Aller au contenu principal
Body

DECRYPTAGE

Ingérences dans les affaires intérieures... ?!

Ramtane Lamamra et Lavrov. Le vice-premier ministre algérien en quête de soutien à l'étranger contre le peuple.

Le système politique algérien, ou du moins ce qu’il en reste, met actuellement en œuvre sa stratégie tous azimuts pour sa survie politique.

La plus visible ces dernières semaines est la recherche de soutiens à l’étranger (Russie, Allemagne, Chine, France, …), en agitant les menaces et risques des ingérences supposées qui attiseraient le mouvement populaire de contestation.

Paradoxalement, les serviteurs du système, en tournée à l’étranger, ne nomment pas les responsables de ces ingérences. Et pourtant, c’est la seule question qui compte : ‘’quel est, ou quels sont les pays, qui cherchent à déstabiliser l’Algérie et qui manipuleraient donc le peuple algérien ?’’.

Lorsqu’on ne nomme pas précisément, c’est qu’il y a problème. Et comme le dit une expression populaire, « quand c’est flou, il y a un loup !». Et bien, essayons de sortir le loup du bois.

Le ‘’pouvoir’’ algérien connaît très bien l’auteur de ces ingérences ; ce n’est pas Trump, ce n’est pas l’Égypte de Sissi, ce ne sont pas les monarques du Golfe, et ce n’est pas le Maroc.

L’auteur des ingérences dans les affaires intérieures de l’Algérie… c’est le peuple algérien.  Et cela, le ‘’’pouvoir’’ ne peut l’accepter. Cela fait 57 ans qu’il parle et décide au nom du peuple, pourquoi la situation devrait-elle changer aujourd’hui ?

Dans la logique du ‘’pouvoir’’ et du FLN, le peuple est là pour obéir et non réfléchir et agir selon ses intérêts. Suprême trahison  (1) ! Cela, le ministre des Affaires étrangères ne peut pas le dire à Moscou ou à Berlin.

Il y a quelques dizaines d’années, l’un des chefs du FLN de l’époque, l’illustre ‘’coordinateur de l’appareil du parti’’, le colonel Yahiaoui, alors pas satisfait des Algériens, avait proposé une solution radicale : changer de peuple !

Ce peuple, spolié de ses droits depuis 1962, objet de mépris de la part de ses gouvernants qu’il n’a jamais choisis, n’avançait pas selon les règles imposées. Alors, il s’est mis « en grève illimitée », pour pouvoir résister (2).

L’autre aspect de la stratégie de survie du système, c’est la tentative de recyclage de ses appareils de contrôle de la société : les partis RND et le FLN. Dans la précipitation, ils ne mettent même pas les formes. Il leur faut parasiter le mouvement au plus vite, introduire de la confusion et pourquoi pas prendre le contrôle de ce mouvement populaire de contestation pacifique. Le noyautage et l’opportunisme est ce qu’il savent faire le mieux et c’est leur ADN.

Aujourd’hui, le ‘’parti du FLN’’ a encore une chance historique de sortir de l’histoire, sans l’humiliation de la dissolution par une décision de l’État, pour la protection du sigle ‘’FLN’’ (au même titre que l’ENA, le PPA, le MTLD) : c’est de prononcer une auto-dissolution par ses militants.

Plusieurs partis politiques dans le monde ont procédé de la sorte, lorsque l’idéologie fondatrice est rendue caduque.

Les appels actuels à la vigilance sont à encourager et à multiplier pour éviter le détournement de cette révolution pacifique. Justement, tant que le mouvement est pacifique, les manipulations, de quelque nature que ce soit, ont peu de chance de réussir.

A chacune et à chacun de contribuer à sa façon pour mettre en échec l’aventurisme des desperados.

A. U. L.

Notes :

(1) Les dictateurs ont toujours réprimé et accusé les opposants « d’ingérence dans les affaires intérieures de leur propre pays », pour paraphraser Hocine Aït Ahmed !

(2) Cette résistance passive des Algériens est bien décrite dans l’ouvrage de Abderrahmane Hadj-Nacer, "La martingale algérienne", éditions Barzakh, Alger.

Auteur
Aumer U Lamara, écrivain.
 

