Aller au contenu principal
Body

DECRYPTAGE

Tout est dit ce IXème vendredi d’un côté comme d’un autre   

Il est fort probable qu’on n’aurait pas besoin d’un dixième vendredi puisqu’il ce dernier semble très riche en messages aux uns et aux autres.

D’un côté, les personnalités reçues la veille par Bensalah, les coups de fil donnés par le secrétaire général de la présidence Habba El Okbi à des constitutionnalistes pour former un comité de surveillance des élections du 4 juillets prochain, la rencontre de consultation prévue ce lundi n’ont pas convaincu grand monde pour dire à l’unanimité que la dérogation aux règles constitutionnelles sont devenues face à cette crise politique une voie incontournable.

De l’autre, l’élan du mouvement national est resté intact, voire déterminé d’aller au bout pour se débarrasser une fois pour toute de ce « système » dont les racines sont dans cette feuille de route que présente le chef d’Etat par intérim qui devra lui et son exécutif partir. Il le tient aussi pour responsable des conséquence d’un pourrissement de la situation. Il n’y a pratiquement aucun candidat sérieux à la présidentielle. A l’exception de Belaid et Ghediri(déjà candidat à celle d'avril) qui approuvent cette échéance du 4 juillet. Même les dissidences en cascade des institutions des collectivités locales n'arrivent pas à faire renoncer à sa préparation.

Ce qui est nouveau durant ce neuvième acte, ce sont les noms de certaines personnalités charismatiques qui ressortent avec insistance pour conduire cette transition dont l’issue semble incontournable. Si l’on se réfère à ce qui à été relayé dans réseaux sociaux, Liamine Zeroual aurait reçu chez lui une délégation du Hirak, probablement d’envergure régionale mais qui leur a recommandé de s’adresser l’armée et indirectement « si elle est favorable », il présenterait sa feuille de route. Mais le  journal électronique Maghreb Intelligence (01) cite d’autres sources « proches du ministère de Défense qui ont confirmé que l’armée dispose de sa propre feuille de route, celle d’aller vers les élections, peu importe son échéance mais c’est au nouveau président de mener les réformes vers le changement revendiqué par le mouvement national. Gaid Salah, si l’on croit cette dépêche, a choisi déjà la personnalité qui semble idoine pour ce genre de réforme en profondeur. Il s’agit de Mouloud Hamrouche.

1- Pourquoi justement Mouloud Hamrouche

C’est une des réserves de l’élite politique algérienne sinon  le seul qui reste doté d’une parfaite connaissance du « système » en place depuis l’indépendance pour pouvoir mettre en place les réformes qui entrent dans les objectifs du mouvement national de la manière la plus souple comme il a amorcé avec son équipe les années 89-91. 

Mouloud Hamrouche a une affinité si l’on parcours ses contributions et le peu d’interviews qu’il a accordés à la presse avec l’armée et demeure convaincu que dans les conditions spécifiques à l’Algérie, historiques, sociales, sociétales et surtout économiques, il est le seul qui pourra accompagner avec efficacité les changements exigés par le Hirak qui sont au stade actuel « complexes » et pourraient, si l’on n'y va pas avec des pincettes, chambouler un ordre établi, lequel ordre retournerait la situation en sa faveur pour rendre tous les sacrifices consentis pendant 9 semaines en vain.

Il est vrai que face à des fake news, les bruits nocifs électroniques mais gratuits, il s’est dit que sa vie politique est enterrée, mais le devoir patriotique pourrait le convaincre d’un mandat pour mettre la roue en marche et éviter un débat stérile qui déchirerait la société. 

Ceux qui ont travaillé avec lui reconnaissent sa volonté dans ce domaine précis, ce qui lui permettra de se consacrer à l’équilibre des pouvoirs des ailes qui en ont, aux libertés, légalité et surtout capter l’énergie des 70% des jeunes pour en faire des citoyens intéressés au corps social, et celle des autres parties de la société pour sortir le pays de la dépendance au pétrole.  

Il est aussi capable, si l’on se réfère à sa dernière contribution, rallier les générations d’hier et celle d’aujourd’hui pour mieux appréhender un futur consensuel mais productif pour l’ensemble. Rappelons pour mémoire qu’il a déjà dirigé un gouvernement dans des moments de crise les années citées plus haut lorsqu’il a succédé à Kasdi Merbah, le puissant chef de la sécurité militaire, au demeurant qui a difficilement accepté son limogeage.

Mouloud Hamrouche s’est tout de suite occupé du dossier de la liberté d'expression et des médias avec une ouverture de son espace afin de mettre d’abord et avant tout les membres de toute la société en confiance et décontractés pour la suite. Une fois les citoyens qui se réveillent chaque matin trouvent des informations variées dans plusieurs journaux son équipe lança une ouverture politique et économique progressivement mais touchant à la fois la société et le champ politique.

