Aller au contenu principal
Body

OPINION

Affaire Anadarko : y avait-il un accord secret entre Total et Ould Kaddour ?

En raison de son apport dominant au financement du budget de l’Etat et des réserves en devises, Sonatrach est de loin le plus important acteur de la vie économique nationale.

Bonnes ou mauvaises, sa gestion et ses décisions ont des répercussions directes et existentielles sur l’ensemble de la communauté, dans le court, moyen et long termes. Si ses décisions sont dans leur grande majorité rendues publiques. Certaines sont en revanche gardées secrètes pour des raisons, qui ne sont pas toujours dans l’intérêt du pays. Au contraire.

Les réactions agressives et intempestives de certains milieux français – à la suite des déclarations du ministère algérien de l’Energie, concernant l’éventuelle valorisation du droit de préemption pour acheter les actifs d’Anadarko en Algérie – d’une part, représentent un indice fort sur l’existence d’un accord secret conclu entre la « bande » des Bouteflika et certaines parties françaises, et d’autre part, confirment l’esprit colonialiste qui sévit encore toujours au sein de l’élite parisienne.

Une transaction de presque neuf milliards US dollars dans le domaine des hydrocarbures, n’est pas le fruit d’une nuit mais celui d’un long processus d’échanges, d’analyses et de négociations, qui peuvent s’étaler sur des dizaines de mois. L’Algérie étant concernée fondamentalement par cette transaction, il est donc improbable, que le premier groupe pétrolier français se soit aventuré dans une affaire si importante sans assurer ses arrières. L’accord de Total-Oxy (Occidental Petroleum) sur l’achat de tous les actifs d’Anadarko en Afrique – dont ceux situés en Algérie représentent pour le moment le noyau dur – a donc dû être conclu après concertation avec l’ex-PDG de Sonatrach, Ould Kaddour, mandaté par l’ex-clan présidentiel, dont il était le courtier loyal et qui aurait probablement donné son feu vert, sans pour autant informer toutes les institutions concernées.

Simple hasard, conséquence logique du collapse d’un pouvoir autocratique en fin de cycle ou jalon stratégique programmé par la baraka divine ? Nous ne le saurons jamais.

Mais une chose est sûre la révolution du 22 février est venue à temps pour chambouler l’échiquier des rapports de force et pour bouleverser les plans malhonnêtes de beaucoup de prédateurs et de traîtres. Parmi ces plans, on pourrait probablement compter l’acquisition des actifs d’Anadarko en Algérie par Total. En effet, le management de Total, tout comme le gouvernement français connaissent la loi algérienne et la sensibilité des Algériens dans tout ce qui touche à leurs ressources hydrocarbures.

Mais le groupe français a préféré négocier secrètement – comme il a l’habitude de le faire ailleurs en Afrique – avec un clan illégitime et vacillant, prêt à brader les richesses nationales afin de s’assurer un soutien éphémère au cinquième mandat. C’est ce qui explique en partie, pourquoi l’opinion nationale algérienne n’a pris connaissance de l’intention de Total, que lorsque Oxy a publié son press release obligatoire il y a quatre semaines.

Si Total voulait aujourd’hui se référer à un éventuel accord avec Ould-Kaddour, l’Etat algérien devrait lui opposer un rejet catégorique. Car s’il y avait vraiment accord, celui-ci est à placer dans le chapitre « trahison, compromission, corruption et atteinte à la sécurité nationale ». N’ayant jamais été validé par les autorités et institutions compétentes, un éventuel accord secret n’a ni effet contractuel, ni valeur juridique, et ne peut engager que la personne de l’ancien détenu de la prison de Blida ou ses parrains.

Le sujet mérite en tout cas l’attention de la justice et de ses services de sécurité, car il germe en lui un énorme préjudice au trésor public.

Que Total, après des décennies d’absence et d’embargo, veuille revenir en grande force pour concurrencer Sonatrach sur son propre terrain en prenant le contrôle sur 30 % de la production nationale de pétrole, c’est de bonne guerre. Mais pour l’Algérie la transaction Oxy-Total ne sera que le cheval de Troie. Elle est dangereuse et doit être stoppée sans tergiversation.

