Aller au contenu principal
Body

TRIBUNE

La classe politique partie prenante du pourrissement de la situation actuelle

Je m’efforcerai dans les lignes qui suivent de montrer en quoi  le comportement d’une certaine classe politique est en train de compliquer à loisir la sortie de crise tout en aggravant les problèmes économiques et sociaux du pays.

  Je le ferai en sept points. 

  1. Il faut être de mauvaise foi pour rejeter l’offre de l’institution militaire d’organiser une élection présidentielle. Dès lors que celle-ci est appelée à se dérouler dans la plus grande transparence, grâce au désengagement de l’Armée du processus électoral, depuis son point de départ jusqu’à son point terminal, il est anormal de lui opposer une fin de non recevoir. Toutes les garanties que réclameront les représentants dûment mandatés du courant populaire seront satisfaites. Ceci est déjà acté. Des personnalités aussi diverses que Mustapha Bouchachi, Karim Tabou, Zoubida Assoul, Ahmed Benbitour, Ali Benflis, Abdelaziz Rahabi, Abdellah Djaballah, Abderrezak Makri et d’autres, auront  la possibilité de solliciter les suffrages populaires dans des conditions de régularité irrécusables.

  2. Une fois élue la personnalité choisie par les algériens dans le cadre de la Constitution actuelle qui est caduque certes mais toujours en vigueur en l’absence d’un texte juridique d’égale valeur, pourra prendre l’ensemble des décisions afin d’engager l’Algérie dans l’Etat de droit et œuvrer à  l’émergence d’une véritable démocratie représentative qu’appelle de ses vœux le courant populaire. Ce n’est pas l’Institution militaire qui l’en empêchera, car elle s’est engagée à respecter les prérogatives de celle ou de celui qui présidera aux destinées de l’Algérie.

  3. Les attaques ad hominem visant une personnalité de la stature d’Abdelaziz Rahabi sont ignobles et scandaleuses. L’homme est connu pour sa rigueur morale et intellectuelle, son indépendance et son souci de l’intérêt supérieur du pays. Il n’est inféodé à aucune coterie, chapelle, clan ou faction. Il cherche, dans des conditions extrêmement difficiles, une solution politique globale à la crise actuelle en s’adossant à toutes les forces vives de ce pays. Il n’a jamais cherché à s’exprimer en son nom propre ou au nom d’une groupe. Les membres de la classe politique qui cherchent à le discréditer se sont avilies elles-mêmes.

  4. La situation sécuritaire de l’Algérie est de plus en plus préoccupante, cependant que la situation économique se dégrade de jour en jour. Ceux qui se livrent à une surenchère démagogique devront prendre leurs responsabilités et répondre devant l’histoire de leurs manœuvres actuelles qui ont un objectif inavoué : déstabiliser  complètement l’institution militaire afin que l’Etat algérien s’écroule. 

  5. Au moment où la justice accumule des charges accablantes contre des politiques et des oligarques, en respectant  scrupuleusement le principe de la présomption d’innocence, les Algériens sauront reconnaître les mérites de l’Institution militaire, grâce à laquelle avant la fin de l’année 2019, l’Algérie sera classée dans le Top 10 des pays qui combattent la corruption, la criminalité en bande organisée et le grand banditisme.

  6. Ceux qui réclament l’avènement d’un Etat civil, comme si l’Algérie était gouvernée par une dictature militaire, doivent se prévaloir d’une certaine légitimité pour s’y risquer. S’agissant des partis politiques, le Hirak lui-même les a clairement désavoués mais eux continuent d’instrumentaliser ses mots d’ordre et de se réclamer de lui. Quelle imposture ! Ce sont les mêmes qui demandent, par officines interposées, à l’étranger, de s’immiscer dans nos affaires intérieures (nos services de sécurité détiennent des preuves irréfutables les concernant) et de les aider à prendre possession de l’Algérie sur les décombres d’un Etat qu’ils auront au préalable dépecé, institution militaire comprise. Cette tentative grossière est condamnée à un échec retentissant.

  7. Les Algériens ont, pour la première fois depuis 1962, la possibilité d’élire en toute liberté la femme ou l’homme qui les représentera et qui, en leur nom, accomplira l’ensemble des réformes dont le pays a besoin. Il faudrait qu’ils puissent le faire rapidement car le ver est dans le fruit et il grossit chaque jour. 

