Aller au contenu principal
Body

REGARD

Cessez d'ériger votre humeur en mode de gouvernance, mon général !

Le dernier discours du général Gaïd Salah, inscrit dans la continuité d'une démarche arrogante, aveugle et à contre-courant du temps et de l'état d'esprit du peuple algérien, révèle plus que tous ceux qui l'ont précédé, le déphasage entre une institution militaire qui manque cruellement de stratégie politique et des manifestants qui savent, eux, ce qu'ils veulent et, surtout, ce dont ils ne veulent plus.

Or, ce dont ils ne veulent plus, c'est précisément cette insupportable manie de vouloir décider pour eux, comme persiste à vouloir le faire le chef de l'état-major. « Ces présidentielles que nous considérons réellement comme la clé pour accéder à l’édification d’un Etat fort avec des fondements sains et solides", clame le général. Exécution ! Pas de débat sur ça !

Au nom de quoi l'institution militaire "considère-t-elle que que les présidentielles sont la clé "N'est-il pas temps de s'arrêter sur les cafouillages de l'institution militaire, qui, objectivement, depuis trente ans, et surtout depuis 1999, proclame une chose et fait son contraire, donnant l'embarrassante impression de tourner en rond et de n'avoir aucune idée de son rôle exact dans le champ politique. L'institution militaire est aujourd'hui le principal acteur politique elle qui a passé les 20 dernières années à affirmer son légalisme et à jurer ses grands dieux de ne pas intervenir dans le champ politique « quelles qu'en soient les conditions et les circonstances » (El-Djeich de janvier 2018)

Hier, vous êtiez une armée "neutre". Hier, vous vilipendiez les personnalités qui vous priaient de prendre vos responsabilités et d'intervenir avant qu'il ne soit trop tard. Aujourd'hui vous menacez ceux qui contestent à l’armée de s’incruster dans le champ politique, en reprenant des arguments inverses. Hier, vous répondiez à Mohamed Mechati, ancien membre des « 22 », qui vous rappelait votre devoir envers un peuple embarqué malgré lui dans une ténébreuse aventure nommée Abdelaziz Bouteflika. « Nous sommes une institution nationale républicaine pleinement dévouée à assumer son rôle constitutionnel sous la conduite de Monsieur le président de la république… », disaient les chefs militaires avec l'accent du bon potache qui a appris par cœur sa leçon de choses.

L'affaire tournait déjà à la galéjade, voilà qu'elle devenait franchement grotesque : l'Armée soudainement frappée de neutralité dans un pays mis en danger par une clique qu'elle avait hissée au pouvoir. Les poules invitées par le fermier à s'organiser seules pour chasser le renard que l'auguste maître des lieux avait fait entrer dans le poulailler. « L'Armée est neutre ! », répétait-on au sein de la hiérarchie militaire. Neutre devant un conglomérat de la rapine qui organisait à son aise un viol répété de !a République ; neutre devant la menace de troubles sociaux imminents.

Car il faut bien le souligner : c'est durant votre "période de neutralité" que ce sont produits les actes de banditisme, cette incroyable rapine qui a désossé l'Algérie. L'armée qui s'est emparée du pouvoir en 1962 avait l'obligation historique de le restituer au peuple. En 1999, vous avez cru judicieux de le restituer à un homme superficiel, otage de puissants lobbies algériens et étrangers, entouré d'oligarques affameurs. Le « transfert du pouvoir aux civils » s’était transformé en transfert de pouvoir à la mafia.

Jusqu'en mars 2019, votre discours trahissait une persistance dangereuse dans l'illusion historique de croire l'armée comme dépolitisée par miracle, ce qui l'autoriserait à rentrer dans les casernes sans avoir "reconstruit" ce qu’elle avait démoli : l’ambition démocratique du peuple algérien. Tant qu’elle ne le fera pas, elle sera toujours appelée à sortir de la caserne pour remettre de l’ordre, mais à un prix toujours plus élevé.En 2019, vous voulez récidiver la grave erreur de 1999 ? Organiser des élections présidentielles dans la précipitation, dans la confusion, quitte à revenir, dans quelques années, remettre de l'ordre sur la place, tout cela ne règlera rien.