La France est aujourd’hui un client secondaire pour le gaz et le pétrole algériens. Elle investit des sommes colossales dans le domaine hors-hydrocarbures au Maroc en détournant l’Algérie, alors que cette dernière lui ouvrait toutes les portes. C’est elle qui a saboté le mégaprojet solaire Desertec. Et c’est encore elle qui soutient le Makhzen dans sa politique belliqueuse contre l’Algérie. Nous sommes donc loin de l’amitié nous sirotent constamment ses présidents et ministres.

Garder les portes ouvertes à des négociations avec un pays, dont nous partageons beaucoup de choses, c’est nécessaire et même souhaitable, mais il faut néanmoins mettre le tout sur la table, inclus les dossiers Libye, Sahel et Sahara occidental. Et surtout il faut négocier avec la devise « les intérêts de la nation avant tout », comme le fait la France et tous les autres.

C’est dans cette optique que le peuple algérien doit exiger du pouvoir actuel de faire valoir le droit de préemption pour permettre à Sonatrach d’acheter les actifs d’Anadarko. Une telle transaction serait bénéfique et pertinente, pour plusieurs raisons sur lesquelles. J’y reviendrai dans une prochaine contribution, dès que possible.

(*) Hocine-Nasser Bouabsa, PhD, Chef d’entreprise et analyste

Auteur
 Hocine-Nasser Bouabsa (*)
 

Commentaires

Permalien

Votre analyse est spéculative dans la mesure où vous n’aviez pas les informations authentiques et vérifiables pour suggérer un agrément préalable entre l’ex PDG de SH et Total. Il faut se garder de suggérer des accusations sans preuves au moment où nous sommes à la recherche d’un état de droit où la justice doit être indépendante, libre et qualifiée. Par ailleurs, cet imbroglio sur l’achat des avoirs algériens d’Anadarko par Total quand OXY consommera l’achat d’Anadako a été créé en partie par les déclarations contradictoires du ministre de l’energie, un incompétent comme son prédécesseur. Les fils de l’Algerie - experts dans le domaine pétrolier - sont légions. Ceux ci se feront un grand plaisir de venir aider gratuitement le pays quand il sera débarrasser de la mafia qui sévit toujours...

Permalien

Bravo pour l'article.

Le HIRAK ne doit pas se contenter du slogan 'TROUHOU GAE'. Il doit aussi fustiger des contrats signés en catimini sur le dos des Algériens et leurs intérêts. A mon avis, les personnes du domaine (économistes, experts en hydrocarbures, etc.) devraient analyser en détails un tel projet, qui, à première vue, aurait des conséquences non négligeables sur l'économie Algérienne et la souveraineté du Pays, sans compter le poids qu'aurait un tel projet sur les futures réunions de l'OPEP. Ces experts devraient alerter les autorités sur les conséquences (bonnes ou mauvaises) de ce projet plutôt que de se contenter de papoter sur les plateaux de télévision.

Permalien

le nouveau PDG est là pour servir les intérêts, et de TOTAL et de la france,
bouteflika avait diversifier les partenaires de l'algérie et bloquait même les tentatives hégémonie de la france sur l'algérie depuis 1999, et en 2019 la france le destitue avec une manipulation flagrante de la rue algérienne en utilisant les franco-algériens infiltrés et installés depuis 2011, ce sont ces franco-algériens qui étaient les meneurs des manifs contre bouteflika et des actions sur les réseaux sociaux,
la france utilise des leurres depuis toujours pour acquérir des marchés algériens, les cimenteries lafarge sont un des exemples, les opérateurs de la téléphonie mobile vendront leurs actions aux français, les entrepreneurs nationaux seront étouffés et couleront l'un après l'autre aux profit des français à l'image de cevital ou kougc,
macron mène la valse en algérie,

Ajouter un commentaire