Aller au contenu principal
Body

DOCUMENT

Manifeste pour l’Algérie nouvelle

L’Algérie vit une période exceptionnelle de sa jeune histoire. Jamais, depuis l’indépendance, une telle déferlante humaine n’a secoué le pays sur l’ensemble du territoire. Accumulation de différentes et longues luttes antérieures, ces manifestations populaires et pacifiques réclament, à travers le rejet du cinquième mandat et de toute prolongation, la fin du système en place.

Ces manifestations rappellent la joie, la communion et l’espoir des premières journées de l’indépendance. Après l’accession de l’Algérie à la souveraineté internationale, synonyme d’indépendance, le peuple algérien revendique massivement la liberté pour l’exercice de sa volonté. Indépendance et liberté sont intimement liées dans notre imaginaire social et notre mémoire collective.

Plus d’un demi-siècle après le recouvrement de l’indépendance, la construction de « l’Etat démocratique et social » dans « le respect des libertés fondamentales » énoncée par la plate-forme de la Soummam et la Déclaration du 1er novembre 1954 n’a pas abouti.

Plusieurs éléments combinés ont concouru au détournement de la volonté populaire par la confiscation des instruments politiques et juridiques de l’autodétermination du peuple algérien.

Du régime de parti unique au multipartisme, le pouvoir en place s’est toujours accaparé des moyens de l’Etat. L’administration, le trésor public, la justice et l’appareil sécuritaire sont aux ordres. Ils sont soumis à l’impératif de pérenniser le système par le verrouillage de la vie publique et la fraude électorale. Celle-ci structure la vie institutionnelle, faisant de la corruption et de l’allégeance le moteur d’un système qui fonctionne en vase clos.

En l’absence de séparation des pouvoirs – exécutif, législatif et judiciaire - et d’inexistence de contre-pouvoirs institutionnels et non étatiques, la corruption atteint des sommets inégalés et l’impunité devient la règle. La force brute l’emporte sur la force du droit.

Cet état de fait est en train de s’effondrer sous la pression populaire, augurant l’avènement d’une Algérie nouvelle.

Un processus démocratique fondé sur un socle constitutionnel incontestable et incontesté doit mettre fin à l’usurpation de la souveraineté populaire. Les patriotes, femmes et hommes, épris de justice et de liberté doivent préparer la naissance et le développement de la nouvelle république en combinant valeurs, principes et fondements de la démocratie avec notre référentiel mémoriel dont la lutte de libération nationale reste un exemple et l’élément constitutif de l’édification de l’Etat national souverain :

  • Considérant que le pouvoir constituant revient au peuple et que le mot d’ordre du Mouvement national dès 1926 est l’indépendance de l’Algérie par l’élection d’une assemblée constituante souveraine ;

  • Considérant que le Mouvement national, dans son programme de façon constante et par deux fois dans ses sigles – en 1944 (Amis du Manifeste et des libertés) et en 1946 avec le MTLD (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques) – fait explicitement référence aux libertés ;

  • Considérant que l’organisation du pays en six régions durant la lutte de libération nationale a permis d’atteindre l’objectif d’indépendance tout en cimentant l’unité nationale ;

  • Considérant que l’Algérie ne peut rester en dehors de l’aspiration universelle à la démocratie ;

  • Considérant que l’Algérie est tenue de respecter ses textes juridiques et les pactes internationaux auxquels elle a souscrit ;

  • Considérant que les libertés et l’Etat de droit sont les meilleurs moyens de protection des plus faibles ;

  • Considérant que l’égalité des droits, notamment entre l’homme et la femme et l’égalité de traitement entre les deux langues officielles – l’arabe et le tamazight – sont les garants du mieux vivre ensemble et de l’intégration nationale ;

  • Considérant que la meilleure constitution est celle qui assure l’alternance, la protection des minorités politique, idéologique, religieuse, linguistique, culturelle ;

  • Considérant que l’usage politique de la religion est source de violence.

Proclamons, par le présent Manifeste pour l’Algérie nouvelle, la nécessité de refonder l’Etat pour l’avènement d’une nouvelle République, notamment par :

  • L’édification d’un Etat civil garantissant les libertés de culte, de conscience, d’opinion et la neutralité de l’armée et de l’administration ;

  • La construction de l’Etat démocratique et social assurant les droits et libertés, la justice sociale et l’égalité des chances ;

  • L’abandon de l’Etat centralisé, héritage du colonialisme, par la refondation d’un Etat unitaire régionalisé, à l’image des six ensembles stratégiques de la lutte de libération nationale pour garantir l’expression des diversités et l’intégration démocratique de la Nation.

