Aller au contenu principal
Body

TRIBUNE

Les zouaves, parlons-en !

Introduction

Force nous est donnée ces temps-ci de constater que dès que les propagandistes anti-Kabyles découvrent un mot en lien avec l’histoire ou la culture kabyles, ils se lancent dans son exploitation malicieuse et manipulatrice espérant asséner ainsi un coup à la Kabylie.

C’est ainsi que récemment, dans le cadre de la campagne anti-kabyle, certains arabo-islamistes, incultes, ne pouvant digérer la visibilité des Kabyles et les couleurs kabylo-amazighes dans les manifestations, nous ont sorti du placard le mot "zouave" et prennent un raccourci en créant une confusion entre l'origine du mot et le mot adopté plus tard par les Français pour nommer les bataillons composés "d'indigènes''.

Nous ne pouvons extraire des mots et des faits de leur contexte pour leur donner une orientation que l’on veut en fonction des aspirations idéologique. La réalité et le contexte historiques que nous allons reprendre ici vont surprendre plus d’un et feront regretter aux auteurs de ces raccourcis de l’avoir évoqué. Il est regrettable que seulement une poignée d’Algériens arabophones aient pu échapper à l’endoctrinement idéologique arabo-islamique ayant pris conscience de leur vraie identité amazighe et percevant dans le combat des Kabyles leur propre salut identitaire. Il n’en est malheureusement pas ainsi de la masse, bonne à être manipulée et dressée contre les Kabyles. Mais ces derniers resteront zen car confiants dans le combat qu’ils mènent, ayant à l’esprit que la vérité historique finit toujours par triompher.

Dans ce qui suit, je rappelle d’abord l’origine et l’usage du mot zwawa chez les populations arabophones. Avant d’évoquer la forme francisée de ce vocable en zouave, je rappellerai d’abord que le nom Algérie est lui-même une création française et non pas la Francisation de l’appellation arabe Al-Djazair lequel, au début, désignait la ville et la régence d’Alger plutôt que l’Algérie. Ce contexte va permettre de saisir l’évidence selon laquelle les Zouaves des français étaient essentiellement des éléments arabophones puisés en dehors de la Kabylie et non pas des Kabyles comme certains charlatans essaient de nous le faire croire en usant de raccourcis qui sont loin d’être innocents.

Le mot Zwawa

Le nom Zwawa fut rapporté par les chroniqueurs, historiens ou voyageurs de langue arabe tel qu’Ibn Hawqel (en 988), Ibn Khalikan (1274), Ibn battuta (1356) et Ibn Khaldoun (1406). Le mot est une déformation du nom d’une confédération kabyle Igawawen (pluriel de Agawaw), une confédération de villages dans le versant est de la Kabylie occidentale et dont la limite territoriale allait jusqu’aux alentours de Bougie (selon Ibn Khaldoun). Ce terme fut par la suite généralisée chez les populations arabophones pour désigner tous les Kabyles. Il est évident qu’Ibn Khaldun n’avait pas réussi à délimiter de façon précise le territoire de cette confédération et sa classification recèle un degré de confusion assez élevé.

Les Igawawen étaient d’abord recrutés au 9ème siècle par les Kabyles Ikettamen (Kutama en arabe), habitant la région de la Kabylie orientale, pour soutenir la dynastie des Fatimides contre les Aghlabides, une dynastie installée à la frontière de la Kabylie par les Abbassides. Le recrutement des Igawawen par Ikettamen s’expliquent donc par la proximité géographique des deux confédérations. Rappelons ici que les Kabyles Ikettamen (kutama) constituaient le pilier de l’armée aghlabide et conquirent même l’Égypte en 969 où ils fondèrent le Caire (al-Qahira), selon Ibn Khaldun, et d’où ils partaient en expédition contre Damas, la capitale du califat abbasside.

Image retirée.

Confédération des Igawawen

Plus tard, le mot zwawa fut adopté par les Turcs dès le 16ème  siècle en référence aux soldats qu'ils recrutaient au sein de la même confédération en Kabylie pour combattre les Espagnols. Le recrutement turc en Kabylie recelait une signification politique en ce sens que la Kabylie n’était pas soumise aux Turcs et elle jouissait de son indépendance. Les Turcs ne sont jamais parvenus à soumettre la Kabylie contrairement aux autres régions comme Alger, devenue régence (Dar Es-soltan) sous l’autorité du dey, ainsi que les trois beylicats, à savoir le beylik de l’est (région de Constantine), le beylik de l’ouest (région de l’Oranie et de Médéa) et le beylik de Titteri (région de Médéa). Les trois beylicats étaient sous l’influence du dey d’Alger à qui ils étaient redevables en termes d’impôts, mais la Kabylie n’était ni un beylicat, ni soumise à l’influence du dey d’Alger. Malgré les multiples tentatives de la conquérir, la Kabylie est restée indépendante. Elle l’était encore à l’arrivée des Français et le restera jusqu’à la défaite de Fadhma n Soumer 1857 et surtout l’échec de la révolte de 1871 à laquelle avaient appelé Ccix Amoqran et Ccix Aheddad.

Image retirée.

Portraits présumés du Chérif Boubaghla et de Lalla Fatma n'Soumer conduisant l'armée révolutionnaire kabyle, signée F. Philippoteaux (1866)

La France et le nom Algérie

Pour convoquer le contexte, rappelons d’emblée que le mot Algérie fut créé par la France en ajoutant le suffixe –ie au nom d’Alger, conformément aux règles de dérivation de la langue française. Il fut officiellement adopté le 14 octobre 1839 par le ministre de la Guerre de l’époque en charge de l’Algérie, Antoine Virgile Schneider. Le nom Alger était la traduction du mot Zzayer qui renvoyait au beylicat, la ville d’Alger actuelle et ses environs et non pas le pays Algérie tel que nous le connaissons aujourd’hui.

