Aller au contenu principal
Body

Guerre sur les réseaux sociaux

Amir dz, cette page Facebook qui fait trembler le pouvoir algérien

La page Facebook du cyberactiviste Amir DZ connaît un succès foudroyant. Il y dénonce les malversations de responsables algériens et leurs rejetons. Cette page donc a été supprimée, momentanément, hier mardi par l'administration de Facebook suite à une plainte du patron d'Ennahar tv, Mokkedem Mohamed, alias Anis Rahmani.

"J’ai reçu très tôt ce matin des messages de Facebook confirmant la suppression de la page Amir DZ. Oui pour la liberté d’expression, mais dépasser les limites avec des hommes est interdit", se réjouit-il sur Tweeter.
 

am

La page Facebook Amir.dz comptait pas moins de 2 millions d’abonnés. Par ses publications, qui chatouillent la fibre sensible des Algériens, il n’épargne aucune personne qui gravite autour d'un système politique pollué des responsables corrompus et leur progéniture qui bradent les ressources du pays.

Le jeune, Amir Boukhors, originaire de Tiaret, et établi actuellement en France, recevrait même, de la part de personnes haut placées dans les institutions sécuritaires, ce qu’on pourrait appeler sans hésiter des informations classées confidentielles, et même des messages de soutien. Un indice notable qui montre à quel point le pouvoir se sent fragilisé et perdre le contrôle sur ses éléments.

Par ailleurs, une autre page de secours du même nom et qui compte plus de 200 000 abonnés, a démenti l’implication d'Anis Rahmani dans la désactivation de la page et accuse une campagne de signal de la part de millions de facebookeurs engagés par les nababs du système contre lui.

En gros, le système Bouteflika, avec tous ses moyens, est en train de s’affoler, face à un seul jeune "harrag", muni que de sa page Facebook et de sa détermination.
 

 

Auteur
La rédaction