Aller au contenu principal
Body

DISSIDENCE CITOYENNE (en images)

49e vendredi : à Alger, Batna, Bejaia, Annaba, Oran, Tlemcen et ailleurs, la même colère

Ce vendredi 24 janvier, des millions d'Algériens sont encore une fois sortis dans les rues pour réclamer un changement radical et exprimer leur rejet du président Tebboune. 

Au centre, à l'est du pays, à l'ouest, comme au sud, c'est la même volonté de changement pacifique, la même colère populaire qui a irrigué les rues algériennes. Il y a un feu sacré qui brasille dans le coeur de ces millions de marcheurs, une force inépuisable qui dit tout l'espoir d'un changement inévitable.

Immenses. Mémorables. Uniques. Les Algériens sont fidèles à leurs revendications. Ils réclament un Etat civil, la libération des détenus d'opinion, la fin des présidents désignés, ... 

Ce 49e vendredi de la dissidence a montré à Alger au moins que le pouvoir n'a pas oublié ses anciennes pratiques de casse des manifestations. 

Contrairement aux discours dont nous abreuvent le président Tebboune et ses relais, il n'y a pas l'once d'une mesure de détente en vue. Les mêmes pratiques d'obstruction des manifestations ont toujours cours. Les intimidations et arrestations se poursuivent. 

En face, le peuple des marcheurs reste volontaire, déterminé et convaincu de son droit de lutter pour son "indépendance" comme il le redit tous les vendredis et mardis. 

Tout observateur doté d'un minimum de bon sens remarquera qu'il y a des années lumière entre le discours officiel et le vécu des Algériens. Quand Tebboune sort, sans risque d'être contredit par les patrons de presse  choisis sur le volet, les grands principes de liberté, de droits de l'homme, les Algériens vivent les arrestations, les condamnations de manifestants pacifiques,... 

La rupture de confiance entre les hautes sphères du pouvoir et le peuple de dissidents est manifeste. Bientôt un an après le déclenchement de cette dissidence citoyenne pacifique, le pouvoir s'emploie toujours, avec le même mépris souverain de la volonté populaire, à resservir les mêmes plats, utilisant la même clientèle, croyant sans doute tromper le bon petit peuple. 

La preuve que ce peuple n'est nullement dupe ? Ces images de millions de manifestants qui marchent et dénoncent pacifiquement le pouvoir en place (voir ci-dessous). 

La question qui reste posée : jusqu'à quand le pouvoir en place va continuer à ignorer superbement ces millions de manifestants ? 

Auteur
La rédaction
 

Ajouter un commentaire