L’origine du nom Zzayer est controversé et sa forme en arabe avec l’article défini Al-Djazair est le résultat d’un procédé d’arabisation du nom Zzayer et ne résulte pas du lexème arabe signifiant « les îles » comme l’historiographie officielle algérienne veut nous le faire croire. Ce territoire ne constitue pas une île, encore moins plusieurs îles, et toutes les hypothèses voulant nous forcer à en voir deviennent une forme de corruption.

Remarquons au passage que ce procédé idéologique consistant à arabiser des toponymes pour corrompre et falsifier l’histoire existe encore aujourd’hui comme en témoigne la toponymie algérienne en kabylie faisant de Imcheddalen « Mched-Allah », de Amechras « Mecht-al-ras » et de Iwadhiyen « Oued-Hiyas » en détournant la forme francisée « les Ouadhias.

L’Algérie en tant que pays unifié tel qu’on le connaît aujourd’hui n’existait pas à l’arrivée des Français. Il existait en revanche une régence (Dar Es-soltan) qui comprenait la ville d’Alger et ses environs, sous l’autorité du dey (dey Hussein) et les 3 beylicats distincts, mentionnés plus haut, la Kabylie en tant que pays indépendant et des communautés autonomes dans les Hauts Plateaux et le Sahara.

La question de la dénomination de tout ce vaste territoire n’a été posée qu’à l’arrivée des Français lorsqu’ils ont opéré un changement au niveau de leur objectif et lorsque leur visée de soumettre et de dominer tout cet espace était devenue claire; la Kabylie ne faisait pas encore partie de cette visée et nous y reviendrons. Il convient aussi de rappeler que le plan initial des Français au début ne consistait pas à conquérir tout le territoire mais seulement à occuper les côtes afin de mettre fin à la piraterie des Corsaires et des pirates des régences turques en Méditerranée. Or, pour ce faire, il fallait que les Français imposent un traité au dey d’Alger. Pour imposer un tel traité, il fallait que le dey capitule, ce qui arriva le 5 juillet 1830, comme le proclama le commandant en chef français Bourmont, le 6 juillet 1830 dans son quartier général de La Casbah « vingt jours ont suffi pour la destruction de cet État dont l’existence fatiguait l’Europe depuis trois siècles. »

Image retirée.

Portrait du dey Hussein

Les Français ont gardé les mêmes structures de gouvernance et militaires que celles utilisées par les Turcs comme en témoignent d’ailleurs les noms de fonctions Agha, bachagha, qayed, etc. que les Français adoptèrent pendant toute la période coloniale.

Les Zouaves des Français n’étaient pas kabyles mais arabophones

Le dey s’étant rendu et ayant accepté les conditions de capitulation qui lui assuraient une belle vie avec sa famille, à condition de quitter Alger, ses soldats se sont rendus avec armes et bagages et les Français ont commencé à recruter des soldats indigènes immédiatement pour former deux sortes de bataillons qu’ils appelaient zouaves et spahis. Le premier bataillon zouave ayant servi l'armée française fut formé par le général Clauzel dès 1831. D’autres bataillons seront formés dès novembre 1831 sous les noms de « Chasseurs indigènes » et « chasseurs d’Afrique ». Or, à cette époque-là, non seulement les Français ne s’étaient pas encore aventurés en Kabylie, mais ils n’avaient nullement l’intention d’occuper ce territoire qu’ils considéraient dangereux. La Kabylie ne sera conquise qu’après avoir vaincu la résistance organisée par Lalla Fadma n Soumer lors de la bataille d’Icerriden de 1857 et, surtout, après avoir réprimé la révolte à laquelle avaient appelé Ccix Ameqran et Cix Aheddad en 1871. Les Français avaient déjà commencé à recruter des soldats parmi les "indigènes", les populations arabophones, alors que la Kabylie n’étaient pas encore conquise, tandis qu’Abdelkader lui-même se résigna à l’occupation française en signant le traité de Tifna en 1837, avant de se rendre définitivement en 1847 à l’armée française pour devenir l’un des meilleurs amis de la France.

Image retirée.

1847 : Reddition d'Abd El-Kader

Par ordonnance du 7 décembre 1841, les régiments zouaves n’étaient composés que de soldats d’origine française. À partir de là, les indigènes formaient alors des bataillons de tirailleurs seulement. Dès 1852, Napoléon III décida de rétablir les régiments zouaves composés d’indigènes. C’est ainsi que fut levé à Blida, le 1er canton le 13 février 1852, suivi du 2ème canton levé à Oran et le 3ème à Constantine. Pendant tout ce temps, la Kabylie n’était pas encore conquise. C’était sur ces régiments que l’armée de Napoléon III s’appuiera lors de ses expéditions en Kabylie entre 1854 et 1957 avant de venir à bout de la résistance menée par notre héroïne Lalla fadhma n Soumer.

Image retirée.

Portrait de Lalla Fatma N'Soumer signée F. Philippoteaux (1866)

Il est un fait connu que Napoléon III voulut créer un grand royaume arabe dans le cadre de l'empire français, et c'est ce qui va valoir plus tard la sympathie à la France des membres de l'association des Oulamas dont Ben Badis et Bachir Brahimi (le père de Taleb Ibrahimi qui fut plusieurs fois ministres sous Boumediene et Chadli et que Gaid Salah veut réactiver aujourd’hui). Avons-nous besoin de rappeler que l'Association des Oulamas était contre l'indépendance de l'Algérie et prêchait la mixité entre les peuples algériens et la France (Al-indimadj).