Commentaires

Permalien

L algérie n est pas la syrie et les algériens ne sont pas des arabes mais DES IMAZIGHENES .Nous attendons les russes et toute ingérence étrangére pour sauver la camora de la fraterie bouteflika,rejetons d un hamam de oujda pour soldats en rute de pied ferme.Nous vous feront subir les pires humiliations !
Poutine ne met pas tes pieds en tamazgha ,les imazighénes te donneront une leçon encore plus humiliante que celle que le colonialisme apartheid français avait reçu des kabyles et des chawis de 1954 à 1962

Permalien

Un général français (en retraite ?) commente les évènements en Algérie et il y va fort : « je ne crois pas à la spontanéité de tous les événements qui agitent aujourd’hui la rue algérienne. » https://www.algerie1.com/actualite/le-hirak-en-algerie-entre-spontaneit…
Sa conclusion est prudente : « Quant à savoir comment va tourner cette affaire, je me garderai bien d’émettre le moindre pronostic. La rue algérienne n’a probablement aucune idée de la manipulation dont elle est l’objet. La gouvernance en place et ses services de renseignements disposent certainement d’informations précises qui peuvent constituer un facteur de force. Mais de là à en déduire qui va l’emporter, c’est encore impossible aujourd’hui. On ne peut dire qu’une chose: « Bonne chance l’Algérie»
Je ne suis pas d’accord sur de nombreux points développés dans son analyse. Toutefois, il est de notoriété publique que l’Algérie est une des cibles restantes du projet d’établissement d’un grand Moyen-Orient qui consoliderait l’Etat d’Israël avec l’aide des wahhabites.
La force du système algérien est dans son opacité. Aujourd’hui, le pouvoir occulte (qui a ramené Bouteflika) a décidé de poursuivre sa feuille de route sans Bouteflika (mais en gardant son appareil) car ce dernier, très malade depuis son apparition publique du 1er novembre 2018, ne peut plus servir de fusible pour les actions à venir.

Quels sont les objectifs de ces décideurs ?
A mon avis, ils s’inscrivent dans la guerre BRICS-OTAN décrite dans cet article. L’Algérie a toujours maintenu un équilibre entre ces deux mondes. Le pouvoir occulte cherche depuis des décades à faire basculer l’Algérie, avec l’aide des islamistes, dans la sphère d’influence de l’Otan en provoquant une rupture avec la Russie.
La stratégie de ce pouvoir s’inspire largement de celle du Président Anouar Sadate : islamisation des institutions, libéralisme sauvage et rupture avec le bloc russe pour un rapprochement avec les Etats-Unis (et donc avec Israël et l’Arabie saoudite). Ce pouvoir a réussi dans tous les domaines à l’exception d’un seul (arrêt des achats d’armes russes) qui bute sur le véto des généraux formés par l’école soviétique. La planification depuis 30 ans de la faillite économique du pays va lui permettre d’atteindre son dernier objectif à condition qu’il garde le contrôle pendant encore deux années. Il laissera alors le peuple menacé de famine déverser sa colère contre ces généraux qui n’ont pas su protéger le pays.
C’est à la fois le scénario égyptien de la fin des années 70 et de la Russie de Boris. Une fois l’Algérie passée dans l’autre camp, les décideurs sortiront de l’anonymat pour devenir d’importants actionnaires d’une Sonatrach entièrement privatisée.

Quelle est la stratégie ?
Le pouvoir de l’ombre a mis en scène sa candidature pour saboter les élections du 28 avril 2019. C’est une opération réussie puisque :
 la majorité des candidats ne s’est pas présentée
 il n’y a pas eu de présentation sur les bilans/perspectives économiques
 il n’y a pas eu de discussions sur les programmes des candidats pour faire face aux défis.
La dernière proposition du pouvoir (soit disant lettre de Bouteflika) prépare le maintien de Bouteflika au-delà du 28 avril. A cet effet, des émissaires ont été recrutés et envoyés dans certains pays pour rassurer les partenaires étrangers et obtenir un soutien pour cette approche qui va certainement passer par un décret instituant un état d’exception (proclamation de l’état d’exception l’article 93 de la Constitution dispose : « Lorsque le pays est menacé d’un péril imminent dans ses institutions, dans son indépendance ou dans son intégrité territoriale »).
Il ne s’agit donc pas d’ingérence étrangère mais plutôt de la négociation d’une non-ingérence des partenaires étrangers à qui le pouvoir a du promettre le maintien d’accords commerciaux en échange. Le pouvoir pourrait utiliser la violence pour arriver à ses fins et imposer une gouvernance finissante par de faux décrets attribués à Bouteflika avec cet état d’exception. Le soutien des pays étrangers est capital.