L'heure est gravissime.

Vous savez bien que Bouteflika a laissé des caisses vides et que l'argent du présent et du futur a été détourné par les coquins qui l'entouraient, que ce personnage sans étoffe a ruiné le pays et démembré l'Etat pour se venger, vous le savez que les années à venir seront les plus dures de toutes celles qu'aura connues l'Algérie : nous irons à l'endettement extérieur dans deux ou trois ans et, très probablement, à l'économie administrée par les puissants argentiers du monde. Le pays aura besoin d'un pouvoir stable, cohérent et fort, fort de cette force véritable que seule octroie la caution populaire. L'Algérie a besoin d'un président légitime. L'Algérie a besoin d'une nouvelle ambition.

L'Algérien veut s'ouvrir à la vie, prouver ses compétences, vivre sans muselière, basta de la muselière, des mises en garde, du fouet, des menaces ...Cessez d'ériger votre humeur en mode de gouvernance. Il y a plus urgent.

M.B. 

Auteur
Mohamed Benchicou
 

Commentaires

Permalien

C’est un excellent article. L’heure est effectivement grave mais on le savait depuis qu’ils ont assassiné Boudiaf, ce patriote qui voulait s’attaquer à une maffia qui visait la destruction de notre pays. Cette exécution sur une scène, devant un auditoire où d’importants officiels brillaient par leur absence, a été diffusée en direct à la télévision dans des millions de foyers comme pour intimider tout un peuple et marquer son inconscient collectif par la terreur.
Ainsi, les traitres se sont partagé le boulot. Certains assurent la gouvernance par la terreur pendant que d’autres vident les caisses, détruisent les institutions et gèrent la propagande.
Bouteflika avait pour mission de vider les caisses et de ruiner le pays. Mai il n’est que l’exécutant d’une feuille de route conçue à l’étranger pour des objectifs précis. Il a, dans son cas, accepté de trahir par esprit de vengeance alors que d’autres qui bénéficient aussi de la protection de parrains étrangers tels que Chakib Khelil ou Ould Kaddour l’ont fait pour l’argent. Vous noterez que même les larbins de Chakib Khelil (Omar Habour, Hamèche, Bedjaoui etc..) sont intouchables.
Oui, l’Algérie connaitra dans les années à venir une période difficile et dangereuse. Les parrains étrangers de Bouteflika doivent être convaincus qu’on ne s’en sortira pas cette fois-ci.
Depuis plus de 30 ans, ils ont investi, avec l’aide des islamistes et des pays du golfe, trop d’efforts pour renoncer aujourd’hui à leurs projets. Par conséquent, l’Algérie ne pourra compter que sur elle-même pour sortir de ce bourbier car elle n’aura pas accès au marché financier international pour faire face à son endettement extérieur.
L’armée a fait rentrer le renard dans le poulailler. Mais que veut-elle depuis 1962 ?
A-t-elle décidé d’assurer la continuité dans l’exécution de la feuille de route des parrains étrangers pour garder le pouvoir et gérer la paix sociale en optant pour l’endettement externe comme préconisé par Chakib Khelil à son retour en terre promise ?
Tout porte à le croire puisqu’il n’y a pas de véritable rupture et pas de démocratie en vue.
On continuera avec l’aide d’experts officiels à nous vendre des vessies de porc pour des lanternes comme dans le scandale non encore dévoilé de la raffinerie d’Augusta. A cette fin, faut-il croire que l’institution militaire fera tout pour restreindre les libertés, et notamment la liberté d’informer et de dénoncer.
La vérité est là devant nos yeux. La catastrophe économique et sociale va éclater dans 3 ans si on ne fait rien pour redresser la situation.
Nous n’avons pas besoin d’un Président aujourd’hui. Nous voulons un diagnostic sur la situation économique et un programme de salut public. Est-ce que les Banques publiques sont en faillite?
Il faut rapidement identifier et neutraliser les traitres et essayer de récupérer l’argent volé et transféré à l’étranger.