Conclusion

Pour conclure, les soldats zouaves dont s’était servie l’armée françaises n’étaient pas kabyles des soldats arabophones et c’était avec l’appui de ces soldats que la France a vaincu la résistance de Fadhma n Soumer lors de la bataille d’Icerriden en 1857 et la révolte de Moqrani et Ccix Aheddad en 1871. D’ailleurs, c’était en bon ami de la France qu’Abdelkader, rendu en 1847, condamna la révolte kabyle de 1871 contre la France en ces termes : « Je dénonce cette insurrection contre la justice, contre la volonté de Dieu et la mienne. Nous prions le tout puissant de punir les traitres et de confondre les ennemis de la France ».

Image retirée.

Mac-Mahon et les 1er zouaves à Malakoff, le 8 septembre 1855

Les faits historiques parlent d’eux-mêmes; ni les fantasmes des arabo-islamistes ni le charlatanisme, produit de l’école algérienne, ne  réussiront à les altérer.

Pour finir, il est peut être utile de mentionner ici cette liste des unités zouaves avant la conquête de la Kabylie.

Unités de zouaves

  • 1830 : création du Corps de Zouaves, en Algérie, à deux bataillons

  • décembre 1832 : fusion en un seul bataillon à 12 compagnies (8 compagnies d'indigènes, 4 de Français)

  • 1835 : dédoublement du bataillon ; les deux bataillons ont 6 compagnies (4 indigènes, 2 françaises)

  • 20 mars 1837 : création du 3e bataillon

  • août 1837 : un régiment de marche est formé temporairement, pour la deuxième expédition de Constantine ; c'est le premier régiment de zouaves

  • 1841 : création du régiment de zouaves, par la fusion des trois bataillons (désormais à neuf compagnies), plus une compagnie hors-rang

  • 1852 : chaque bataillon forme un nouveau régiment (un par département algérien). Création du 1er régiment de zouaves, cantonné à Alger

  • 1870 : dans la guerre franco-prussienne, les trois premiers régiment de zouaves forment des régiments de marche ; le 1er régiment de marche de zouaves intègre la 1re division du général Ducrot, au sein du 1er corps du maréchal de Mac-Mahon.

  • octobre 1870 : reconstitution du 1er régiment de marche de zouaves par le gouvernement de défense nationale. Le 1er régiment de marche de zouaves est interné en Suisse.

Karim Achab, Ph.D en linguistique.

Auteur
Karim Achab, Ph.D en linguistique.
 

Commentaires

Permalien

Il ne restait que dire que la region de la kabylie était une puissance nuccleaire entourée d'un muraille énorme qu'a empechait les francais de la voir pourtant elle est à 100km d'alger. Pas objectif du tout et intenable et faux et ridicule meme

Permalien

L'auteur écrit "Il est regrettable que seulement une poignée d’Algériens arabophones aient pu échapper à l’endoctrinement idéologique arabo-islamique ayant pris conscience de leur vraie identité amazighe et percevant dans le combat des Kabyles leur propre salut identitaire. Il n’en est malheureusement pas ainsi de la masse, bonne à être manipulée et dressée contre les Kabyles."
Je valide!

Permalien

Ce ce sue ferhat
Mazighen se tue à dire 1871 par punition les habitants d'ait laaziz très actifs dans ka révolution de 1871 furent expulsés de
Vou-ira(ayradh singulier.ira pluriel lion et lions.par rapport à un monsieur qui se battait avec les lions.un certain haddouche.devenu bouira v remplacé par b.puus de bouira vers tuviretc)vers ait laaziz actuelle.kes ''at laaziz furent remplacés par des zouaves ramenés de boussazd.et c ainsi que ait vellil est devenu aujourd'hui oued bellil

Permalien

Bonjours, je vous pries de nous éclairer par vos références.

Permalien

L'auteur oublie pleine de référence qu'il ne cite pas en commençant par les définitions. (https://cnrtl.fr/definition/ZOUAVE) .. Cette controverse est inutile et fait le jeu des extrémistes batistes et des racistes kabyle venant du MAK..c'est comme si demander si les Harkis sont arabes ou kabyles: ils étaient les deux mon capitaine.... le hirak actuel permet de dépasser ces antagonismes et d'espérer une démocratie... les deux acteurs ( batistes et raciste du Mal) sont les idiots utiles de la dictature militaire

Permalien

le nom d’«Amazighs » (hommes libres ) comme en a témoigné toujours Ibn Khaldoun qui n'a jamais utilisé le mot kabyle qui vaut dire tribu en arabe et que les arabes leur donné par la suite, les koutamas se sont issus d'une tribu Amazigh qui n'a rien avoir avec les zwawa, ce sont deux points que je voulais préciser , et chacun de nous sait que les zwaves sont une partie de la population kabyle , et monsieur Ferad l'historien affirme cela, il ne faut en aucun cas falsifier l'histoire , il faut accepter le fait que chaque region il y avait des traîtres , et dans la région de la Kabylie il y a les traîtres zouaves; on 'est dans l’ère de google comme meme.

Permalien

pourquoi vous faite pour votre article comme référence les savants arabes , est qu'il y a pas les votres kabyles , parce vous faites la différence maintenant entre les kabyles et les autres Amazighs , en oubliant que les kabyles comme entité n'ont pas d'histoire dans leurs terre.

Permalien

Dr. Achab, merci de remttre les pendules a la correcte heure ! Quelle gifle a tous ces champions de la haine et de la division qui veulent faire de la Kabylie la terre de leus chimeres. Ainsi les Zouaves n'avaient rien a faire avec les Kabyles si ce n'est que ce sont eux qui ont ete utilises par l'armee francaise pour attaquer la Kabylie! Quelle triste realite . Aussi pour le non de la ville d'Alger, il vient evidemment du mot Zirri qui etait le prince Amaigh qui a cree la ville d'Alger. Par derivation et contamination il est devenu AlDjazair !!!! A ma connaissance il n y as aucune ile au large d'Alger!