  • L’inscription de l’Algérie dans l’espace naturel nord-africain par la matérialisation d’une dynamique d’union sur des bases citoyennes qui intègre la permanence du substrat amazigh ;

  • La mise en place de l’Etat de droit, condition sine qua non de l’indépendance de la justice et de l’égalité devant la Loi ;

  • La séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire comme fondement essentiel de la justice et de l’équilibre des pouvoirs luttant contre les abus et la corruption ;

  • La consécration de l’ensemble des libertés individuelles et garantissant l’effectivité de la citoyenneté ;

  • La promotion des droits de l’homme dans leur intégralité et universalité, instruments indispensables à la promotion de la dignité humaine et à l’exercice de la citoyenneté pleine et entière ;

  • La légitimité du suffrage universel, expression de la souveraineté populaire sur la base de la garantie des droits fondamentaux de toute(s)minorité(s) et de l’alternance au pouvoir ;

  • La consécration des droits sociaux, dont l’accès au travail, à la protection sociale, au logement, à l’éducation et à la santé sont le minimum vital d’une société solidaire et citoyenne.

  • Le choix du développement durable pour la préservation des ressources du pays et de l’environnement.

Déclarons agir en faveur d’un mouvement d’opinion pour la concrétisation, par des moyens pacifiques, des objectifs sus énoncés que nous soussignons. Notre Manifeste pour l’Algérie nouvelle entend inscrire ces aspirations et objectifs au cœur de la fondation et des pratiques de la nouvelle République.

Inscrits dans l’intérêt général et la paix civile, nous militons pour que ces principes, fondements et valeurs soient l’assise des institutions de la transition et de la Constituante.

Ne perdons pas de temps, signons et agissons ensemble !

Ci-dessous : la liste des premiers signataires ainsi que les textes en arabe et en tamazight.

بيان من أجل الجزائر الجديدة

تشهد الجزائر فترةً استثنائيةً من تاريخها الحديث العهد. منذ الاستقلال لم يحدث أبداً أن هزت الوطن مثل هذه الطفرة البشرية عبر كل ربوعه. مظاهرات شعبية وسلمية تأتي نتيجة تراكم نظالاتٍ طويلةٍ سابقةٍ في مختلف المجالات، لتطالب اليوم من خلال رفضها للعهدة الخامسة و أيُّ تمديد لها بنهاية النظام القائم.

هذه المظاهرات تذكّرنا بالسعادة والتآخي والأمل الذي ساد في الأيام الأولى للاستقلال، فبعد دخول الجزائر إلى محافل السيادة الدولية تعبيرا عناستقلالها، طالب الشعب الجزائري بكل شرائحه بالحرية لممارسة إرادته. لذا يجب الشروع في وضع مسار شَرعَنةٍ ديمقراطيةٍ يُبنى على أساسٍ دستوريٍّ لا تشوبه شائبة ولا خلاف فيه، فالاستقلال والحرية مرتبطان ارتباطًا وثيقًا في مخيالنا الاجتماعيّ وذاكرتنا الجماعية.

بعد أكثر من نصف قرن من استعادة الاستقلال، فإن بناء "دولةٍ ديمقراطيةٍ واجتماعيةٍ" في ضلِّ "احترام الحريات الأساسية" المنصوص عليها في مؤتمر الصومام وبيان أول نوفمبر 1954 لم يتم. لقد ساهمت عدةُ عناصرٍ مجتمعةٍ في تحويل الإرادة الشّعبية وذلك بمصادرة الأدوات السياسية والقانونية لتقرير مصير للشَّعب الجَزائريّ.

منذ نظام الحزب الواحد إلى فترة التعددية الحزبية، كانت دائمًا السلطة القائمة مستوليةَ على وسائل الدولة، فالإدارة والخزينة العمومية كما العدالة والأجهزة الأمنية، كلها تنصاع للتعليمات الفَوقيَّة. وهي تخضع لحتمية أوامر إدامة النِّظام، من خلال غلق الفضاء العام والتزوير الانتخابي. وهي التي تهيكل الحياة المؤسساتية جاعلةً من الرَّشوة والولاء محرك نظامٍ منغلقٍ على نفسه. في غياب الفصل بين السلطات (التنفيذية والتشريعية والقضائية)، وغياب السلطات المضادة المؤسسية وغير الحكومية، وصل الفساد إلى مستوياتٍ غير مسبوقة وأصبح الإفلات من العقاب هو القاعدة وسادت القوة الغاشمة على قوة القانون. لكن هذا الوضع القائم ينهار يومًا بعد يوم تحت ضغط شعبيٍّ يُبشِّر بجزائر جديدة.