Permalien

QU’ATTEND GAID SALAH POUR COMMENCER LA PURGE AU SEIN DES ENTREPRISES PUBLIQUES ALGÉRIENNES ET SURTOUT CELLES QUI SONT SUBVENTIONNÉES PAR L’ETAT ET CONSIDÉRÉS COMME STRATÉGIQUES POUR LA SÉCURITÉ DU PAYS COMME L’OFFICE NATIONAL DE LA METEOROLOGIE DIRIGE PAR UN PROFANE EN METEOROLOGIE ET L’AMI DE AMAR GHOUL ET SAID BOUTEFLIKA CAR C’ÉTAIT AMAR GHOUL QUI L’AVAIT DÉSIGNÉ A TITRE DE DIRECTEUR GENERAL DE CET OFFICE MÉTÉO DE DAR-EL-BEIDA PAR INTÉRIM EN 2014 A L’EPOQUE OU AMAR GHOUL ÉTAIT MINISTRE DES TRANSPORTS ET DES TRAVAUX PUBLIQUES A L’EPOQUE DE LA DILAPIDATION DES DENIERS PUBLICS ET LE SCANDALE DE L’AFFAIRE DE L’AUTOROUTE EST-OUEST . SAID BOUTEFLIKA AVAIT ENSUITE PROCÉDÉ A SA NOMINATION DE DIRECTEUR GENERAL DE CET OFFICE MÉTÉO EN AVRIL 2017 . CE DIRECTEUR GENERAL DONC EN L’OCCURENCE IHADDEDENE IBRAHIM EST UN CORROMPUS ET DILAPIDATEUR DES DENIERS PUBLICS QUI A ABUSE DE SA RESPONSABILITÉ DE DIRECTEUR GENERAL POUR S’OFFRIR DES INDUS AVANTAGES A LUI , A SA FAMILLE ET TOUS SES COPAINS CAR IL A FAIT DE CETTE ENTREPRISE PUBLIQUE
UNE PROPRIÉTÉ PRIVÉE DONT IL A ABUSE DES DENIERS PUBLIQUES ET DES BIENS IMMOBILIERS ET FONCIERS DE CETTE ENTREPRISE POUR LES VENDRE A D’AUTRES ENTREPRISES AVEC DES TRANSACTIONS OCCULTES QUI LUI A PERMIS D’ENGRANGER DES MILLIARDS EN DINARS ( JE CITE LES 200 MILLIARDS QU’IL A PLACES DANS LA BANQUE BNA DE BORDJ-EL-BAHRI . IL A EGALEMENT DÉTOURNE LES RECETTES COLOSSALES QUI PROVIENNENT DE LA TAXE DE SURVOL QUE PAIENT LES COMPAGNIES AÉRIENNES DONT LA QUOTTE PART VERSÉE PAR L’ENNA A CET OFFICE MÉTÉO EN DINARS ET EN EURO EST DE 18 % .