Permalien

Un sujet compliqué comme celui-ci à mon avis doit faire l'objet de recherches d'historiens sérieux et quel que soit le résultat on ne doit pas avoir honte notre histoire. Ce qui me chagrine, ton travail de sape pour diviser les algériens.

Permalien

je vous remercie pour votre travaille , et je vous invite a modifier l'article a ce sujet sur wikipedia qui exige des fondement académique , cet article sur wiki qui sert d'appuis pour ces ignares merci , et si je peux aider vous avez mon adresse mail

Permalien

bonjour, merci pour cette excellente et concise analys

Permalien

Cet article du Matin est truffé de mensonges. JE vais vous apporter quelques indices sur cette question. Quand l'armee francaise a débarqué en juin 1830 à Sidi Fradj, les Tuniques de l'armée des Zouaves étaient dans les soutes des bateaux qui avaient ramené l'armée francaises de Toulon. Ensuite l'armée des Zouaves a été créée par un décret royal le 15 juillet 1830 ! Pourquoi? Parce que le chef de la Tribu des Zwawas, le tristement célèbre Sid Ahmed Zwawi, s'etait mis d'accord avec le Consul de France Duvalier, pour l'aider à coloniser l'Algérie. Et il avait préparer 30 000 jeunes kabyles, pour aider la France à coloniser l'Algérie à condition de les mettre dans des postes de responsabilité.C'était ça le deal. Parce que la France ne peut pas ramener les tenues de cette armée de jeunes soldats Berbères lesquelles tenues ont été fabriqués par les tailleurs militaires dans les ateliers de Toulon avant même le debarquement. Et cette armée à été créée grâce aux soutien des kabyles qui ont ramené la France en Algérie. C'est ça la vérité.

Permalien

Vous étés un vrai
harki, petit con les arabo-0musulmans vous emmerdre

Permalien

Vous êtes aussi falsificateurs de l'histoire que les anti zouaves que vous dénoncez et c'est malhonnête intellectuellement de dire que Cheik Ben Badis était assimilationniste alors que dans un de ses chants très célèbres il fustige ceux qui pensent que le peuple algérien était assimilé . Et de deux lorsque vous traitez L'émir Abdelkader de collaborateur alors que c'est le premier qui s'est révolté contre le pouvoir colonial en créant une armée et un état obligeant la France à signer des traités avec lui , allons au moins soyez juste , ne faites comme les gens que vous dénoncez . Pour les anti kabyles ou anti zouaves , je les considère comme des ignorants et des idiots .

Permalien

qu'attendez vous d'un séparatiste, un pseudo Chercheur (Karim Achab, Ph.D en linguistique). c'est le MAK hachakoum. la kabylie est une partie indissociable de l’Algérie. on marchera sur les corps de tous ceux qui cherchent a nous partager on douailate.
A Mr Benchikou :
Très déçue , je t'estimé beaucoup, je croyais a cette histoire de l'honneur fils de Miliana qu'on voyais on vous. mais plus maintenant.

Permalien

Vous étés entrain de confondre entre Kabyle et Amazigh!

Permalien

Dans cet article vous ne parlez pas , ou peu , des zouaves , comme signalé dans le titre , mais vous éprouvez un plaisir à casser de l'arabe , des arabophones ,de l'emir abdelkader de l'Ibrahimi etc...
1/LES ZOUAVES:
Dès septembre 1830, seulement deux mois après l’invasion, des Algériens se sont portés volontaires pour endosser l’uniforme français et combattre leurs propres frères : leur première caserne fut érigée à Alger. Ces harkis étaient appelés les zouaves du fait de leur origine tribale.
remarque 1 : jusqu'à aujourdhui ,dans certaines regions d'algerie , on ne dit pas kabyle mais zouaoui (zouave) (surtout à l'ouest du pays). Remarquez ici le relation zouaoui-zouave.
remarque 2 : ce n'est pas parce que la kabylie , en 1830 , n'a pas été conquise que les kabyles n'ont rien à voir avec la constitution de ce corps. Il y avait bien des kabyles qui habitaient les alentours d'alger (,et qui ,d'ailleur à partir de certaines heures devaient quitter la place)

2/L'EMIR ABDELKADER.
Je cite un extrait d'une contribution faite au journal électronique LE MATIN
"Pour plus de compréhension sur les déloyautés diverses des Al-Mokrani, envers leurs compatriotes, nous citerons d’abord l'Emir Abdelkader. Lorsque celui-ci apprit par Abdesselam le passage des «Portes de Fer» par les troupes françaises, contrairement aux engagements pris par la France lors de la signature du Traité de la Tafna il lui écrivit : "La rupture vient des chrétiens. Votre ennemi est devant vous, retroussez comme il faut vos vêtements et préparez-vous au combat. De toutes parts le signal de la guerre sainte est donné. Vous êtes l'homme de ces contrées, je vous ai placé là pour en fermer les issues. La victoire s'il plaît à Dieu couronnera notre persévérance". L'Emir Abdelkader, habituellement réservé, prononça une terrible malédiction contre les AI-Mokrani : "Que leurs voeux ne soient jamais exaucés. Que leur prière ne soit Jamais accueillie. Qu'ils vivent dans l'opprobre et la misère. Qu'ils tombent assez bas r". L'Emir Abdelkader fut ébranlé par la nouvelle du ralliement des Al-Mokrani aux troupes du corps expéditionnaire français, commandés par le duc d'Orléans.""
Ce n'est pas en bon ami de la france que l'emir signa le traité de la tafna mais en homme abattu par la traitrise des zouaves et des mokrani qu'il quitta le pays.