Auteur
Ali Mebroukine, professeur de droit
 

Commentaires

Permalien

Mr le professeur,
D'autres avant vous ont roulé les Algériens dans la farine.
Votre prédécesseur, le chyate Farouk Ksentini de surcroit président de la très pompeuse et coquille vide (CNCPPDH) a comme vous aujourd'hui, joué de la trompette et fait des courbettes pendant des années.
Tout comme vous, il a dit aux Algériens qu'on était en démocratie, dans un état de droit, que les droits de l'homme étaient respectés etc...
Désormais, il vous revient à vous, le déshonneur de trahir le peuple Algérien, d'agir contre lui, de lui mentir, de le manipuler et surtout de le détourner du cap qu'il s'est fixé, dégager le système et tous ces résidus, qu'ils soient civils ou militaires. Ils doivent tous dégager!!!
Le peuple sait que le pouvoir réel lui ment et lui a toujours menti.
Il sait aussi que toute élection organisée avant que le pays ne soit vraiment purgé de ce système honni et vomi sera semblable aux précédentes et ne sera que forfaiture.

Permalien

Taisez vous monsieur Mebroukine - nouveau Ksentini!
Sinon, CHICHE donnez une infme preuve que ces gens sont à la solde de l'étranger- chiche!
Bizzare! c'est donc à vous (pourquoi pas au peuple pour valoir la légitimité de ses actions) que Gaid Salah a montré les preuves de ces sois disant traitres!? Qui êtes vous et que voulez vous au final?
Sinon, taisez vous et arrêtez vos intoxications tant qu'il est encore temps.!

Permalien

L’Égypte a dégagé Moubarek (boutef chez nous) pour revenir à Sissi après la parenthèse islamiste de Morsi (un désastre) qui n’a pas put trahir sa nature totalitaire qui colle à la peau de tout mouvement islamiste…. !!!.

Une élection présidentielle (sans changement de régime politique) serait une aubaine pour eux........!!!

Après avoir échoué en 1991, à accéder au pouvoir par le haut, les intégristes islamistes (soutenus par le QATAR et la Turquie) ont depuis changé de stratégie, en travaillant la société par le bas.
Actuellement la majorité du peuple Algérien est salafisée.
Aussi les islamo-baathistes ont combattu les 2 mesures prises par le pouvoir actuel:
1. la semi-officialité de Tamazight.
2. la consécration de Yennayer, jour férié, chômé et payé.

Les vautours veulent prendre le pouvoir par les urnes (comme en 1991) pour eux la démocratie qui est KOFR, se résume aux élections, après c’est la fermeture de toutes portes de la LIBERTE.

Attention les alliés des monarchies archaïques du golfe persique, de la Turquie sont aux aguets comme des vautours ils attendent leur heure (comme en 1991) pour s'accaparer le butin........les rabais Arabes sont fomentés par le Qatar et la Turquie, détruits par l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unies.......un homme averti en vaux deux.
Surtout que ce mouvement spontané n'a pas de tête.........!!!!

Permalien

L’Égypte a dégagé Moubarek (boutef chez nous) pour revenir à Sissi après la parenthèse islamiste de Morsi (un désastre) qui n’a pas put trahir sa nature totalitaire qui colle à la peau de tout mouvement islamiste…. !!!.

Une élection présidentielle (sans changement de régime politique) serait une aubaine pour eux........!!!

Après avoir échoué en 1991, à accéder au pouvoir par le haut, les intégristes islamistes (soutenus par le QATAR et la Turquie) ont depuis changé de stratégie, en travaillant la société par le bas.
Actuellement la majorité du peuple Algérien est salafisée.
Aussi les islamo-baathistes ont combattu les 2 mesures prises par le pouvoir actuel:
1. la semi-officialité de Tamazight.
2. la consécration de Yennayer, jour férié, chômé et payé.

Les vautours veulent prendre le pouvoir par les urnes (comme en 1991) pour eux la démocratie qui est KOFR, se résume aux élections, après c’est la fermeture de toutes portes de la LIBERTE.

Attention les alliés des monarchies archaïques du golfe persique, de la Turquie sont aux aguets comme des vautours ils attendent leur heure (comme en 1991) pour s'accaparer le butin........les rabais Arabes sont fomentés par le Qatar et la Turquie, détruits par l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unies.......un homme averti en vaux deux.
Surtout que ce mouvement spontané n'a pas de tête.........!!!!

Permalien

L’Égypte a dégagé Moubarek (boutef chez nous) pour revenir à Sissi après la parenthèse islamiste de Morsi (un désastre) qui n’a pas put trahir sa nature totalitaire qui colle à la peau de tout mouvement islamiste…. !!!.

Une élection présidentielle (sans changement de régime politique) serait une aubaine pour eux........!!!