IL EXISTE UNE AUTRE CANICULE DONC QUI RÉCHAUFFE TERRIBLEMENT LES ESPRITS DES MÉTÉOROLOGUES DE MÉTÉO ALGÉRIE CAR AUCUNE CANDIDATURE AUX ELECTIONS DU COMITÉ DE PARTICIPATION VERSION 2019 QUI A EU LIEU HIER LE 9 JUILLET 2019 N’A ÉTÉ RETENUE PARMI TOUS LES ANCIENS MÉTÉOROLOGUE DE MÉTÉO ALGÉRIE DU CORPS DES TECHNICIENS DE LA METEOROLOGIE.
CETTE GRAVE INJUSTICE QUI A FRAPPE CES VICTIMES D’OMISSION DE LEURS CANDIDATURES A CES ELECTIONS EST L’OEUVRE MALÉFIQUE DU CHAOUI DE KHENCHELA EN L’OCCURRENCE LAMRI LAZHAR ( SECRÉTAIRE GENERAL DU BUREAU SYNDICAL UGTA DE CETTE ENTREPRISE MÉTÉOROLOGIQUE DE MÉTÉO ALGÉRIE . IL S’AGIT DE QUELQU’UN A SOUTENU LA CANDIDATURE DE BOUTEFLIKA AU 5 EME MANDAT ET QUELQU’UN QUI A ABUSE DE SA RESPONSABILITÉ SYNDICALE POUR S’OFFRIR DES INDUS AVANTAGES A LUI ET A SA FAMILLE ET IL A UTILISE SON MANDAT SYNDICAL POUR OFFRIR DES INDUS AVANTAGES AUSSI AUX CADRES DIRIGEANTS DE CET OFFICE MÉTÉO EN CAUTIONNANT LE TRAFIC DU RECRUTEMENT AU SEIN DE CET ORGANISME ÉTATIQUE POUR OFFRIR DES EMPLOIS FICTIFS A DE NOMBREUSES PERSONNES ISSUES DU CERCLE FAMILIAL DES CADRES DIRIGEANTS ET LEURS FAMILLES AU SEIN DE CETTE ENTREPRISE . LES EMPLOIS FICTIFS CRÉES POUR CES NOMBREUSES PERSONNES RECRUTES PAR NÉPOTISME , PAR COPINAGE MALSAIN , PAR LA CORRUPTION DE CE SYNDICAT. IL EST AUSSI IMPLIQUE DANS LA PRODUCTION D’UNE CONVENTION COLLECTIVE 2018 QUI A PORTE ATTEINTE A TOUS LES ACQUIS DES TECHNICIENS MÉTÉOROLOGISTES QUI ONT CUMULE DURANT LEUR LONGUE CARRIÈRE PROFESSIONNELLE EN LES RÉTROGRADANT A DES CATÉGORIES INFÉRIEURES A LEURS STATUTS ANTÉRIEURS. CETTE ATTEINTE ET ALIÉNATION PROGRAMMÉE DES DROITS DE CES ANCIENS MÉTÉOROLOGUES ONT ÉTÉ MALICIEUSEMENT INVENTES POUR OFFRIR LES POSTES ET LES PROMOTIONS QU’ILS DEVAIENT OFFRIR A CES TECHNICIENS DANS LE CADRE DE CETTE NOUVELLE NOMENCLATURE DES POSTES DE TRAVAIL POUR REVALORISER LEURS STATUTS ET LEURS SALAIRES A UN PERSONNEL NOVICE HORS FILIÈRE MÉTÉOROLOGIQUE , PROFANE EN METEOROLOGIE ET QUALIFIE EN METEOROLOGIE. L’INTERDICTION D’ACCÈS AUX ANCIENS TECHNICIENS MÉTÉOROLOGISTES A CES NOUVELLES ELECTIONS DU COMITÉ DE PARTICIPATION DE CET ETABLISSEMENT ÉTATIQUE DE MÉTÉO ALGÉRIE ÉTAIT MOTIVE PAR L’ÉLOIGNEMENT DE CES ANCIENS MÉTÉOROLOGUES A LA PARTICIPATION DE LA GESTION DE CET OFFICE CONTRÔLÉ PAR CE COMITÉ DE PARTICIPATION DES TRAVAILLEURS ET D’AVOIR UN DROIT DE REGARD SUR LA GESTION FINANCIÈRE DE CETTE MÉTÉO ALGÉRIE DONT LA DILAPIDATION DES DENIERS PUBLICS S’AVÈRE UN SOUPÇON BIEN FONDE CAR LE RENOUVELLEMENT DE CE COMITÉ DEVAIT SE FAIRE EN MARS 2018 CONFORMÉMENT A LA LOI D’AUTANT QUE LE PRÉSIDENT DE CE COMITÉ DE PARTICIPATION SORTANT EST UN CHAUFFEUR QUI A ÉTÉ CHOISI ARBITRAIREMENT PAR CE SECRÉTAIRE GENERAL DU BUREAU SYNDICAL UGTA ( LE CHAOUI DE KHENCHELA ) ET QUI LUI A CONFÉRÉ LA REPRÉSENTATIVITÉ DES TRAVAILLEURS AU SEIN DU CONSEIL D’ADMINISTRATION QUI A VALIDE CETTE CONVENTION COLLECTIVE DES TRAVAILLEURS DE 2018 PAR QUI TOUS LES DROITS DES ANCIENS TECHNICIENS MÉTÉOROLOGISTES ONT ÉTÉ BAFOUES ET ALIÉNÉS . CE SECRÉTAIRE GENERAL DU BUREAU SYNDICAL UGTA DE LA MÉTÉO A BAFOUE TOUTE LES LOIS QUI RÉGISSENT LE CODE DU TRAVAIL ET IL A COMMIS DES INFRACTIONS ET DES CRIMES ECONOMIQUES AUSSI GRAVISSIMES QUE CEUX COMMIS PAR SIDI SAID L’EX PATRON DE LA CENTRALE SYNDICALE . L’ETABLISSEMENT D’UNE LISTE DE CANDIDATS NOVICES POUR CES ELECTIONS DU COMITÉ DE PARTICIPATION DE DEMAIN 9 JUILLET 2019 SERVIRA BIEN LES INTÉRÊTS OCCULTES A LA FOIS DES CADRES DIRIGEANTS ET DE CE SECRÉTAIRE GENERAL DU BUREAU SYNDICAT UGTA DE CETTE MÉTÉO ALGÉRIE . PRIÈRE AUX JOURNALISTES DE ALG 24 DE PUBLIER UN LONG ARTICLE SUR CETTE AFFAIRE ET D’OUVRIR UNE ENQUÊTE OFFICIELLE SUR CE QUI S’Y PASSE DANS CETTE BOITE A PANDORE .