 

يجب أن يوضع حدٌّ لاغتصاب السيادة الشعبية بمسار ديمقراطي قائم على قاعدة دستورية، مسارٌ مسلم به وغير قابل للجدل. .يجب على الوطنيين الشغوفينللعدالة والحرية، نساء ورجالا، الإعداد لولادةِ وتطورِ الجمهورية الثانية، وهذا بالجمع بين قيم الديمقراطية ومبادئها وأسسها و ذاكرتنا المرجعية التي تبقى فيها ثورة التحرير الوطني العنصر المؤسس لبناء الدولة الوطنية ذات السيادة:

  • باعتبار أن السلطة التأسيسية ملك للشعب، وأن شعار الحركة الوطنية منذ عام 1926 هو استقلال الجزائر عن طريق انتخاب جمعية تأسيسية ذات سيادة ؛

  • باعتبار أن الحركة الوطنية، دائما في برنامجها وشعاراتها، لمرتين: في عام 1944 (أحباب البيان والحريات) وفي عام 1946 مع MTLD (حركة انتصار الحريات الديمقراطية)، كانت تشير صراحة إلى الحريات ؛

  • باعتبار أن تنظيم البلاد أثناء الكفاح من أجل التحرير الوطني في ست مناطق قد حقّق هدف الاستقلال مع تعزيز الوحدة الوطنية ؛

  • باعتبار أن الجزائر لا يمكن أن تبقى خارج الطموح العالمي للديمقراطية ؛

  • باعتبار أن الجزائر ملزمة باحترام نصوصها القانونية والمعاهدات الدولية التي صادقت عليها ؛

  • باعتبار أن دولة القانون والحريات هي أفضل وسيلةٍ لحماية الضُّعفاء ؛

  • باعتبار أن المساواة في الحقوق لاسيما بين الرجل والمرأة، والمساواة في المعاملة بين الُّلغتين الرَّسميتين (العربية والأمازيغية) هي الضَّامنة لأفضلية العيش المشترك والاندماج الوطني ؛

  • باعتبار أن أفضلُ دستورٍ هو ذلك الذي يضمن التناوبَ وحماية الأقليَّات السياسية والأيديولوجية والدينية واللّغوية والثقافية وغيرها...؛

  • باعتبار أن الاستغلال السياسي للدين هو مصدرٌ للعنف.

نُعلن عبر البيان من أجل جزائر الحريات هذا، ضرورة إعادة تأسيس الدولة للدخول في  جمهوريةٍ جديدةٍ لاسيما عن طريق:

  • بناءُ دولةٍ مدنيةٍ تَضمنُ حرية المعتقد، الضمير، الرأي، حِيادُ الجَيش والإدارة ؛

  • بناءُ دولةٍ ديمقراطيةٍ واجتماعيةٍ تَضْمنُ الحقوقَ والحريات، العدالة الاجتماعية وتكافَؤ الفرص ؛

  • التخلي عن الدولة المركزيةٍ التي تمثل الارث الاستعماري وإعادة تأسيس دولة موحدة قائمة على أَقْلمَةٍ سياسيةٍ وإداريةٍ بهدفِ تجسيد نقل الصلاحيات إلى الهيئاتِ المحلِّيةِ والإقليمية المنتخبة، وضمان التعبير عن التنوُّعاتِ المتعدِّدةِ وترشيد دورِ وأداءِ الدولة؛

  • وضعُ الجزائرِ في الفضاء الطَبيعيِّ لشمال إفريقيا، من خلال تجسيد ديناميكيةِ اتحادٍ مبنيٍّ على أساسِ مرجعياتِ مواطنيه والتي تدمج دوام القِوام الأمازيغيّ ؛

  • إرساءُ دولةِ القانون كشرطٍ ضروريٍّ لضمان استقلال القضاء والمساواة أمام القانون ؛

  • فصل السلطات التنفيذية والتشريعية والقضائية كعمادٍ أساسيٍّ للعدالة وتوازن السلطات المحاربة للانتهاكات والفساد؛

  • تَكريسُ كلِّ الحريات الفردية والجماعية، وضمان المواطنة الفعليَّة ؛

  • تعزيز حقوق الإنسان في مجملها وعالميتها كأدوات لا يُستغنَى عنها من أجل تعزيز كرامةِ الإنسانِ وممارسة المواطنة الكاملة ؛

  • شرعية الاقتراع العام، تعبيراً عن السيادة الشعبية على أساس ضمان الحقوق الأساسية لجميع الأقليَّات والتناوب على السلطة ؛

  • تَكريسُ الحقوقِ الاجتماعيةِ بما في فيها الحقُّ في العملِ والحمايةِ الاجتماعيةِ والسَّكنِ والتَّعليمِ والصحَّةِ، التي تُعتَبر الحدُّ الحَيَوِيُّ الأدنى لمجتمعٍ مٌتضَامنٍ و مُوَاطَنَاتِيٍّ ؛

  • اختيارُ التنمية المستدامة للحفاظ على موارد البلاد والبيئة.

