Aller au contenu principal
Body

URGENT

Anis Rahmani placé en détention provisoire

Le patron du groupe médiatique d’Ennahar, a été placé tard dans la soirée du jeudi 13 février 2020, en détention provisoire par le juge d’instruction près le tribunal de Bir Mourad Rais, après sa comparution devant le procureur de la république de ce même tribunal,

Après 22 heures de garde a vue chez la gendarmerie nationale de la brigade de recherche et d’investigation de Bab Jedid à la suite de son arrestation mercredi au début de l’après-midi, pour des soupçons relatifs au trafic d’influence, transfert illicite des capitaux vers l’étranger et l’obtention d’avantages indus, l’accusé présumé, en l’occurrence Mohamed Mokadem de son vrai nom, Anis Rahmani, a été officiellement placé sous mandat de dépôt puis acheminé tard dans la nuit du jeudi au vendredi vers la prison de Kolea.

Selon plusieurs sources médiatiques, le domicile de l’accusé présumé, situé dans la capitale, à l’ouest d’Alger, a été également perquisitionné durant cette même soirée dans le cadre de l’enquête menée par les services de sécurité.

Au même moment que cette nouvelle faisait la une de toutes les actualités, les fonctionnaires et l’ensemble des journalistes relevant du groupe Ennahar, se sont dits inquiets sur l’avenir de leur profession.

Pour rappel, à la veille seulement de son arrestation, le tribunal de Bir Mourad Raïs avait inculpé le mis en cause pour diffamation contre la famille de Amar Brahmia membre au comité olympique et sportif Algérien, cela intervient, un mois après l’avoir condamné à six mois d’emprisonnement ferme en compagnie de son rédacteur en chef pour atteinte à la personnalité du général à la retraite Hocine Benhadid.

Des sources bien informées ont notamment confirmé, que, depuis son lancement, pas moins de 300 plaintes ont été enregistrées a l'encontre de la chaîne privée d'Ennahar Tv, dont la première remonte a 2013 par l'Office national des œuvres universitaires (ONOU) suite a un reportage sur les résidences universitaires qui a fait a cette époque une grosse polémique.  

Auteur
Aicha A.