Aller au contenu principal
Body

PRESIDENTIELLE

Ali Benflis-Karim Younès : une convergence de vues bien curieuse !

Drôle de retrouvailles ! Ali Benflis, président de Talaï El Houriyet a reçu Karim Younès le coordonnateur du panel de médiation et du dialogue, aujourd’hui mercredi 21 août.

De vieilles connaissances se retrouvent le temps de quelques déclarations convenues dont le contenu n'étonnera personne. La convergence de vue et d'objectif se précise à la lumière de cette rencontre.

Ali Benflis qui ne cache pas son impatience de voir la présidentielle s'organiser pour se présenter encore une fois, a exprimé sa conviction que l'élection présidentielle "est la voie la plus réaliste, la moins longue, le moins risquée et la moins coûteuse pour le pays aux plans politiques, sécuritaire, économique et social à la condition que soient réunies les conditions de mesures de confiance et d'apaisement permettant au peuple souverain d'exercer ses prérogatives que lui confère la Constitution dans ses articles 7 et 8".

Voilà qui est clair pour ce perpétuel candidat qui ajoute que "le départ du gouvernement en place, désigné par l'ancien président et son remplacement par un gouvernement de compétences nationales pour gérer les affaires courantes" ainsi que "la création d'une autorité électorale indépendante ad-hoc investie de l'intégralité des prérogatives afférentes à la préparation, à l'organisation et au contrôle du processus électoral présidentiel, qui prenne en charge l'ensemble du processus depuis la révision des listes électorales jusqu'à la proclamation des résultats". L'homme veut aller vite car il n'est plus tout jeune, et pour y arriver quoi de mieux qu' un ancien lieutenant ?

Faut-il rappeler que a permis à Karim Younès de devenir président de l'APN et ce dernier a soutenu un temps le candidat Benflis à la présidentielle de 2014, avant de le quitter pour rejoindre l'état-major de Ghediri à la faveur de la dernière présidentielle annulée. 

Hier, Abdelaziz Belaid, président du parti Front El Moustakbal, a fait savoir qu'il a évoqué avec Karim Younes "les questions importantes ayant trait aux voies et moyens susceptibles de permettre la sortie du pays de la crise qu'il vit", mettant l'accent sur "l'impératif de mener le dialogue avec toutes les parties sans exclusive et marginalisation aucune".

Abdelaziz Belaïd, l'autre candidat putatif, a tout naturellement salué "les efforts déployés par l'institution militaire pour préserver la sécurité et la stabilité du pays", le président du front El Moustakbal a appelé tous les acteurs politiques et les organisations de la société civile à "redoubler d'efforts et à participer au dialogue afin de sortir le pays de la crise qu'il traverse".

Karim Younes défend son panel eta expliqué que "l'Instance de médiation et de dialogue regroupant des personnalités nationales veille, dans le cadre des consultations menées avec toutes les parties, à améliorer et à consolider la relation entre la classe politique et la société civile en vue de prendre part à un dialogue sérieux, constructif et sincère pour parvenir à construire un avenir prospère au service de l'intérêt général".

Dans ce cadre, il a rappelé la série de rencontres tenues avec plusieurs acteurs de la société soldées, a-t-il dit, par des plateformes de travail "que l'Instance s'attèle à débattre et à examiner pour faire sortir le pays de la crise actuelle sans exclusive ni marginalisation".

 

Auteur
La rédaction/APS
 

Commentaires

Permalien

Hadj Moussa, Moussa lhadj.
Benflis est un cassique du fln. C est l enfant du système. C est le systeme.
Le peuple doit se méfiez de ces gens là. Des serpents. Des individu sans scrupules qui se donnent au maître du moment. Qu est qu il fait pendant sa gouverne. Si ce n est la gabegie du système dont il est issue.
Un citoyen

Permalien

Ce karim younes est pour Gaid salah celui qui est Ouyahia pour Bouteflika ..
Quant a Benflis pseudo opposant et opportuniste a ete un leche Godasse de l'armee ,
un defenseur acharné des elections presidentielles ,toujours proche des plus forts ,
certainement promis a des faveurs et largesses pour fidelité er allegeance au systeme ,
il se voit deja dans le trone d'el mouradia ,

Permalien

On attend de juger Benflis le PM durant le printemps noir; l'homme a les mains pleines de sang de 126 jeunes Kabyles et des milliers de blesses et tortures. Pour crime contre l'humanite. Ce chaite et CDS de la premiere heure auras son jour en justice du peuple. promis.

Permalien

Le jeu de KARIM YOUNES est clair: il a soutenu le candidat ALI BENFLIS aux présidentielles de 2004 et 2014. GAID a fait du vide autour de BENFLIS pas pour des prunes mais pour faire élire "son candidat à la présidentielle " qu'il veut faire tenir dans les plus brefs délais.

De l'ouest à l'est toutes.... disaient les pirates...

Ce bourourou était directeur de la campagne présidentielle de 1999 de BOUTESRIKA et était aussi son premier ministre avant de le trahir et de se présenter contre lui... étrange similitude de traitrise avec le caporal de l'armée des frontières.

Permalien

Le MATIN de ces derniers temps me déçoit de plus en plus. Dans cet article sur Karim Younes et Benflis vous donnez une piètre idée de votre défense de la démocratie ! De quel droit, en tant que journaliste, vous permettez vous de dénier à l'un d'opter pour une présidentielle et d'éventuellement en être candidat et à l'autre d'avoir des convergences de vues qui datent de 2004 et non 2014.
Je ne suis le fan ni de l'un ni de l'autre, mais à ma modeste connaissance un président de parti est censé conquérir le pouvoir. Épouser ses idées ou les combattre relève d'un autre débat et un journal qui était à la pointe du combat démocratique n'a pas pour mission d'encenser les uns et de critiquer les autres sans AUCUN ARGUMENT à l'appui, sauf des préjugés et des convictions personnelles.
Bref, pour l'objectivité, cet article est vraiment à côté de la plaque...

Permalien

le CDS Benflis, aux mains pleines de sang, s'agitte beaucoup ces derniers temps. Il croit detenir le fil qui vas le placer a la presidence. Pour cela il discute avec le KDS Younes, qui lui reve d'etre tout juste PM. Ces deux mecs veulent derailler le hirac et nous proposent des elections bidons avec la meme structure mafia FLN au pouvoir pour les organiser.

Ajouter un commentaire