Permalien

QU’ATTEND GAID SALAH POUR COMMENCER LA PURGE AU SEIN DES ENTREPRISES PUBLIQUES ALGÉRIENNES ET SURTOUT CELLES QUI SONT SUBVENTIONNÉES PAR L’ETAT ET CONSIDÉRÉS COMME STRATÉGIQUES POUR LA SÉCURITÉ DU PAYS COMME L’OFFICE NATIONAL DE LA METEOROLOGIE DIRIGE PAR UN PROFANE EN METEOROLOGIE ET L’AMI DE AMAR GHOUL ET SAID BOUTEFLIKA CAR C’ÉTAIT AMAR GHOUL QUI L’AVAIT DÉSIGNÉ A TITRE DE DIRECTEUR GENERAL DE CET OFFICE MÉTÉO DE DAR-EL-BEIDA PAR INTÉRIM EN 2014 A L’EPOQUE OU AMAR GHOUL ÉTAIT MINISTRE DES TRANSPORTS ET DES TRAVAUX PUBLIQUES A L’EPOQUE DE LA DILAPIDATION DES DENIERS PUBLICS ET LE SCANDALE DE L’AFFAIRE DE L’AUTOROUTE EST-OUEST . SAID BOUTEFLIKA AVAIT ENSUITE PROCÉDÉ A SA NOMINATION DE DIRECTEUR GENERAL DE CET OFFICE MÉTÉO EN AVRIL 2017 . CE DIRECTEUR GENERAL DONC EN L’OCCURENCE IHADDEDENE IBRAHIM EST UN CORROMPUS ET DILAPIDATEUR DES DENIERS PUBLICS QUI A ABUSE DE SA RESPONSABILITÉ DE DIRECTEUR GENERAL POUR S’OFFRIR DES INDUS AVANTAGES A LUI , A SA FAMILLE ET TOUS SES COPAINS CAR IL A FAIT DE CETTE ENTREPRISE PUBLIQUE
UNE PROPRIÉTÉ PRIVÉE DONT IL A ABUSE DES DENIERS PUBLIQUES ET DES BIENS IMMOBILIERS ET FONCIERS DE CETTE ENTREPRISE POUR LES VENDRE A D’AUTRES ENTREPRISES AVEC DES TRANSACTIONS OCCULTES QUI LUI A PERMIS D’ENGRANGER DES MILLIARDS EN DINARS ( JE CITE LES 200 MILLIARDS QU’IL A PLACES DANS LA BANQUE BNA DE BORDJ-EL-BAHRI . IL A EGALEMENT DÉTOURNE LES RECETTES COLOSSALES QUI PROVIENNENT DE LA TAXE DE SURVOL QUE PAIENT LES COMPAGNIES AÉRIENNES DONT LA QUOTTE PART VERSÉE PAR L’ENNA A CET OFFICE MÉTÉO EN DINARS ET EN EURO EST DE 18 % .