نحن المُمضون أدناه، نعلن أنَّنا نعمل لصالح حركةِ رأيٍ تَسعَى لتجسيد الأهداف السالفة الذكر والتي نؤيِّدها، بالوسائل السلمية. إن بياننا هذا من أجل الجزائر الجديدة سيجعل هذه الطموحات والأهداف جوهر تأسيس الجمهورية الجديدة وممارساتها.

سعياً منَّا من أجل المصلحة العامة والسِّلمِ المدنيِّ، سنناضل من أجل أن تكون هذه المبادئ والأسس والقيم أرضية للمرحلة الانتقالية والجمعية التأسيسية. هلمَّ دون تضييع للوقت، لنوقِّع ولنعمل معًا !

 

Ameskan i Lezzayer tamaynut

Lezzayer ara tettidirtallittamxaleftdegumezruy-ismeẓẓiyen. Segwasmi i testaqelur d-kkirenttmesbaniyindeg-s amtigad n wass-a i d-yuɣenadrarazaɣarula d tiniri. Timesbaniyin-agi d amsenni n yiseggasenyezrin n waṭas n yimenɣiyen, d timesbaniyintiɣerfanin i d-yekkrenwerccwalmgalasiɣzef n lmanda d tissemmus, bɣantaɣelluy n unagrawiḥekmenass-s.

D timesbaniyin i aɣ-d-yesmektantumert, tadukli d usirem n wussanimezwura n timunent. AsmitekcemLezzayerɣerunnar n tmuratilelliyin, testaqel, agdudazzayriyessutertilelli, ad yexdemayenyebɣa. Timunnent d tlellimcuddent d yiwetdegtemsugnatanmettit-nneɣakkedccfawa-nneɣtamazdayt.

Nnig n uzgen n lqern aya deffirtimunnent, mazalur d yuli “uwanekamagdayametti” s “uqadeṛ n tlelliyintigejdanin” s yes i d-tɛeggentɣeṛɣeṛt n wasifasemmamakkedwulɣu n umezwaru n wanber 1954. Aṭas n yiferdisenyettwaddsen i yekkindeguṛɣam n lebɣiaɣerfan s tririt di tḥeṛṛast n wallalenisertanen d yiɣudam n ufraniman n ugdudazzayri.

Segunhil n ukabarayiwenɣerugtakabar, adabuyerra d lebdattawilat n uwanek d ayla-s. Am tedbelt, amugerrujazayez, amteɣdemtakkedyiɣallen n lamanrsen-as ɣefwudem n ufus. Akken ma llan, terra-tentmara ad siɣezfen di leɛmeṛ n unagraw s uqmaẓ n wawal d usetti n tefranin. D tagiiɣefbeddenttsuduyin, d anagrawiteddun s tijɛalakkedih a sidi, d umdilɣefyiman-is.

Segwakkenulacbeṭṭugariduba -aselkam, amsuḍaf, aɣedman- akkedwulac n yimgaldabuyenimsuduyentiweriwunakin, asgufsuɛeddanttilas, tuqqna n tiṭ d uɛemmed i yimsixsṛenyuɣal d imezgi, afudizikeryekka-d nnig n tin n usaḍuf.

Tilawt-a xlexlenttɣemmaṛ-isddaw n lḥeṛsaɣerfan, d asfillet i Lezzayertamaynut.

Aɣṛefilaq ad ad-d-tuɣaltnaya i as-yettwakksen, d akalaamagdayiṛeṣṣanɣeflsasamendaw ara yehwun i meddenirkelli, ɣefurttemgarraden ara. Anidayellauferfan, d argazneɣ d tameṭṭut, iḥemmlentaɣdemtakkedtlelli, yiwi-d fella-sen ad heyyin i tlalit d usnefli n tegdudatissnat s usdukel n wazalen d yimenzayen n tugdutakkedyiɣbula-nneɣinecfuyen, iɣbulaidegteṭṭeftegrawlataɣelnawtaḥricmeqqren, yerna d amedya, d aferdisɣef ara yebnuuwanekaɣelnawanayan:

  • Imiadabuamsali d ayla n ugdud, amussuaɣelnawyezgayessawal si 1926 ɣertimunnent n Lezzayer s ufran n tseqqamuttaɣelnawttamsalit;

  • Imiamussuaɣelnawyezga i berdayen, ama di 1944 (Imeddukal n umeskan d tlelliyin) ama di 1946 (Amussu i trennawt n tlelliyintimagduyin), yessawal i tlelliyindegumahil-isakkedtenselfas-is;

  • Imituddsa n tmurt di tegrawlataɣelnawtibeddenɣefsdis n temnaḍintessaweḍɣeftimunnent n Lezzayeryernatefkaafud i tduklitaɣelnawt;