Il a insisté pour toucher la sphère financière par l’adoption de la loi sur le crédit et la monnaie qui é été tripotée en 2017 par le gouvernement Ouyahia pour l’ouvrir au financement non conventionnel qui fait l’objet d’une grande polémique aujourd’hui. Reconnaissons que c’est son équipe qui a fait sortir l’économie algérienne du taux d’échange administré. Les domaines agricoles devenus nationalisés et abandonnés ont été privatisés et une grande partie a été remise à ses propriétaires. Il n’a pas pu finir la décentralisation de l’administration, la débureaucratiser et procéder à son insertion dans l’économie mondiale, seule gage pour une diversification effective de l’économie nationale.

Les luttes internes du parti unique, la démission de Chadli Bendjedid et l’offensive précipitée pour suspendre le processus électoral ont entravé son élan et précipité la chute de son gouvernement. Aujourd’hui on n'est pas très loin d’une crise politique similaire mais les conditions économiques lui sont favorables avec un baril de pétrole à 72 dollars en moyenne pour la saison et en phase d’une augmentation en perspective dans la fourche 65-75 dollars le baril sans compter la prime de légèreté et un taux de soufre réduit du Sahara Blend Algérien avec en sus, un matelas de réserves de change d’au moins de 87 milliards de dollars.

S’il est vrai que tout est dans les hypothèses, chacune avec sa probabilité d’occurrence, mais ce qui est sûr c'est que la guerre contre le « système » est bel et bien déclarée.                                                                                                                  

R. R.

Renvoi

(01)-http://www.maghreb-intelligence.com/exclusif-mouloud-hamrouche-lhomme-sur-lequel-veut-miser-le-general-gaid-salah/?fbclid=IwAR0xyTMVMZnTwrfnVqHajbf9SMNIn2T9XIlMMSVfbo-xg8-ZAIuXuuu1GE

Auteur
Rabah Reghis
 

Commentaires

Permalien

Putain ! On dirait ma belle mère quand elle m'a fourgué thadjarmith enni ! Il ne manquait qu'à rajouter qu'il est puceau et qu'il n'a jamais servi. 3lkhatar la moitié ne sait pas et l'autre est amnésique.

. Nekini qarghak c'est une branlade ketch ath qaredh c'est une révolution. Ur fhimaghj anwa degnagh ih s3an lhaq.

Ila3nayak serssasd aqendour !

Ulla d'Quelqun enni ad yarbitri irouh anagh.

Ar thin ennagh a Madani

Permalien

Monsieur Reghis,
Si vos compétences en économie sont du même ordre que celles de votre français, alors permettez-moi de vous dire de garder vos conseils pour vous, car personne ne vous en a demandé et personne n'en tiendra compte.
Vous cherchez à vendre au peuple algérien la candidature d'une figure décrépite, que vous prétendez être la seule capable de sortir l'Algérie du bourbier dans lequel l'ont enfoncée des gens de votre acabit par des analyses, des choix, farfelus et des promiscuités plus que douteuses.
Pour votre information, le peuple algérien, contraint et forcé, exporte depuis des lustres le meilleur de sa matière grise vers des horizons plus reconnaissants, attitude allant à l'encontre de son patriotisme et vous, vous nous sortez un cerveau moisi et rance coresponsable du malheur qui s'est abattu sur l'Algérie depuis deux décennies.
Pour le commun des algériens, celui dont vous faites la promotion ne sera jamais qu'un porteur de parapluie qui a permis au fascisme vert de revêtir l'habit de la légalité pour attaquer par traîtrise une population algérienne démunie et pacifique qui refusait son dictât.
Le peuple algérien est riche à millions d'esprits ouverts, éclairés, instruits, intelligents, frais, disponibles, compétents... et jeunes et fougueux pour vous suivre dans une voie qu'il sait sans issue sinon qu'elle mène vers un précipice, alors de grâce, épargnez-lui vos délires psychédéliques et allez vous reposer, vous êtes fatigué.