IL EXISTE UNE AUTRE CANICULE DONC QUI RÉCHAUFFE TERRIBLEMENT LES ESPRITS DES MÉTÉOROLOGUES DE MÉTÉO ALGÉRIE CAR AUCUNE CANDIDATURE AUX ELECTIONS DU COMITÉ DE PARTICIPATION VERSION 2019 QUI A EU LIEU HIER LE 9 JUILLET 2019 N’A ÉTÉ RETENUE PARMI TOUS LES ANCIENS MÉTÉOROLOGUE DE MÉTÉO ALGÉRIE DU CORPS DES TECHNICIENS DE LA METEOROLOGIE.
CETTE GRAVE INJUSTICE QUI A FRAPPE CES VICTIMES D’OMISSION DE LEURS CANDIDATURES A CES ELECTIONS EST L’OEUVRE MALÉFIQUE DU CHAOUI DE KHENCHELA EN L’OCCURRENCE LAMRI LAZHAR ( SECRÉTAIRE GENERAL DU BUREAU SYNDICAL UGTA DE CETTE ENTREPRISE MÉTÉOROLOGIQUE DE MÉTÉO ALGÉRIE . IL S’AGIT DE QUELQU’UN A SOUTENU LA CANDIDATURE DE BOUTEFLIKA AU 5 EME MANDAT ET QUELQU’UN QUI A ABUSE DE SA RESPONSABILITÉ SYNDICALE POUR S’OFFRIR DES INDUS AVANTAGES A LUI ET A SA FAMILLE ET IL A UTILISE SON MANDAT SYNDICAL POUR OFFRIR DES INDUS AVANTAGES AUSSI AUX CADRES DIRIGEANTS DE CET OFFICE MÉTÉO EN CAUTIONNANT LE TRAFIC DU RECRUTEMENT AU SEIN DE CET ORGANISME ÉTATIQUE POUR OFFRIR DES EMPLOIS FICTIFS A DE NOMBREUSES PERSONNES ISSUES DU CERCLE FAMILIAL DES CADRES DIRIGEANTS ET LEURS FAMILLES AU SEIN DE CETTE ENTREPRISE . LES EMPLOIS FICTIFS CRÉES POUR CES NOMBREUSES PERSONNES RECRUTES PAR NÉPOTISME , PAR COPINAGE MALSAIN , PAR LA CORRUPTION DE CE SYNDICAT. IL EST AUSSI IMPLIQUE DANS LA PRODUCTION D’UNE CONVENTION COLLECTIVE 2018 QUI A PORTE ATTEINTE A TOUS LES ACQUIS DES TECHNICIENS MÉTÉOROLOGISTES QUI ONT CUMULE DURANT LEUR LONGUE CARRIÈRE PROFESSIONNELLE EN LES RÉTROGRADANT A DES CATÉGORIES INFÉRIEURES A LEURS STATUTS ANTÉRIEURS. CETTE ATTEINTE ET ALIÉNATION PROGRAMMÉE DES DROITS DE CES ANCIENS MÉTÉOROLOGUES ONT ÉTÉ MALICIEUSEMENT INVENTES POUR OFFRIR LES POSTES ET LES PROMOTIONS QU’ILS DEVAIENT OFFRIR A CES TECHNICIENS DANS LE CADRE DE CETTE NOUVELLE NOMENCLATURE DES POSTES DE TRAVAIL POUR REVALORISER