  • ImiLezzayerurtezmir ad teqqimbeṛṛa i tzitlatagraɣlant n tugdut;

  • ImiLezzayeryiwi-d fella-s ad tqaderiḍriseniɣudam d yirkiwaligraɣlanenɣeftezmel;

  • Imitilelliyinakkeduwanek n yiṣudaf d allalenyelhannezzeh i useḥbiberɣefwuṛhifen;

  • Imi d amgada n yizerfan, ladɣagarurgaz d tmeṭṭut d tutlayintunṣibin (tamaziɣt d taɛrabt), ara iḍemnentudert n lwaḥid d umyebalgaryizzayriyen;

  • Imitamendawtyufraren d tin ara iḍemnenambadelɣefudabu, aseḥbiberɣeftdersiyintisertanin, tisnaktanin, tideyyanin, tisnilsiyin, tidelsanin, atg ;

  • Imiaseqdec n ddin di tsertit d aɣbalu n tekṛiṭ ;

Ad d-nɛeggendegumeskan i Lezzayertamaynut agi dakkenyiwi-d ad iɛiweduwaneklebniakken ad d-tlaltegdudatamaynut, aya ad d-yili s:

  • Lebni n uwanekaɣaṛim ara iḍemnentilelli n ddin, n tefrit, n turdaakkedtrawsa n lɛeskeṛakkedtedbelt;

  • Lebni n uwanekamagdu, ametti ara iḍemnenizerfan d tlelliyin, taɣdemttimettit d umgadi n tsulaf;

  • Tuǧǧit n uwanekamlemmas, tukkest n temharsa, s tullsa n lebni n uwanekayunanimsemneḍamwasmillantsdis n temnaḍintistratigiyin n tegrawlataɣelnawt,

akken ad neḍmentikkinirkelli n yiḥercanirkelli n tsudesttaɣerfant d umsemmedamagdu n tmurt;

  • Asrusu n Lezzayerdegugni-yisagaman n Tefriqt n ugafa ara yuɣalen d tadukliyebnanɣeftilawttaɣerfant d tgejdit n timmuzɣa;

  • Asbeded n uwanek n yiṣudaf, akken ad tiliteɣdemt d umgadisdat n uṣaduf;

  • Beṭṭugaryidubaaselkam, amsuḍaf, aɣedman ad yili d lsas n teɣdemtakkedumnekni n yidubayekkatenmgalusukey d usgufsu;

  • Tikci n yizerfan i yalyiwen d talyiwetakkedtɣermanit n tidet;

  • Tasmelt n lḥeṛma n umdan d tɣermanittummidt n tidet s tesmelt n yizerfan n umdanigraɣlanenakken ma llan;

  • Tinzureft n tefranttamatut ara d-yessenfalintimunnent n ugdud s uqader n yizerfanigejdanen n tdersin d umbiddelɣefudabu;

  • Tikci n yizerfanimettanenamlxedma, amestenametti, tanezduɣt, leqraya d udawi. D izerfanaddayen n tmettitamsetlattaɣermant ;

  • Afran n usnefli n lebda i useḥbiberɣeftbaɣurin n tmurtakkedtwennaḍt;

Leqdic-agi-nneɣ ad yili i umussu n turda i tiwḍin n yiswiyen-agi i d-yettubedren, iɣefnezmel, werccwal. Ameskan i Lezzayertamaynut agi-nneɣyerra ad ilinyiswiyen d tzitliwin-a d asalasalemmas n tegdudatamaynutakkedtesnasin-is.

Iswi-nneɣ d lfaydatamatut s talwittaɣarimt, ad nnaḍeḥ i wakken ad ilinimenzayen d wazalen-agi d lsas n uɛeddiartallittamaynutakkedtemsalit.

Qbel ad aɣ-ifatlḥal, yyaw ad nezmel, ad nekkretakken !
 

Liste des premiers signataires:

ABANE Belaid : professeur de médecine ; ABBAS Raouf, retraité ;ABBOU Mohamed, universitaire ; ABED Cherifa, journaliste ;  ACHAB Ramdane, éditeur ; ACHEMINE Farida, enseignante-chercheur ; ADOUANE Larbi, retraité de l’éducation ; AGGOUNE Mokrane, enseignant universitaire;  AGOUNE Massinissa, jeune entrepreneur ; AGUERCIF Abdelkarim, médecin ; AHMANACHE Lyès, commerçant ; AHMANACHE Slimane, directeur commercial ; AHMANE Akli, chef d’entreprise ; AIT BACHIR Nacer, pharmacien biologiste ; AIT DJOUDI Ali, journaliste et pdt de « Riposte internationale » ;  AIT MOHAMED Madjid, membre fondateur de la LADDH ; AIT OUAKLI Rachid, enseignant retraité, militant de l’amazighité ; ALLAL Tewfik, militant associatif et pdt de l’Acda ; ALLAOUA Fateh, retraité ; AMARA Nabil, technico-commercial ; AOUDIA Karim, informaticien ; AOUS Abderahmane, professeur universitaire de langues étrangères ; ARAB Hachimi, cadre gestionnaire ; ARAB Hamid, directeur du «Matin d’Algérie » ; AREZKI Djamal, animateur associatif ; AROUS Zoubir, universitaire ; AZZI Abdelmadjid, auteur et syndicaliste ; BADAOUI Ahmed, ancien syndicaliste ; BADAOUI Mahfoud, directeur de société ;BAKOURI Amirouche, président d'association ; BAOUCHE Mounia, artiste ; BELABES Tahar, militant de la société civile ; BELABID ALI, architecte ; BELAID Abderrahmane, professeur de psychiatrie ; BELHADJ Malika, retraité ; BELMELLAT Abdelkrim, fonctionnaire ; BEN SAFIA Said, psychologue ; BEN YAOU Madjid, enseignant-chercheur, UMMTO ; BENISSAD Nouredine, avocat ; BENKAID Yazid, ingénieur; BENKERROU Nacer, enseignant-Chercheur ; BENKHELAT Zahir, militant politique et journaliste ; BENMESBAH Djafar, artiste plasticien et poète ;  BENNADJI Brahim, député indépendant ; BENNAI Toufik, chirurgien-dentiste ; BENSEBA Djamal, ancien secrétaire international du FFS ; BERBAR Yacine, universitaire et communauty manager ; BERKANI Akli, cadre gestionnaire ; BETATACHE Ahmed, enseignant universitaire ; BOUADLOUN Nassima, professeur de Français ; BOUAZIZ Abdelaziz, juriste ; BOUCHERAB Akli, retraité ;BOUDARENE Mahmoud, psychiatre et auteur ; BOUDJEMA Farid, commerçant ; BOUDJEMA Hacene, directeur fonction publique, universitaire ; BOUDRAHAM Idir, enseignant ; BOUHITEM Nadir, directeur de projet ; BOUICHE Mahrez, universitaire et militant des droits humains ; BOUKIR Ali, retraité de l’éducation ; BOUKIR Salma, coach-praticienne et militante associative; BOUKRIF Nouara, médecin ; BOULIL Belaid, directeur d'Institut national de formation ;  BOUMGHAR Mouloud, professeur de droit public ; BOUNAMOUS Abdelhakim, retraité ; BOUNOUR Sabah, parlementaire ; BOURABA Omar, militant associatif ; BOURAS Abdelhakim, fonctionnaire ; BOURAS L’Hadi, universitaire retraité, président de l’Association Tamazgha Aurès Forum ;BOUSLOUA Nadia, Journaliste ; BOUTELDJAFaiza, étudiante en lettres; BRAHAM Khiredine, animateur associatif ; BRAHIM Doudja, psychanalyste ; BRAHIMI Ali, juriste ; BRAHIMI Nadjib, étudiant ; BRAHIMI Salah, avocat, bâtonnier ; BRIZINI Amar, chirurgien-dentiste ; CHEKAR Amar, journaliste ; CHEKIR Chafika, juriste ; CHEKLALIA Malik, chroniqueur ; CHENOUN Nouara, avocate ; CHERRAR Abdelkader, ancien député ; CHIKHI Mustapha, ferme Oudali ; DABEL Belkacem, entrepreneur ; DAOUD Kamal, écrivain ; DAOUDI Anissa, professeur universitaire; DEHILES Ali, ingénieur aéronautique ; DERRAIS Bachir, cinéaste ;DERRICHE Amar, chroniqueur radio et poète;  DJABELKHIR Said, chercheur universitaire; DJAIDER Bachir, journaliste et écrivain ; DJEBAR Réda, professeur d’université ; DJERROUD Tarik, auteur et éditeur ; EL KADI Ihsane, journaliste et directeur radio Maghreb émergeant ; FALI Ammar, médecin, militant MCB et des droits de l'homme ; FELLAG Mouloud, chercheur en développement social ; FERAOUN Ali, cadre supérieur ; FERDJALLAH Djamel, ancien parlementaire ; FERHATI Hacène, militant des droits de l’Homme ; FILALI Nawel, militante politique ; GAOUA Salah, artiste/ producteur ; GASMI Lyes, militant de la démocratie ; GHECHIR Boudjema, avocat, ancien président de la LADH ; GRABI Meziane, cadre supérieur en retraite ; GUELLAZ Abdenour, ingénieur ; GUELLAZ Ahmed, Avocat ; GUETA Imane, chirurgien-dentiste ; HACHELAF Azouz, architecte ; HACHOUR Madjid, avocat ; HADAD Fouad, avocat ; HADBI Youcef, architecte ; HADID Rachid, comédien ; HALLICHE Sonia, étudiante; HAMDANE Said, cadre supérieur Algérie Poste ; HAMI Hamid, professeur retraité de l’éducation nationale ; HAMICHE Karim, chirurgien-dentiste ; HAMIDOUCHE Madjid, président d'Apc ; HAMOU LHADJ Azouaou, employé SPA ; HAMOUCHE Ouiza, retraitée ; HAMROUNI Mohamed, opticien, militant politique ; HASNAOUI Ahmed, ancien député ; HENAD Mohamed, universitaire ; HOUARI Louiza, étudiante ; IBALIDEN Boussaad, ingénieur, ancien P/apc d'Ighram; IGUENANE Cherif, urgentiste ; IKNI Fahem, ingénieur en travaux publics, entrepreneur ; IZWAWEN Akli, militant de la démocratie ; KACI Makhlouf, écrivain, linguiste ; KADIR Tarik, enseignant universitaire ; KAHLOUCHE Djabir, économiste ; KAID Samia, psychologue, militante de la démocratie ; KASRI Nassim, militant de la démocratie ; KEBICHE Rafik, cadre supérieur EPE/Spa ; KEBIR Slimane, retraité du ministère de l’intérieur ; KECHELAL Ali, militant de la démocratie ; KECILI Smail, ancien P/APW de TO ;  KHEMRI Abdelkader, ancien ministre et ancien ambassadeur ; KERRI Louisa, infirmière ; KHABER Lyazid, ancien journaliste ; KHABER Madjid, cadre financier ; KHALFOUNE Tahar, universitaire ; KHEDDAR Cherifa, présidente de Djazairouna ; KOLLI Omar, directeur de projet ; KOUDIL Salah, sociologue ; LADDADA Mohamed, médecin ; LADJOUZE Zahir, militant pour la démocratie ; LAHLOU Mohamed, professeur d’université ; LAYACHI Hmida, journaliste et écrivain ; LEFFAD Malika, retraitée, gérante de commerce ; LEFFAD Nassima, retraitée de la santé ; LEFFAD Saliha, directrice d’agence de voyages ; MADJOUR Said, ancien parlementaire ; MAHDI Hocine, écrivain ; MALOUFI Fella, enseignante ; MAMERI Djamel, militant politique, ancien syndicaliste et élu communal ; MAOUCHE Nouara, enseignante secondaire ; MAOUCHE Yahia, journaliste ; MAOUEL Mouloud, ingénieur des laboratoires universitaires ; MEBARKI Chaouki, retraité ; MECHOU Madjid, retraité; MECHOU Rachid, retraité, ancien militant du MCB ; MEDDI Adlène, romancier et journaliste ; MEDJBAR Hayat, animatrice associative; MEDJBER Nassima, enseignante; MEDJDOUB Said, retraité de l'éducation ; MEHENNOUI Nacer, cadre supérieur ; MEKERRI Mohammed, cadre financier en retraite ; MELAZ Kaci, architecte ; MELBOUCI Cherif, commerçant ; MENANA Rachid, médecin ; MERZOUK El Hacen, ancien parlementaire ; MERZOUK Hamou, animateur associatif ; MESLI Fewzia, chirurgien-dentiste; MESLI Nasreddine, militant de la démocratie ; MESSAOUDI Ahmed, psychologue ; MEZAR Nacer, ancien parlementaire ; MEZHOUD Hadjila, fonctionnaire ; MEZIANE Amar, étudiant ; MIRA Tarik, animateur associatif ; MOKRANI Rabah, patriote ; MOKTFI Kamel, toxicologue ; MOULA Ramdane, ancien parlementaire ;MOULOUD Messaoud, retraité éducation nationale ; MOUSSAOUI Salah, retraité ; MOUSSI Ahcène, économiste et analyste politique ; MOUSSOUNI Akli, expert agronome ;  NAILI Djabria, médecin, ancien SG de la Laddh ; NAIT SALAH Belkacem, avocat ;NAIT YAHYA Ouali, universitaire et militant des droits de l’homme ; NAMAOUI Mohamed, cadre, ancien attaché parlementaire ;OUABBOU Cherif, chirurgien-dentiste ; OUARDAS Tayeb, professeur et expert ; OUAZAR Hamid, ancien parlementaire ; OUCHERIF Benmaamar, enseignant à la retraite ; OUFERHAT Mahieddine, animateur associatif ;OUHARZOUN Smail, cadre retraité Naftal ; OULAGHA Boudjemaa, avocat ; OUSSAID Sekour, prof de sport ; OUZEGDOUH Allal, cadre dirigeant ; RAHMANI Abdelmalik, enseignant chercheur, ancien coordinateur national du CNES ; RAHMOUNE Mohand Ameziane, enseignant universitaire, UMMTO ; RAMDANI Rachida, professeur; REBIAI Mebarki, scénariste ; REDJDAL Boubekeur, ingénieur agronome ; ROUADJIA Ahmed, professeur de sociologie politique ; SADOUN Nacer, enseignant chercheur ; SAHEB Hakim, avocat, enseignant universitaire ; SAIM Nassima, superviseur aéroportuaire ; SALMI Madrid, ancien commissaire ; SAMEUR Idir, militant de la démocratie ; SEMIANE Sid Ahmed, auteur, réalisateur ;SI MOHAMED Baghdadi, ancien cadre du MJS ; SID LAKDHAR Boumediène, professeur de droit;  STIET Mohamed, médecin retraité ; TALEB Azzedine, cadre, animateur associatif ; TAZIBT Badredine, fonctionnaire ; THAOUAMARTE Djebbar, agent de voyages ; TIDJET Fatah, chef d’entreprise ; TOUALBIA Ali Abbes, officier des forces aériennes à la retraite ; TRIKI Boualem, enseignant de Maths ; WABEAU Nacer, romancier et enseignant universitaire; YATAGHANE Djamel, militant de la démocratie; ZAOUCHE Ahmed, militant de la démocratie ; ZAOUI Amine, écrivain ; ZEGANE Saada, ingénieur agronome principal ; ZEGGANE Hamid, chef d’entreprise ; ZIANE Seghir, retraité ; ZIDANE Mouloud, retraité ; ZIDANI Hacène, ingénieur d'État et fonctionnaire ;...