Permalien

Azul,
Nous sommes en 1800. Est-il possible que des kabyles vivaient à Alger, sous domination turque ? A cette époque, la misère a atteint des sommets. Comment peut-on affirmer qu'aucun Kabyle ne soit engagé avec l'armée française ?

Permalien

Dans cet article vous ne parlez pas , ou peu , des zouaves , comme signalé dans le titre , mais vous éprouvez un plaisir à casser de l'arabe , des arabophones ,de l'emir abdelkader de l'Ibrahimi etc...
1/LES ZOUAVES:
Dès septembre 1830, seulement deux mois après l’invasion, des Algériens se sont portés volontaires pour endosser l’uniforme français et combattre leurs propres frères : leur première caserne fut érigée à Alger. Ces harkis étaient appelés les zouaves du fait de leur origine tribale.
remarque 1 : jusqu'à aujourdhui ,dans certaines regions d'algerie , on ne dit pas kabyle mais zouaoui (zouave) (surtout à l'ouest du pays). Remarquez ici le relation zouaoui-zouave.
remarque 2 : ce n'est pas parce que la kabylie , en 1830 , n'a pas été conquise que les kabyles n'ont rien à voir avec la constitution de ce corps. Il y avait bien des kabyles qui habitaient les alentours d'alger (et qui ,d'ailleurs à partir de certaines heures devaient quitter la place)

2/L'EMIR ABDELKADER.
Je cite un extrait d'une contribution faite au journal électronique LE MATIN
"Pour plus de compréhension sur les déloyautés diverses des Al-Mokrani, envers leurs compatriotes, nous citerons d’abord l'Emir Abdelkader. Lorsque celui-ci apprit par Abdesselam le passage des «Portes de Fer» par les troupes françaises, contrairement aux engagements pris par la France lors de la signature du Traité de la Tafna il lui écrivit : "La rupture vient des chrétiens. Votre ennemi est devant vous, retroussez comme il faut vos vêtements et préparez-vous au combat. De toutes parts le signal de la guerre sainte est donné. Vous êtes l'homme de ces contrées, je vous ai placé là pour en fermer les issues. La victoire s'il plaît à Dieu couronnera notre persévérance". L'Emir Abdelkader, habituellement réservé, prononça une terrible malédiction contre les AI-Mokrani : "Que leurs voeux ne soient jamais exaucés. Que leur prière ne soit Jamais accueillie. Qu'ils vivent dans l'opprobre et la misère. Qu'ils tombent assez bas r". L'Emir Abdelkader fut ébranlé par la nouvelle du ralliement des Al-Mokrani aux troupes du corps expéditionnaire français, commandés par le duc d'Orléans.""
Ce n'est pas en bon ami de la france que l'emir signa le traité de la tafna mais en homme abattu par la traitrise des zouaves et des mokrani qu'il quitta le pays.

Permalien

D'abord, je dois remercier Dr ACHAB pour cet éclairage historique même s'il est bref et donc incomplet et que ce n'est peut être pas le moment propice pour en débattre d'une manière sereine en revanche, ceux qui rabattent les oreilles avec ces histoires de zouaves, comme pour nous faire croire que c'est toute la région de kabylie qui était "zouaves". Vouloir nous faire admettre cette idée stupide, c'est comme vouloir cacher le soleil avec un tamis.Cette région, n'en déplaise à ces janissaires, a envoyé des dizaines de milliers de combattants pour arrêter l' avancée de l'armée française dès juillet 1830. Que les historiens honnêtes et objectifs nous relatent la bataille de Staoueli. Cette région a opposé la plus farouche résistance à l’invasion française ( Lalla fatma n'soumeur en 1857 et Cheikh Mohand Ath Mokrane et Cheikh Ahheddad en 1871). Parler de l’héroïsme de ses enfants avant et durant la révolution de 1954 serait trop long et tout état de cause, l'histoire est déjà écrite avec le sang de chouhada même si certains pecheurs en eau troubles veulent falsifier; C'est trop tard, l'histoire a fermé ses portes à ces énergumènes. .

Permalien

Le mot Kabyle vient du mot Krabe "Kabila" de la meme facon que le nom Shakespeare vient du nom Cheik Sfire ! Arretez de repeter ces mensonges pour les valider coimme verite. Si vous connaissez le Kabyle vous saurez d'ou vient le mot. Juste comme le mot Dzazair n'as rien a faire avec le mot arabe dzazira pour la simple raison que il n y aucune ile au large d'Alger et que le mot vient vraiment de Ziri, le fondateur Kabyle de la cite nomme aujourd hui Lzaier.
Si vous continuer a insulter les Kabyles sachez que la reponse seras dix fois plus severe que la votre et celles de vos menteurs officiels.

Permalien

Entre les kabyles et les arabo-baatho-islamistes il ya une fleuve de merde qui coule. Que chacun reste chez soi car passer de l'autre cote est impossible puisque vous le savon anti-odeur seras introuvable et vous serez hai de chaque cote. Avis aux amateurs.

Permalien

je ne lirai plus jamais votre journal,

Permalien

Il faut quand même préciser que les Mokani sont une grande famille. Cette famille a deux illustres représentants : AHMED et ABDESLAM.
AHMED est désigné par le gouvernement de la France en Algérie comme son représentant et ABDESLAM a été désigné par l'émir AEK comme le sien.
Il faut dire qu'il y a entre les deux cousins une animosité et une haine profonde.

Au final, et c'est ce qu'il faudrait retenir de cette histoire des Mokrani, le premier (AHMED) qui était l'ami des Français avait fini par les combattre pour une question de caution bancaire donnée et que la France n'avait pas honorée et le second qui était le lieutenant d'AEK a fini par devenir le plus fidèle allié des Français. C'est dire la consistance mentale de ces gens sans principes, ni dignité qui passent d'un adversaire à l'autre sans rougir.

