Aller au contenu principal
Body

Impérieuse culture du terroir 

Cheikh El-Hasnaoui : l’exil et son royaume

S’il y a un artiste qui portait en lui toutes les empreintes de l’exil pour les reproduire en chansons éternelles, c’est bien Cheikh El-Hasnaoui.  Dans les années 1960, dans la brasserie de mon père à Nancy, du Juke-box sortaient des sonorités où se disputaient sa voix avec celles de Slimane Azem, Bahia Farah, Ahcène Mezani, Aït Farida, Allaoua Zerrouki et tant d’autres.

Il faut dire que tous ces artistes avaient su toucher l’émigré kabyle par des textes aux mots simples. Pas de place pour l’allusion ou la métaphore. Ce sont des uppercuts portés droit au cœur, et qui se terminaient par un KO inévitable pour l’émigré, souvent grisé par un trop plein de bière, de vin rosé ou l’espoir illusoire d’empocher le pactole du tiercé et rentrer au pays.

L’œuvre de Cheikh El-Hasanoui a cela de particulier, c’est que tout est bon en elle, y a rien à jeter ! Il s’apprécie en 2021 tout autant qu’il s’appréciait dans les années 1960, et certainement auparavant.

Côté destinée, c’est l’exemple de périple par excellence où la trajectoire Thamurth-Alger-Paris est la plus probable. N’est-ce pas Jiji ?

Biographie

Cheikh El Hasnaoui, de son vrai nom Mohamed Khelouat, est né le 23 juillet 1910 à Taâzibt - Ihesnawen, commune de Tizi Ouzou, et mort le 6 juillet 2002 à Saint Pierre de la Réunion.

Son nom d'emprunt se réfère à sa région natale de l'Âarch Ihesnawen.

Orphelin de mère à deux ans, Mohamed Khelouat est élevé par sa famille. L'enfant grandit dans le climat de la culture des Zaouias où il fréquente « Timaâmṛin ». Il quitte son village à 20 ans pour la capitale Alger où il est embauché pour travailler la nuit sur les quais. Il habite alors la rue Mogador et fait partie de l'orchestre de Hadj M’hamed El Anka. 

Il s’illustre dès les années 1930 en créant son propre style, reconnaissable à sa cascade de voix grave, aux sonorités lancinantes du banjo et à ses textes qui évoquent la douleur sentimentale. Douleur pour laquelle, selon la légende, Cheikh El Hasnaoui s’exile en France. Le thème de l'exil deviendra d’ailleurs le leitmotiv d'une grande partie de son œuvre. 

Sa première chanson « A Yemma yemma », une complainte de déracinés, est découverte à Alger en 1936. En vérité, elle aurait été composée en 1928, selon la mémoire populaire et celle de ses contemporains qui l’auraient entendu avant le départ définitif de l'Âarch Ihesnawen. Pas surprenant d'ailleurs qu'à l'époque, le refrain qui prenait à témoin la maman touchait beaucoup, quand on sait qu'il a perdu la sienne à l'âge de deux ans. 

En 1937, El Hasnaoui quitte le pays pour la France où il s’installera à Paris, dans le 15e arrondissement. De 1939 jusqu'au début des années 1950, il produit l'essentiel de son répertoire, composé de 29 chansons kabyles et de 17 en arabe. En 1968, il enregistre ses dernières chansons : « Cheïkh Amokrane », « Hayl lahoop », « Mreḥba », « Ya Noudjoum Ellil » et « Rod Balek ».

Il quitte définitivement la scène artistique après ces enregistrements. Il est considéré comme une figure de proue de son genre musical.

Il est souvent associé à l’intemporel « Maison Blanche » qui dépasse le million de vues sur YouTube (vidéo ci-dessous). Un record pour un tube qui remonte aux années 1930. C‘est dire l’impact que continue d’avoir ce titre d’anthologie auprès des nouvelles générations. 

Notre Cheikh passe les douze dernières années de sa vie à Saint-Pierre (La Réunion) où il est enterré aux côtés de son épouse.

Pour décrire ce déchirement fatal entre le pays natal et le pays d’accueil -et qui semble se transmettre et se perpétuer de génération en génération- nous vous proposons ce poème émouvant de Jiji, le poète discret de Paris, inspiré par ses 40 années d’exil (u-mazal). Une mise à jour rafraichie de « Maison blanche », en somme :

Mémoire éparse

D'abord il y eut les montagnes

Blanches enneigées l'hiver

Desquelles ils venaient

Routes caillouteuses

Empoussiérées 

Silence des villages

Nuitées de lune

Sans électricité

Chétifs enfants

Pieds nus ou souliers troués

Doigts endoloris 

Poussant l'âne locomotion

Les femmes sous l'oliveraie

Grain à grain l'olive ramassée

Fagots sur le dos 

Aux chants nostalgiques

Qui réveillent les cœurs

Sobriété de l'habit vieillot

Des écoliers en blouse grise

Aux regards intelligents

Aux yeux doux et chérubins

Noble transperçant le pauvre

Corps serrés dans la classe

À côté du poêle à charbon.

 

Certains ne purent

Aller à l'école.

Les lettres de l'alphabet 

Absentes

L'oral absorbait les synapses

Du cerveau.

 

La pitance est dure

Le travail introuvable

Baluchon sur le dos

Bus Taxi Port Aéroport

Traversèrent la bleue

Les villes Lumière 

S'éclairèrent en eux

Ils grattèrent chantèrent composèrent

Les chansons d'exil d'amour d'amitié 

Ecoutées par les deux rives.

 

Des Places des Rues 

Dans le pays d'accueil

A présent

Portent leurs noms.

Paris le 15/03/2021

Jiji

Auteur
Kacem Madani