Permalien

Monsieur Reghis,
Si vos compétences en économie sont du même ordre que celles de votre français, alors permettez-moi de vous dire de garder vos conseils pour vous, car personne ne vous en a demandé et personne n'en tiendra compte.
Vous cherchez à vendre au peuple algérien la candidature d'une figure décrépite, que vous prétendez être la seule capable de sortir l'Algérie du bourbier dans lequel l'ont enfoncée des gens de votre acabit par des analyses, des choix, farfelus et des promiscuités plus que douteuses.
Pour votre information, le peuple algérien, contraint et forcé, exporte depuis des lustres le meilleur de sa matière grise vers des horizons plus reconnaissants, attitude allant à l'encontre de son patriotisme et vous, vous nous sortez un cerveau moisi et rance coresponsable du malheur qui s'est abattu sur l'Algérie depuis deux décennies.
Pour le commun des algériens, celui dont vous faites la promotion ne sera jamais qu'un porteur de parapluie qui a permis au fascisme vert de revêtir l'habit de la légalité pour attaquer par traîtrise une population algérienne démunie et pacifique qui refusait son dictât.
Le peuple algérien est riche à millions d'esprits ouverts, éclairés, instruits, intelligents, frais, disponibles, compétents... et jeunes et fougueux pour vous suivre dans une voie qu'il sait sans issue sinon qu'elle mène vers un précipice, alors de grâce, épargnez-lui vos délires psychédéliques et allez vous reposer, vous êtes fatigué.

Permalien

Je disais a Madani hacha izane id yeghline ara. Sans être tout a fait sûr de moua.

Après quand il a plu de la merde , je me suis dit pourvu qu'on en soit au bout. Mehsev, il a plu de la merde après il n'y aura que du beau temps.

Ayavavaaaaaa ! Ah j'tijore que c'est Gramsci qui a raison ya Boureb ! 3Labalkoum les monstruosités qui sont proférées.

Quand moua je vous disais que ce à quoi on assiste est tout ce que vous voudrez mais pas une révolution , vous disiez que je tmenyikais seulement.

Et non, pas que ! Je skhouzodhais lucidement.
f que moua même dans mes skhouzorations les plus débridés je n'aurais pas zozé cette effronterie.

Hamrouche !!!

Blarbi que je vendrais mon âme au diable, et après tout tetnek ga3 l'ingiri hadi ta3 nommi , il pleuvra des enclumes rien que sur mon qamum, un éclair aura courcircuité ga3 mes neurones, mais Hamrouche, jami jami je n'y aurais pensé.

Mais à mounavi Reghis a un autre objectif , il nous fait peur avec Hamrouche pour nous vendre autre chose.

Ipi d'abord on l'aurait pas laissé faire ça ici au Matin-Dized.

Hein , c'est un service après vente qu'il fait et pas du marketing ?

Iben moua je vous parie que c'est un fantasme refoulé qui lui récidive.

Hamrouche ? kamim pas !

Permalien

C’ est quoi cette solution dictée par l’armée?
Le peuple ne voudra pas d’un Mouloud Hamrouche sauf s’il est désigné par les urnes proprement et après avoir décliné son programme.
Il se dégage un parfum de stalinisme dans cet article, comme si le peuple était une bande d’ecoliers qu’il faut conduire 2 par 2 en classe chez maîtres Hamrouche!
Vous vous égarez, vous et les militaires si tel était leur dessin.
Le peuple est majeur pour décider tout seul.

Permalien

C'est l'armée qui fait et défait les présidents dans notre pays depuis bien longtemps et avant même notre indépendance.

Depuis 1962 à ce jour, vous ne semblez rien comprendre et vous vous laissez encore mener par la barbichette par des militaires qui n'ont jamais été démocrates dans leur vie.

A force de nous bassiner, le bon peuple regrettera bien d'être sorti exprimer son ras-le-bol.

Que Gaïd Salah lâche les basquettes au peuple qui lui demande juste la neutralité. Qu'il cesse de se conduire comme un indispensable car il a mangé dans tous les râteliers comme tous ceux que le bon peuple demande le départ.

Que ce monsieur comprenne une bonne fois pour toute que le peuple est mûr et plus mûr encore qu'il ne l'est lui qui a accompagné dans ses extravagances son fakhamatouhou depuis bien longtemps déjà.

Permalien

Il faut reconnaître que la situation est difficile, une économie en berne, une corruption qui bat des records, avec le robinet de pétrole qui coule de moins en moins, une agriculture dévastée par la cause de l'aveuglement de Mr Boumédiene en voulant mettre le pays dans la zone socialiste en cherchant le prestige au lieu de chercher le bien-être de son peuple. C'est à partir de ce moment là que le pays a perdu pied et il se retrouve dans les mains des prédateurs, comment voulez--vous faire sans passer par un lessivage totale de ce système corrompu qui ne pense jamais à sortir le pays de l'après pétrole, de toute façon où il ya pétrole il ya malédiction.

Permalien

R.R. on voit bien que celui qui a ecrit cet article, ou bien il est mouillé avec les services militaires ou bien c'est un islamiste. pourquoi signé R. R. ??????? manipulateur !!!!!!!! les algeriens ne sont pas cons !!!!!

Ajouter un commentaire