Il faut aussi préciser que les Mokrani se disent descendants du prophète puisque remontant leur généalogie jusqu'à lui...

Pour moi, je n'arrive pas à comprendre comment un Kabyle ou un berbère peut-il descendre d'un Arabe du Golfe arabique. Je n'ai toujours pas trouver de réponse à ce jour...

Permalien

Et bien, chers amis, l'Algérie n'existait pas en 1830 et rien ne sert de jeter la responsabilité aux uns ou aux autres.
Alger était le siège du deylicat qui a 5 beylicats sous sa régence: le beylicat du Titteri, le beylicat de Constantine, le beylicat d'Oran, le beylicat de Tunis et celui de Tripoli.

Ce que semblent oublier nos compatriotes algériens, c'est la responsabilité des Turcs dans ce qui est arrivé à notre pays suite à son invasion par les Français.

Après avoir vendu la LOUISIANE, NAPOLEON s'est tourné vers la rive sud de la méditerranée en chargeant dès 1808 un certain monsieur BOUTIN pour faire le tour des côtes du deylicat à l'effet de voir le lieu le plus propice où pouvaient accoster les navires français, travail qu'il avait accompli et cela a duré jusqu'au fameux coup d'épouvantail du dey qui a été l'excuse tant espérée pour mettre à exécution ce qui a été planifié depuis bien longtemps déjà.

Il faut dire aussi que les Kabyles se sont battus en nombre contre les Français en 1830 à ALGER et ses environs.

Après, il y eut la création des bureaux "arabes", le corps des Zouaves, le corps des spahis. Si les esprits malveillants ont vite trouvé la racine du mot Zouaves, ils n'expliquent pas pourquoi les bureaux arabes sont appelés "arabes" et non "kabyles, et pourquoi les spahis ne sont pas kabyles?
Durant le long règne des Turcs dans notre pays, bien des tribus arabes se sont jointes aux soldats turcs pour attaquer les Kabyles. Il suffit juste de lire un peu l'histoire relative à la domination ottomane pour s'en rendre compte.

L'essentiel dans toute société qui se respecte, c'est d'assumer les bons et les côtés de son histoire. Ce n'est pas en tentant de fausser l'histoire que l'on fera jaillir une authentique avec la fausse histoire.
Nous sommes tous des enfants d'un même pays qui s'appelle aujourd'hui l'Algérie et les Kabyles sont tombés et ont versé leur sang pour ce pays dans toutes les contrées, villes, et villages de ce pays.
En parlant de cheikhs, il faudrait un jour que l'on dresse une liste des cheikhs (zaouias, imams, etc..) qui se sont sacrifiés pour ce pays et vous en serez édifiés.
A un moment ou à un autre, ils étaient tous pour l'assimilation et se considéraient tous Français, il suffit là aussi de lire l'histoire pour vous en convaincre.

Pour les harkis, il n' y a pas de région qui n'en a pas? Une société saine, cela n'existe pas, partout, il y a du bon grain, mais aussi de l'ivraie.

Pour les combattants de la guerre de l'indépendance du pays, les chiffres annexés aux résolutions du congrès de la Soummam sont édifiants :
- 450 maquisards en Kabylie au 1er novembre 1954,
- 50 maquisards pour l'Algérois,
- 60 maquisards pour l'Oranie,
-100 maquisards pour le Constantinois.

Au 1er novembre 1954, tous les maquisards de l'Algérois, de l'Oranie et du Constantinois ne représentent même pas la moitié de ceux existant en Kabylie.

Permalien

Les Baathistes font fausse route, le mot "ALGÉRIE" n'est pas d'origine Arabe, mais d'origine AMAZIGH, qui veut dire la lumière de la lune "THIZIRI" n’a aucun lien avec ce que vous appelez « EL-DJUZUR, ensemble d’iles en ARABE».

C'est la tribu AMAZIGH "les ZIRIDES" qui à régné pendant longtemps dans cette partie de la Kabylie occidentale (l'Algérois) dont le nom se confond avec la lumière de la lune, qui a donné son nom a une partie de l'Algérie actuelle.

Permalien

Les Baathistes font fausse route, le mot "ALGÉRIE" n'est pas d'origine Arabe, mais d'origine AMAZIGH, qui veut dire la lumière de la lune "THIZIRI" n’a aucun lien avec ce que vous appelez « EL-DJUZUR, ensemble d’iles en ARABE».

C'est la tribu AMAZIGH "les ZIRIDES" qui à régné pendant longtemps dans cette partie de la Kabylie occidentale (l'Algérois) dont le nom se confond avec la lumière de la lune, qui a donné son nom a une partie de l'Algérie actuelle.

Permalien

Benbadis (et ses oulémas dont bachir ibrahimi) était contre l'étoile nord africaine qui œuvrait pour l'indépendance totale de l'algérie, et il demanda l'assimilation dés algériens pour qu'ils deviennent des français et la disparition de l'algérie, et c'est ce qui est, dans l'histoire officielle de l'algérie depuis 1962,
Durant 17 ans, l’émir abdelkader livra 5 batailles aux armées française et 300 autres contres les musulmans (les algériens), la france jouant sur les alliances avec les uns et les autres pour pouvoir conquérir la totalité de l'algérie,
tout les algériens étaient pour la colonisation française pourvu qu'ils obtiennent quelques avantages comme ils étaient pour la colonisation turque, et c'est le cas avec tous les systèmes, de 1962 à 2019,
mentalité de colonisé oblige,
si les algériens refusent maintenant les éléctions c'est parce qu'ils ne sont que des assistés et des colonisés qui ne peuvent assumer un quelconque choix, ils veulent que d'autres décident pour eux, et c'est ce qui se passera,

