Aller au contenu principal
Body

DISSIDENCE

5 juillet : les Algériens du Canada manifestent contre le pouvoir

Comme à Paris en France, la communauté algérienne de la région Montréal a tenu à célébrer la fête de l'indépendance en signe de soutien aux activistes incarcérés injustement par le pouvoir autoritaire et pour le départ du système. 

Malgré la situation très particulière en raison de la pandémie du Covid-19, les algériens du Canada, équipés d'un masque selon les consignes sanitaires, ont tenu à marquer cette journée en exprimant leur attachement avec leur pays de naissance. 

En ce dimanche vers 11 heures avec un climat d'été, une grande foule s'est amassée à La Place du Canada sur la rue La Gauchetière pour se diriger par la suite vers le consulat d'Algérie, sis sur la rue Saint-Urbain, pour dénoncer les arrestations arbitraires de tous les activistes du Hirak qui sont à majorité des jeunes. 

Vu le grand nombre des manifestants, la police de la ville de Montréal est présente pour encadrer la marche des algériens qui ont empruntée la rue Sherbrooke à destination du consulat, et elle est contrainte de fermer ce tronçon de rue et détourner la circulation à d'autres artères.  

Nombreux ceux qui ont pris part à cette manifestation avec une ambiance d'espoir et de fraternité pour soutenir toutes les actions entreprises là-bas en Algérie en faveur d'un changement radical. La coïncidence avec l'anniversaire de la fête de l'indépendance, est une occasion de renforcer l'esprit de lutte et de saluer la mémoire des nos valeurs martyrs. 
 
Il est utile de mentionner que la mobilisation est encore inflexible, d'ailleurs on peut constater la présence des femmes en grand nombre qui est un très bon signe pour la révolution. C'est dans les slogans qu'on peut saisir leur détermination comme : "Djazair Houra Democratia", "Etat civil non militaire", "halte à la répression", "libérer les détenus",... 

Conscients de l'impasse politique à laquelle le pouvoir est en train d'entretenir, certains des présents ont exprimé leurs désaccords sur la manière de traiter les algériens qui souhaitent une solution pacifique. Selon Tarik Fridi, un militant très actif au sein du mouvement citoyen, le projet de la Soummam restera le meilleur modèle politique pour asseoir une vraie république, lutter contre le pouvoir militaire et la menace intégriste.
 
Vers 13 h 30, la foule s'est dispersée avec la promesse de se revoir dimanche prochain.
  

Auteur
Messaoudene Mahfoudh