d’une balade, les odeurs d’iode et les parfums d’éther de sa résidence médicalisée de Zeralda.

Le jour parfait pour troquer les « tic-tac » de l’horloge de sa chambre qui compte le temps qui s’écoule, par des « tahya » qui lui souhaitent l’éternité. Vivre encore, pour un petit instant, l’illusion de la sublimité éternelle.

Oui, ce lundi était un beau jour pour une balade ; il lui a permis d’écouter chanter une popularité surfaite et de se rappeler aux souvenirs des foules contrefaites. De humer l’odeur de la poudre et d’entendre tirer en l’air des barouds d’honneur, comme on annonce une défaite.

Bien sûr, les tambours ont roulé à la place des Martyrs. Cela rehausse l’aspect folklorique de la cérémonie. Lui donne son allure solennelle. Permet de bomber torse et ego. Emplis d’une joie percutante. Cela envoûte les esprits sceptiques et chasse les derniers doutes : il se baladera encore président pour cinq ans.

La zorna a retenti aussi. Elle a épaissi la parade. Sans elle, la fête n’est qu’un baptême de pauvres. Elle serait presque un enterrement. Surtout, ne pas évoquer ce qui rapproche de la tombe. Ne parler que d’éternité ou du cinquième mandat. Apporter les «ghaïtas ». Les faire hurler. Il paraît qu’elles éloignent la mort. Elles l’endorment, la trompent comme on berne un serpent. Des serpents, il y en avait sur le chemin du psylle (charmeur de serpents), comblés par la présence de celui qui les dompte.

Oui, tout était parfait. On a même balayé les rues d’Alger de ses déchets et de ses mendiants. Refait une beauté aux arbres, maquillé leurs troncs pollués à la chaux et orné de coiffure afro. On a peint les trottoirs, déployé des milliers de drapeaux et les posters géants.

Les posters ont ceci d’utile qu’ils figent le temps et renvoient une image d’un grand homme debout. Souriant. La main sur le cœur et le cœur sur la main. Magnanime, protecteur, qui plane sur nos têtes comme un dieu.

Oui, c’était une belle journée pour une parade. Pour voir des gens s’incliner et pendre à sa main fragile et décharnée, à ne plus desserrer la poignée. Pendre à un mot, à un battement de lèvre, à une ride, au pli lourd d’une paupière surmenée.

Mais ça restait un jour idéal, pour entrevoir quelques-uns des sept cent mille abonnés du FLN. Un parti crypté, que même les meilleurs décodeurs politiques ne déverrouillent. Un parti où le militant est inscrit aux abonnés absents. L’abonnement ne se paie qu’en youyous ou en cris de ralliement.

Cinq, qu’on faisait de la main en sa direction. Cinq, qu’on l’implorait derrière les barricades à sa sortie de la mosquée Ketchaoua. Et lui, du haut des marches, au loin, songeur, il fixait de ses yeux fatigués, toute cette foule bouillonnante et ses posters froids.

Derrière son vieux regard errant, entre un souvenir coriace de jeunesse et un poster qui l’accroche au présent, entre ces mains qui crient cinq et les youyous qui l'empoignent, la sortie mémorable de ce lundi dans les rues d’Alger, lui ont permis d’oublier le temps d’une balade, les odeurs d’iode et les parfums d’éther de sa résidence médicalisée de Zeralda.

Auteur
Hebib Khalil
 

Commentaires

Permalien

...les gens autour. Ils seront là encore longtemps. Ils n'ont aucune honte, et on tous des têtes louches. On dirait des bandits de grand chemin. C'est eux le système...ils ont coulé le bled hehehe

Permalien

IL N'A PAS FINI DE PAYER LES INSULTES AUX KABYLES ET SES MAGOUILLES POUR ERADIQUER L' AMAZIGHITE.sOUHAITONSLUI LONGUE VIE SUR SON TRONE A QUATRE ROUES.

Permalien

Une laborieuse mise en abyme…Le Théâtre…dans le théâtre…le Masque cadavérique…sur le ciel cadavéreux ! Serait-ce le chant du cygne ?

Permalien

Étant donné que le ridicule n’a pas encore tué assez mais je pense qu’il a fait quelques victimes . Oui la sortie inaugure un 5 eme mandat . Pour cela ils ont concocté les projets à inaugurer pour l.occasion : deux stations de métros réalisées par le français ALSTOM ,la restauration de la mosquée réalisés et financée par les Turc . Aprés sa sera la sage des cités dortoirs construites par les chinois ,des tronçons d.autoroutes des portugais . Puis la planche à billet des algériens . Un pays réduit à fabriquer de l.argent pour financer son quotidien.ça c.est c.est fort .

Permalien

a quelque chose malheur est bon et la triste fin dun imposteur moi simple citoyen pour tout l or du monde je n aimerai etre a sa place cest bizare mais je ressens de la pitie pas pour boutef l imposteur mais pour l etre humain qui tombe dans son propre piege et qui devient la risee du monde ynaal bouha dounya

Permalien

Il a magouillé pendant 56 ans pour avoir un trône , il l'a eu et quel trone mes amis, : un trone roulant et ambulatoire made in Val de Grace sur mesure !!

Permalien

Plus ingrats que cela ses sbirs ne pouvaient pas être. Ils l exhibent partout à tout vent, comme une bête de cirque

Permalien

il accepte malgré lui, d'être exhibé de la sorte, parce que sans eux ils ne resterait pas encore sur le trone auquel il est collé comme une sangsue

Permalien

Triste ce théatre de marionettes débiles qui ne trompe personne

Permalien

Magouilleur et intrigant de première, il est dans tous les complots qui ont visé ce pays et il aime à en mourir le pouvoir et il finit comme un "animal sauvage" que l'on exhibe dans un zoo ou cirque.

Il n' a pas fini de payer tous les coups tordus qu'il a asséné à ce pays et à son peuple et la trahison de ses martyrs, de veuves de chahids, les vrais pas les planqués comme lui des frontières.

Permalien

A LIRE LES COMMANTAIRES DE CES DERNIERS TEMPS JE SENS A TRVAVERS LES VERITES QUI EMANENT DES ECRITS DE MES CONCITOYENS,QUE LES GENERAUX MAFIEUX ET LEUR COUVERURE CIVILE FLINTOX ,SONT EN TRAIN DE SE FAIRE HARI KIRI EN MISANT SUR LE 5 EME MANDAT DE BOUTEF COMME DERNIERE CARTE DE SALUT .
iLS SONT RATRAPES PAR LA PEUR DE PERDRE ET JOUE LEUR JOCKER DE LA DERNIERE CHANCE. iLS SONT TELLEMENT AFFOLES QU' ILS NE SE RENDENT PAS COMPTE QUE LEUR PERSISTANCE A VOULOIR IMPOSER POUR LA 5 EME FOIS ,LE NAIN MORT VIVANT COMME PRESIDENT DU PAYS DE BEN MHIDI ET ABANE RAMDANE LES MENENT DROIT AU MUR.
iLS ONT SOUS ESTIME LE PEUPLE ALGERIEN IL LE REGRETTERONT.LEUR CHUTE SERA DURE !!!!!

Ajouter un commentaire