Aller au contenu principal
Body

COUP DE GUEULE

Alabama, les abysses de l'humanité

Le Sénat de l'Alabama vient de voter la loi la plus rétrograde et répressive des États-Unis en matière d'avortement. Cet État renoue avec son histoire sombre et détestable jusqu'aux profondeurs de la noirceur humaine.

Le Sénat de l’Alabama vient en effet de voter la loi la plus répressive avec un risque de 10 à 99 ans de prison pour les médecins qui pratiqueraient un avortement. Seule exception tolérée, la vie de la mère qui serait en danger. L'avortement est désormais illégal dans l’État de l'Alabama, quel que soit le moment du développement de la grossesse et, même, en cas de viol ou d'inceste.

Ce dispositif est absolument troublant mais s'inscrit dans l'histoire sombre des idées rétrogrades du parti conservateur américain, particulièrement dans sa frange extrémiste, majoritairement localisée dans les États du Sud.

C'est la face la plus détestable de la politique de Donald Trump et des électeurs qui le soutiennent. Le Droit et les avancées humanistes viennent de prendre un coup terrible avec cette décision législative locale.

Cependant il y a deux points à rappeler dans cette affaire. Le premier est que le climat monstrueusement liberticide qu'a instauré Donald Trump sévit avec celui de nombreux pays dans le monde qui attestent du retour du populisme et de ses conséquences pestilentielles.

Le second point est celui que je veux particulièrement souligner. Le public a souvent comparé les équivalents de Donald Trump à des écervelés, grossiers et sans véritable consistance théorique, soit de la brutalité et de la bêtise au sens premier.

Il faut faire attention car derrière ce profil de l'américain « beauf » se cachent des forces éminemment plus intelligentes et terriblement perverses dans la toile qu'ils tissent pour emmener le parti de l'ordre, du blanc suprémaciste et de la religion, vers une victoire machiavélique.

Il en est ainsi pour ce jugement qui est, sous une apparence grossière, une véritable stratégie, calculée et menée de main de maître. De quoi s'agit-il ?

Tous les juristes américains et à travers le monde ont été, dans un premier temps, surpris de cette décision du Sénat de l'Alabama car, en réalité, elle est illégale puisque contraire à la décision de la Cour suprême des États-Unis, en 1973, qui avait légalisé l'avortement sur tout le territoire fédéral.

Or, ses décisions ne peuvent être remises en question par aucune autorité judiciaire inférieure. C'est pourtant ce principe de la hiérarchie des normes qui est en question dans le jeu pervers que joue le Sénat de l’Alabama. C'est rapidement, dans un second temps, que les juristes ont compris les raisons de cette folle décision.

Car tout le monde s'est finalement souvenu que Donald Trump avait inversé l'ordre majoritaire de la Cour suprême des États-Unis par la nomination d'un juge conservateur, opposé notamment à l'avortement.

 

    L'idée est qu'une attaque de cette décision puisse mener jusqu'à la Cour suprême (le processus est long) afin que celle-ci se détermine à nouveau. Et comme la majorité s'est inversée, chacun comprendra le but de la manœuvre.

Non, Jean-Marie le Pen n'était pas le plus dangereux, il était le plus grossier et le plus caricatural. Bien d'autres personnes, comme Bruno Maigret, pourtant énarque et possédant à l’époque la sympathie du public pour son projet d'ouverture du parti, était une plus grande menace. Car son racisme provenait d'une culture profondément théorisée sur les races ainsi que  les valeurs de la religion et de la morale « blanche ».

Des sénateurs, tous blancs et hommes, viennent de nous rappeler que cette planète n'en a jamais terminé avec le combat pour l'humanisme et le droit des femmes. Il ne faut surtout pas prendre tous nos ennemis pour des cow-boys caricaturaux, à la bière débordante et à la gouaille sans retenue. Ce n'est vraiment pas le cas des sénateurs de l'Alabama.

Ils sont intelligents et leur projet, autrement plus étudié que les pitreries et frasques du Président Donald Trump.
 

Auteur
Boumediene Sid-Lakhdar, enseignant
 

Ajouter un commentaire