LEURS STATUTS ET LEURS SALAIRES A UN PERSONNEL NOVICE HORS FILIÈRE MÉTÉOROLOGIQUE , PROFANE EN METEOROLOGIE ET QUALIFIE EN METEOROLOGIE. L’INTERDICTION D’ACCÈS AUX ANCIENS TECHNICIENS MÉTÉOROLOGISTES A CES NOUVELLES ELECTIONS DU COMITÉ DE PARTICIPATION DE CET ETABLISSEMENT ÉTATIQUE DE MÉTÉO ALGÉRIE ÉTAIT MOTIVE PAR L’ÉLOIGNEMENT DE CES ANCIENS MÉTÉOROLOGUES A LA PARTICIPATION DE LA GESTION DE CET OFFICE CONTRÔLÉ PAR CE COMITÉ DE PARTICIPATION DES TRAVAILLEURS ET D’AVOIR UN DROIT DE REGARD SUR LA GESTION FINANCIÈRE DE CETTE MÉTÉO ALGÉRIE DONT LA DILAPIDATION DES DENIERS PUBLICS S’AVÈRE UN SOUPÇON BIEN FONDE CAR LE RENOUVELLEMENT DE CE COMITÉ DEVAIT SE FAIRE EN MARS 2018 CONFORMÉMENT A LA LOI D’AUTANT QUE LE PRÉSIDENT DE CE COMITÉ DE PARTICIPATION SORTANT EST UN CHAUFFEUR QUI A ÉTÉ CHOISI ARBITRAIREMENT PAR CE SECRÉTAIRE GENERAL DU BUREAU SYNDICAL UGTA ( LE CHAOUI DE KHENCHELA ) ET QUI LUI A CONFÉRÉ LA REPRÉSENTATIVITÉ DES TRAVAILLEURS AU SEIN DU CONSEIL D’ADMINISTRATION QUI A VALIDE CETTE CONVENTION COLLECTIVE DES TRAVAILLEURS DE 2018 PAR QUI TOUS LES DROITS DES ANCIENS TECHNICIENS MÉTÉOROLOGISTES ONT ÉTÉ BAFOUES ET ALIÉNÉS . CE SECRÉTAIRE GENERAL DU BUREAU SYNDICAL UGTA DE LA MÉTÉO A BAFOUE TOUTE LES LOIS QUI RÉGISSENT LE CODE DU TRAVAIL ET IL A COMMIS DES INFRACTIONS ET DES CRIMES ECONOMIQUES AUSSI GRAVISSIMES QUE CEUX COMMIS PAR SIDI SAID L’EX PATRON DE LA CENTRALE SYNDICALE . L’ETABLISSEMENT D’UNE LISTE DE CANDIDATS NOVICES POUR CES ELECTIONS DU COMITÉ DE PARTICIPATION DE DEMAIN 9 JUILLET 2019 SERVIRA BIEN LES INTÉRÊTS OCCULTES A LA FOIS DES CADRES DIRIGEANTS ET DE CE SECRÉTAIRE GENERAL DU BUREAU SYNDICAT UGTA DE CETTE MÉTÉO ALGÉRIE . PRIÈRE AUX JOURNALISTES DE ALG 24 DE PUBLIER UN LONG ARTICLE SUR CETTE AFFAIRE ET D’OUVRIR UNE ENQUÊTE OFFICIELLE SUR CE QUI S’Y PASSE DANS CETTE BOITE A PANDORE .