Permalien

Quand vous citez, je cite «  un extrait d’une contribution faite au journal le matin », à mon avis il aurait fallu, pour plus d’honnêteté, citer le titre de la contribution et son auteur. Je le fais donc à votre place pour que les lecteurs puissent lire la contribution in extenso. Le titre de la contribution était « L’Emir Abdelkader : Une famille en Or » de Farid Belkadi, historien, Anthropologue; Sur le Journal « LeMatin Dz » . Mais dans cette contribution il écrivait aussi en rapportant les propos de l’Emir Abdelkader ce qui suit « Sur sa soumission totale à la france : après sa reddition a Lamoriciere en 1847. Voilà ce que l’emir écrit «  Je viens vous donner une parole sacrée, et qui après elle ne doit laisser aucun doute dans votre esprit, savoir : que je ne m’occuperai plus de fomenter des troubles contre les Français, ni par moi-même en personne, ni par mes paroles, ni par mes écrits, ni par aucun des miens, et cela pendant toute ma vie. Je fais ce serment devant Dieu, par Mohamed, Abraham, Moïse et Jesus-Christ; par la Thora, l’Evangile, les Zoubours, le Coran, par la Mecque et Medine, par la terre Sainte. Je le jure par le Bokhari et le Moslem et ce que nous avons de plus sacré. Je le jure par le cœur et par la langue. Je renonce entièrement à m’occuper des affaires des Français. Tous mes compagnons font le même serment, ceux qui signent la présente et ceux qui ne la signent point, ne sachant pas écrire ; tous au nombre de cent. »
«  l’émir qui prêchait le djihâd pur et dur n’est pas mort en martyr. Les martyrs c’est tjrs les autres. L’émir s’opposa à la poursuite de la guerre et des hostilités, après avoir offert ses armes et son cheval au roi de France. Voir à ce sujet « L’Emir Abdelkader, une famille en Or » journal le Matin DZ.
Lorsque le 16 novembre 1860, une missive du grand Maître est adressée à l’Emir pour lui demander de s’affilier à la Franc-maçonnerie,
En février 1861, Abdelkader répond en faisant part de sa joie « indicible » et de son désir de rejoindre la Maçonnerie. Le 18 juin 1864, il fut initié à la loge Les Pyramides, a l’orient d’Alexandrie. Il est reconnu membre actif de Henri IV et des Pyramides et il fait le serment de « de donner son pain et à verser son sang pour ses frères.... francs-maçons. » L’orateur Dubroc déclare le 1 septembre 1864, ce que nous avons en vue, dans l’initiation que nous consacrons, après avoir poursuivi si longtemps l’accomplissement, c’est la maçonnerie implantée en orient dans le berceau de l’ignorance et du fanatisme, c’est le drapeau de la tolérance remis entre des mains vénérées, confié à un bras qui a fait ses preuves, [...] sur les plus hautes mosquées face à l’étendard du prophète. L’Emir franc-maçon, c’est pour nous le coin entré dans le roc de la barbarie. »
Par contre les Mokrani et les Aheddad kabyles que vous critiquez, pendant ce temps là, continuaient la lutte contre l’occupant et ils n’ont jamais déposé les armes ni signé une quelconque reconnaissance de droit sur leur terre aux français. En 1871, profitant de la guerre des français contre les prussiens, ils se sont soulevés, une nouvelle fois contre les français, et c’est les armes a la mains qu’ils sont morts eux et leurs enfants. Le reste des survivants ont été déportées a Cayenne et en nouvelle Calédonnie à plus de 18000 kms.
Déclaration de l’émir AEK à propos de l’insurrection du 7 avril 1871 en Kabylie.
«  Je dénonce cette insurrection contre la justice, contre la volonté de Dieu et la mienne. Nous prions le tout puissant de punir les traîtres et de confondre les ennemis de la France » 
Charles-André Julien
histoire de l’Algérie contemporaine page 209.

Permalien

C'est incroyable ce que certains Algériens s’immiscent de ce qui n'est pas à leur niveau. Entre Amazighophone et Arabophones ça n'ira jamais. Si les anti-kabyles savent réellement ce que veut dire le mot Zouave, ils ne recommenceraient jamais de traiter les Kabyles de Zouaves.
Effectivement, à ma connaissance le mot zouave est dérivé du mot zwawa (AZWAW), ce sont les habitants de IGAWAWEN, région de Kabylie au sommet du Djurdjura. A l'arrivée des Français en 1830, les Turcs ont recruté des hommes de cette région pour faire face au colonisateur Français. Ces bataillons ce sont fait appelé ZOUAVES par rapport à leur région d'origine. ce genre de bataillons sont formés à chaque fois qu'on a à affronter un ennemi pour la première fois, c'est une sorte de bataillon éclaireur.
Donc ici la mission de Zouaves de Kabylie est terminée, seulement l'appellation est restée la même.
Il n'a qu'à voir que même dans d'autres pays d'Europe il y a eu des bataillons appelés ZOUAVE et pourtant ce ne sont pas les Kabyles qui se sont déplacés en Europe pour trahir qui que se soit.
J’espère qu'après la lecture de cette petite contribution vous arriverez à changer de comportement envers les zwawa.

Permalien

Article sans intérêt ni culturel ni scientifique ni historique, au passage le terme arabo-islamiste est utilisé par la secte franc-massone pour définir les musulmans arabes sans le reste. Quand on connait les orientations idéologiques de ce pseudo écrivain on comprend vite les tenants et les aboutissants de genre d'article trompeur est totalement erroné.

Permalien

Alors, donc des traitres Arabes en tenue et en nom Kabyle pour conquérir la Kabylie, ehhh c'est vraiment intéressant ça? Il me semble, on leur a appris le tamazight pour faciliter leur tâche . Pourquoi cet auteur veut faire des kabyles des extraterrestres mais pas des êtres humains qui ont une histoire humaine comme tout le monde?