 

 

Commentaires

Permalien

ajouti

Hen Uqaci plombyi sofagiste et thadjadartmith enni midcin. hospitalyi

Permalien

D'accord pour l'Appel, particulièrement la Décentralisation, les droits de chacun, un Maghreb universel...
J'apprécie réellement.. Il manque un point que je trouve très important: la Banque, le Change, les paiements en dinars.... Ce système de change parallèle avec un change en euros, dollars dépassant tout enttendement. Je suis spécialement triste quand je vois mon entourage voyageant dans un pays ami, la Tunisie, obligé de changer "au noir" des euros, dollars contre des dinars tunisiens.. Vous comprenez pourquoi je suis pour un "Maghreb espace naturel nord-africain"

Permalien

j'adhère a cette belle initiative, nous devons sauver notre belle Algerie pour laquelle ma mere a été condamnée a mort par l'armée française, c'est plus qu'un devoir pour moi , c'est une obligation de rejoindre votre groupe !

Permalien

Il est temps de s'unir et de réunir nos forces afin de récupérer notre patrie des mains de la pègre au pouvoir et la laisser pour notre progéniture qui ne risquera plus de traverser la méditéranée

Permalien

J'adhere a ce manifeste et j'ajouterais les commentaires suivants :
On ne peut plus se contenter d'attendre les annonces du chef d'état major Gaid Salah dont ce n'est pas le role .Ceux qui appellent l'armée se trompent lourdement (ou ont des desseins sombres) car l'état major n'est pas formaté pour faire de la politique et leur leit motiv est la force et rien d'autre. Ne nous jetons pas dans les bras de l'armée. Cette revolution est portée par tout un peuple et par consequent la transition doit être portée par le peuple avec ses représentants et uniquement le peuple.
Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre qu'il y'a une petite gueguerre dans les rangs de l'armée et on ne doit pas rentrer dans leurs querelles , c'est leur affaire et de toute manière ils se protégeront toujours et nous risquons d'être les dindons de la farce.Car comment expliquer que Gaid Salah accuse nommément Toufik de comploter contre la sûreté de l'Etat se contente de l'avertir (un enfant qu'on gronde pour ses bêtises) au lieu de le mettre aux arrêts (on a mis au cachot voire fusille des individus pour beaucoup moins que ca) ou encore les responsables de la DGSN qu'il accuse d'avoir provoque des violences et aucune mesure n'est prise. Aussi qu'on arrête de prendre le peuple pour des débiles ...prenons nous en charge et demandons a Gaid Salah de ne plus s'adresser a nous et de rester dans sa caserne...Il rendrait un grand service a l'Algérie...la construction d'une république libre et démocratique est l'affaire du peuple et personne d'autres....cap vers notre transition....il y'a urgence...
Sidi Menad Si Ahmed ancien haut fonctionnaire des Nations unies en retraite, senior expert auprès du PNUE (Programme des Nations Unies pour l'environnement) climatologue

Ajouter un commentaire