Permalien

ils ne veulent pas des élections libres et transparentes, sinon ils auraient simplement empêcher la 5éme candidature, ou la fraude pour le 5éme mandat, mais eux et leurs maitres "les français" savent que le vote du 18 avril 2019 allait donner lieu à un changement, et ils complotèrent contre la volonté du peuple dés la fin de 2018,
le vote du 18 avril 2019, avec la fraude ou sans, pouvait donner naissance à une nouvelle algérie, avec un autre mode de gouvernance, car il aurait mis sur la scène un candidat déchu de sa victoire, donc avec une assise populaire et le soutien du peuple qui lui donnerait la légitimité de réclamer légalement le trône, mais la france veille au grain et fait bouger ses agents de toujours, pour avorter ce processus naturel,
et le peuple se retrouve orphelin d'un dirigeant capable de l'unir et le guider, et maintenant ils refusent ces éléctions qui sonneront la fin de leur systéme pourri, et cherchent le pourrissement pour prendre directement le pouvoir pour que la france puisse continuer de plus belle son accaparement des ressources du pays sans aucune concurrence ni des algériens eux mêmes ni des autres pays en relation avec l’Algérie depuis 20 ans, grâce à eux leur mère-patrie la france, reprendra tous ses droits sur sa chasse gardée qu'est l’Algérie, quoiqu'ils essayent de faire croire, ils ne sont que des francophones, de vrais francophiles, et même des français naturels,
les anti français, sont assassinés depuis 1956, et ce sont abane, benmehidi, petit omar, hassiba, etc...... et depuis 1962 les anti français sont écartés systématiquement du pouvoir, comme boudiaf,
depuis 1962, la france protègent ses hommes de l'ombre et leur assure une longue carrière dans le pouvoir pour s'en servir quand elle le désire, et c'est fait,

Permalien

Pas normal y' a pas de commentaires.

Permalien

Le tsunami de la crise financiére et économique qui s annonce va emporter ces "bandits" auto proclamés généraux maîtres maffieux d un pays l'algérie algérienne qu ils ont ,depuis 1962, occupé néo colonialement
Gaid le pervers et sa clique saadani,kliba,naima salhi la "vermine" de l'araberie et sa bande d irresponsables chefs képis seront balayés par la réalité fatale de cette crise.L'argent des hydrocarbures ne suffira plus à payer les policiers ,les gendarmes et les services de repression des algériens ....
Un tsunami qui surprendra ces "voyous" qui ont pris le pouvoir aprés le marocain voyou voleur aux moeurs dissolues bouteflika abdelaziz ,chargé par la "neo coloniale francouroubi" de mettre en faillite l'algérie algérienne amazigh multilangues!

Permalien

A haranguer interpeller ou raisonner Gaid Salah.
Un bghal militaire archi connu vendu au plus fort du moment durant toute sa carrière ne comprend pas vos langages ni ceux des héros de la révolution.
Un seul langage lui est compréhensible celui de la force et oui bghal pourri et mégalomane c'est sa neutralisation urgente avant de détruire ce qu'il nomme institution républicaine de défense.
Hmar il fait semblant de, ignorer sur la République depuis le 09 juillet n existe plus et que son Institution la conçoit comme une affaire patrimoniale personnelle familiale et clanique.
Voilà son interprétation et avis aux autres militaires est interdit.
Gare à la destruction de l'institution par elle même et la désintégration de l'état national.
Voilà et Dieu semble punir tout le Monde ici part la malédiction des ignorants du sommet de l'armée.point final

Permalien

Bien dit,mec.

Ajouter un commentaire