Aller au contenu principal
Body

COMMENTAIRE

Ce que Abdelmadjid Tebboune fera, ou ne fera pas

Crédit photo Zinedine Zebar.

Sans surprise, Abdelmadjid Tebboune, un vieux de la vieille, a été élu jeudi, dès le premier tour, pour présider aux destinées de l’Algérie et perpétuer par la même un système moribond mais encore tenace.

Comme ses prédécesseurs, Abdelmadjid Tebboune fera sûrement ce qu’il pourra et partira dans des conditions pitoyables. C’est la règle, du moins tant que les conditions d’exercice du pouvoir restent les mêmes en Algérie.

Abdelmadjid Tebboune a dit et redit durant la campagne électorale qu’il dialoguera avec le Hirak, oubliant, ou faisant semblant d’oublier, que le Hirak ne cherche pas à dialoguer. Le Hirak veut négocier.

Abdelmadjid Tebboune a affirmé aussi devant des millions de téléspectateurs algériens qu’il sait où sont planqués les milliards de dollars détournés par la bande de malfaiteurs et qu’il peut les rapatrier. C’est tellement beau pour être vrai, vous dira n’importe quel spécialiste en la matière.

Contrairement à ses prédécesseurs, Abdelmadjid Tebboune est un énarque, mais le technocrate qu’il est aura-t-il le courage de s’attaquer aux sujets tabous ?

Abdelmadjid Tebboune pourra-t-il, par exemple, nommer un civil au ministère de la Défense ? Pourra-t-il envoyer à la retraite Ahmed Gaïd Salah et tous les autres hauts gradés de l’armée qui ont dépassé les soixante ans ? Pourra-t-il interdire aux militaires de faire de la politique ?

En plus des sujets tabous, Abdelmadjid Tebboune fera face également à une situation économique pour le moins désastreuse. Pourra-t-il réaliser en cinq ans avec un prix du baril avoisinant les soixante dollars ce que le président déchu n’a pu faire en dépensant mille milliards de dollars en vingt ans ?

En politique, comme dans le football, celui qui a passé son temps ne passe pas le temps des autres, pour reprendre un proverbe bien de chez nous.

Si Lakhdar Belloumi (61 ans) ne peut plus revenir en équipe nationale et il le sait, Abdelmadjid Tebboune (74 ans), lui, croit dur comme fer qu’il peut mener le bateau Algérie à bon port. Qui vivra verra !                                                                                   

Auteur
Ahcène Bettahar  
 

Ajouter un commentaire