Après avoir échoué en 1991, à accéder au pouvoir par le haut, les intégristes islamistes (soutenus par le QATAR et la Turquie) ont depuis changé de stratégie, en travaillant la société par le bas.
Actuellement la majorité du peuple Algérien est salafisée.
Aussi les islamo-baathistes ont combattu les 2 mesures prises par le pouvoir actuel:
1. la semi-officialité de Tamazight.
2. la consécration de Yennayer, jour férié, chômé et payé.

Les vautours veulent prendre le pouvoir par les urnes (comme en 1991) pour eux la démocratie qui est KOFR, se résume aux élections, après c’est la fermeture de toutes portes de la LIBERTE.

Attention les alliés des monarchies archaïques du golfe persique, de la Turquie sont aux aguets comme des vautours ils attendent leur heure (comme en 1991) pour s'accaparer le butin........les rabais Arabes sont fomentés par le Qatar et la Turquie, détruits par l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unies.......un homme averti en vaux deux.
Surtout que ce mouvement spontané n'a pas de tête.........!!!!

Permalien

M. Mabroukine;
À chaque déclaration de Gaid Salah, vous faites une intervention sur ce site pour caresser dans le sens du poil le régime, je vous le dis à l'avance, je n'ai pas pris la peine de lire votre article, juste à voir le titre on devine le contenu.
Revenant à votre affirmation, la classe politique est complice dans la crise, oui peut-être, mais cette classe politique dont vous parlez, elle juste un relais du régime, elle a été domestiquée et corrompu par votre régime, donc si elle a échoué, c est l'échec de votre régime et sa responsabilité. On parle de mouches électroniques qui essayent de casser le Viral, je trouve que vous intervention vont dans ce sens.

Permalien

M. Mebroukine: un professeur de droit pas comme les autres.

Encore une fois vous avez raté une excellente occasion : vous taire.
Témoin priviligié de la révolution populaire, je puis vous affirmer que le peuple a juré la main sur son histoire qu'il ne rentrera pas chez lui bredouille. Cette fois il fera tomber tout le systéme mafieux.Tous tels qu'ils sont.
Dites-le a ceux qui vous agitent derriére le rideau.

Permalien

Mabroukine c’est le nègre de service, c’ le nouveau plumitif de G Salah qui va nous expliquer qu’il faut aller à l’élection présidentielle avec une constitution qui fait du président un Monarque qui jouit de tous les droits. Il nous garantit que le futur président sera animé d’une bonne volonté pour renoncer à tous les privilèges que lui accorde la constitution actuelle et remettre ces droits entre les mains de l’opposition. Les promesses ne valent effectivement que pour ceux qui les croient et apparemment Mabroukine pense que le peuple algérien peut être encore grugé pendant une cinquantaine d’années encore. Les flagorneurs servis par la langue de bois ont encore de beaux jours.

Permalien

Honte à vous!
Professeur de droit + technicien supérieur en maniement de la brosse
Puisque vous êtes un homme de ''droit'', je vous dédie cette citation de Mustapha Kemal: '' Le glaive de la justice frappe parfois les innocents, mais le glaive de l'Histoire frappe toujours les faibles.'' Même si, en Algérie, le glaive de la justice frappe souvent les innocents et épargne toujours les vrais coupables!
Attendez-vous donc à recevoir le glaive de l'Histoire comme il vient de le recevoir celui qui a précipité le pays dans toutes les incertitudes après 20 ans de règne sans partage et des recettes sans précédent!
Il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir!

Permalien

Mr Ali pourriez vous nous dire , si comme vous l avez affirme a plusieurs reprises la justice a recouvre sa liberté, pourquoi vos collègues ie les avocats manifestent pour demander la liberté d exercer leur profession sans ingérence et sans injonctions par téléphone. On peut avoir une opinion contraire a celle de la majorité , mais encore faut il que cette opinion soit dument corrobore par les faits , surtout venant d un juriste, Il est un adage en arabe peu flatteur qui dit " AALAM OUA LA YAALAM".

Permalien

A l'instar de Mr Rouadjia, quel a été votre prix Mr Mabroukine ?
Je ne pense pas que ce fut trop cher pour vos thuriféraires vu la densité intellectuelle de votre pamphlet. Après ça vous continuez à vous prétendre intellectuel, plutôt "harki du système" comme l'avait avoué Mr Ghozali après 30 ans de "bons et loyaux services". Vous êtes sur la bonne voie pour terminer la vôtre en apothéose.

Ajouter un commentaire