Le pouvoir occulte a réussi jusqu’à présent à stériliser les revendications du peuple qui manifeste pour demander le départ de Bouteflika.
Nombreux sont les experts qui font croire au peuple que c’est Bouteflika qui gère encore le pays. Bouteflika sacrifié par le système qui l’a recruté servira jusqu’à sa mort des décideurs que personne ne connait de manière précise. Le pouvoir se fera un plaisir de désigner Bouteflika comme seul coupable pour tous les scandales cachés. Il a déjà utilisé cette tactique pour distraire le peuple (chartre nationale et autres). L’omerta et la cohésion de la maffia sont là pour confirmer ce complot. Pour l’instant, personne ne parle et la chaine de commandement reste en place.
Sans le recours à la signature de Bouteflika, le pouvoir ne pourrait plus assurer la continuité et rassurer ses troupes qui ont parfaitement déchiffré les messages. Les partis (FLN, islamistes..) se rallient à « la manifestation populaire ». Des chefs militaires défilent. On attend plus qu’Ali Haddad manifeste. Qu’espérer de mieux que des millions d’algériens défilent chaque vendredi sans aucune revendication politique précise ? Cela ressemble de plus en plus à un « carnaval fi dechra ».
Ouyahia, seul membre connu du pouvoir occulte est surement dans le groupe de pilotage. Il n’a plus besoin de sa couverture RND. Chakib Khelil continue aussi à piloter Ould Kaddour qui pille le pays. Mais chut, aucun media n’en parle.
L’objectif du pouvoir occulte est de rester encore aux commandes un à deux ans, le temps de rafler ce qu’il reste et de consolider au niveau du FMI la faillite du pays. Ce sera l’objectif de l’état d’exception.
Le peuple sera autorisé à manifester pacifiquement les week-ends. L’état d’exception limitera ses mouvements. On lui trouvera des occupations pour deux ans, le temps de finir la traite de la vache Algérie.

Permalien

Le régime des voleurs demande à ses collaborateurs de participer aux manifestations pacifiques et gentilles. Il offrira du couscous avec du hamoud boualem . il y aura de la zorna.
Laissez Ould Kaddour signer chaque semaine des contrats de long terme qui engagent l'avenir de nos enfants.

https://algerie-direct.net/lactualite/le-pdg-de-sonatrach-abdelmoumen-o…

http://bourse-dz.com/sonatrach-les-dernieres-manoeuvres-de-ouyahia-et-o…
Pendant des mois, le couple Ouyahia-Ould Kaddour a manœuvré conte l’avis de tout le monde pour la création d’une Joint-venture avec une société étrangères pour la commercialisation des hydrocarbures.

Devant le mutisme total et complice des principaux dirigeants de Sonatrach, Ould Kaddour prend l’initiative d’écrire à Ouyhia une lettre dans laquelle il demande l’autorisation de procéder à la création de la Joint-venture. Aussitôt, le premier ministre répond avec un accord de principe et demande la formalisation de la procédure à travers le conseil d’administration de Sonatrach.

Dès lors, Ould Kaddour convoque une réunion du conseil d’administration et demande aux membres l’approbation d’une résolution déjà préparée pour la création de cette société mixte.

Un seul membre du conseil d’administration a dénoncé ce pillage organisé des richesses du pays.

L’Algérie qui commercialisait seule ses hydrocarbures, devra partager la rente avec une compagnie étrangères.

Heureusement -pour le pays- que le premier ministre Ouyahia est parti avant l’approbation de ce projet à travers une résolution du CPE.

Maintenant que Ould Kaddour a perdu le soutien indéfectible de Ouyahia, aucune force n’est en mesure d’empêcher sa présentation devant la justice pour atteintes graves à l’économie du pays.

Ajouter un commentaire