Aller au contenu principal
Body

EXPRESS

3 ans de prison ferme requis contre Samir Benlarbi

Condamnations, relaxes, renvois... cette journée de lundi a été malheureusement remplie de nouvelles décisions concernant les détenus d'opinion du mouvement populaire. Procès en cascade aux quatre coins du pays.

Le procureur de la République près du tribunal de Bir Mourad Rais, a requis trois ans de prison ferme contre l'activiste Samir Benlarbi et une amende de 50 000 dinars. Le verdict sera rendu lundi 3 février.

Samir Benlarbi, activiste très connu du Hirak a été enlevé lundi 16 septembre à Bouzeréah, avait révélé l’avocat Abdelghani Badi sur sa page Facebook.

D'autres procès se sont tenus ailleurs. Ainsi le verdict en appel est tombé au tribunal de Relizane. Le juge a prononcé la relaxe pour les activistes Yacine Khaldi et Abdellah Benaoum, Yacine Bounoua et Larbi Menad. Ils étaient accusé d'entrave au bon déroulement de l'élection présidentielle du 12 décembre.

Toutefois ces activistes restent toujours en détention car ils sont poursuivis pour d'autres affaires, comme atteinte au moral des troupes de l'armée, selon le Comité national pour la libération des détenus.

Concernant les activistes de Mostaganem, le verdict est tombé dans la journée aussi. le juge a condamné à trois  mois de prison ferme Brahim Daouadji et Oussama Tifour. Ils retrouvent leur liberté aujourd'hui et quittent la prison après avoir purgé leur peine.

Sofiane Hamiche a été relâché dans la journée de lundi après avoir été entendu par le procureur du tribunal de Tizi Ouzou. Il a été arrêté par des agents des Renseignement généraux aux alentours de la Maison de la culture de Tizi Ouzou vers la mi-journée.

Quant au procès de Toufik Kadous et Oussama Mosbah (Skikda) il a été renvoyé au 24 février à la demande des avocats de la défense.

Quelque 120 détenus d'opinion croupissent toujours dans les prisons du pays. 

Auteur
La rédaction
 

Ajouter un commentaire