Permalien

La compagne antikabyle sur le net n'est pas le fait d'internautes anodins, car bien organisée, ordonnée, orchestrée par une entité qui a des moyens. ça ne peut être qu'une officine du pouvoir pour s'attiré les "phobeurs" de kabyles et semer la division pour régner.

Permalien

Pour un PHD cet article est vraiment banal. Il faut déjà commencer par saisir vos références et sources afin de nous permettre d'y revenir. Après même si je suis Kabyle et je déteste qu'on me traite de zaouave, je ne veux pas n'en plus qu'on traite les arabophone de zaouaves. Vous ne donnez aucune preuve que la légion des zaouaves est composée d'arabes. Alors essayons de chercher la vérité sans pointer le doigt sur qui que ce soi

Permalien

les zouaves sont le mal incontestable et durable qu connait l’Algérie,traites, régionalistes et égoïstes.

Permalien

Tout détenteur d'un Ph.d en linguistique que vous êtes, M. Karim Achab, vous réécrivez l'histoire de façon non éthique, c'est à dire avec un parti pris idéologique voulant manipuler des faits historiques irréfutables afin de servir de faux argumentaire qui ne sied pas aux universitaires. Je lis ce qui est historiquement prouvé, soit la définition claire et dénuée de parti pris que donne le site CNTRL : https://cnrtl.fr/definition/ZOUAVE :
pour : − HIST. MILIT.
1. Soldat algérien, à l'origine kabyle, appartenant à un corps d'infanterie légère de l'armée française; soldat d'un corps d'infanterie de l'armée basée en Afrique, entièrement composé de Français, à partir de la création des régiments de tirailleurs indigènes en 1842, et à l'uniforme caractéristique. Chéchia, culotte de zouave; bataillon, peloton, régiment de zouaves. Les zouaves furent recrutés chez les Zouaghas (...) tribu de Kabylie (...). L'uniforme comporte une veste arabe bleu foncé bordée d'un galon garance (...). La culotte mauresque de drap garance est froncée sous le genou et serrée à la jambe du jarret à la cheville par des jambières (Leloir1961)

Permalien

Karim Achab tout le monde connait l'histoire de ton grand père qui a été nommé colonel dans l'armée Française, et a massacré tout un village d'Algériens refusant la mixité (الإندماج).
l'émir AEK a fait de son mieux, a finit sa vie expulsé en Syrie, et est parti à Tafna par obligation de ses moyens, il a été poignardé dans le dos par tes arrières grand pères.
Ibn Badis avait son avis et sa stratégie, et comme on dit en arabe : لكل مقام مقال.
Missali el Hadj a appelé pour la mixité parce qu'il croyait incapable de faire sortir la France par la force, ça ne veut pas dire qu'il est traître pour ce fait.
"أَوْ رَامَ إدمَــاجًــا لَــهُ \\\ رَامَ الـمُحال من الطلب "
Ibn Badis. Hachak

Permalien

سكت دهرا و نطق كفرا.
Ça résume ton article, sauf que tu parlais avant.
Construisons une Algérie nouvelle, laissez les hommes le faire si vous ne pouvez pas.
Signé : Arabo-amazigho-musulman-Avec la langue que vous souhaitez

Permalien

Vous lisez l'histoire avec les yeux d'aujourd'hui. et cela s'appelle de la propagande. Il est dommage de voir que vous avez intériorisez la pensée coloniale qui veut que l'Algérie est la création de la France. Non monsieur, la France a crée les frontières comme partout où elle a été, et elle a sépareé les communautés, les guerres ethniques résultent des politiques de colonisation et de décolonisation (Inde, Birmanie...) et vous en train de continuer le travail. Pierre Bourdieu, le grand sociologue français l'avait dit, "en dépit des variations locales, [l’Algérie] forme une véritable unité de civilisation ". Beaucoup plus que la France ou l'Angleterre. Tout ça est un faux débat. Rabi yahdina

Permalien

Pourquoi vous cherchez a diviser ? pour quel intérêt c'est ridicule de la part de quelqu'un qui prétend détenir la vérité

Permalien

Ce terme "DZAIER" qui désigne Alger a été utilisé pour la première fois par BOLKHINE IBNOU DZIRI IBNOU MANAD prince de la dynastie sunhajide et cela en commémoration de l'assasinat de son père DZIRI par les ZENATA au cours d'une bataille entre les deux factions.

Permalien

Bonjour a tous ceux qui disent que les kabyles etaient zouawave bla bla je vous défie de chercher sur les archives nationales françaises de legionnaires (leonore) de trouver un seul kabyle zouave depuis 1800 jusqu'a 1850 aya chich ya wlad lahram, par contre je le dis haut et fort les arabes sont bel et bien des traîtres, vous les trouverez ( la plupart sont soit de l'Oranie soit du constantinois) tous des spahis et les tirailleurs qui ont aidé la france pour coloniser la la kabylie (PS : je n'ai trouver que 2 zouaves indigènes décorés l'un est né au sahara et l'autre à alger) sur ce je dis vive igawawen vive la kabylie

Permalien

Bonjour a tous ceux qui disent que les kabyles etaient zouawave bla bla je vous défie de chercher sur les archives nationales françaises de legionnaires (leonore) de trouver un seul kabyle zouave depuis 1800 jusqu'a 1850 aya chich ya wlad lahram, par contre je le dis haut et fort les arabes sont bel et bien des traîtres, vous les trouverez ( la plupart sont soit de l'Oranie soit du constantinois) tous des spahis et les tirailleurs qui ont aidé la france pour coloniser la la kabylie (PS : je n'ai trouver que 2 zouaves indigènes décorés l'un est né au sahara et l'autre à alger) sur ce je dis vive igawawen vive la kabylie

Ajouter un commentaire