Aller au contenu principal
Body

EXPRESS

Détroit d'Ormuz: le blocage du pétrolier algérien par la marine iranienne a duré 1h15mn

Le pétrolier algérien "Mesdar", a été bloqué vendredi à 19h30 par la marine nationale iranienne et libéré à 20h45, immédiatement après le contact des autorités algériennes avec leurs homologues iraniennes, a rappelé dimanche la compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach.

"Le vendredi 19 juillet 2019, le navire pétrolier Mesdar, à 19h30, a été bloqué par la marine nationale iranienne, pendant 01h15mn et a été libéré à 20h45 immédiatement après le contact des autorités algériennes avec leurs homologues iraniennes", a indiqué la même source dans un communiqué.

Pour rappel, Sonatrach avait annoncé samedi que son pétrolier "Mesdar" a été contraint vendredi de mettre le cap vers les eaux territoriales iraniennes, par les garde-côtes de la marine iranienne, au moment où il traversait le détroit d’Ormuz.

"Le vendredi 19 juillet 2019, à 19h30 heure algérienne, le pétrolier Mesdar, de 2.000. 000 de barils de capacité, propriété de Sonatrach, a été contraint de mettre le cap vers les eaux territoriales des côtes iraniennes, par les garde-côtes de la marine iranienne, au moment où il traversait le détroit d'Ormuz", avait expliqué la même source dans un communiqué.

Le navire se dirigeait, en fait, vers Tanura pour charger du pétrole brut pour le compte de la compagnie chinoise UNIPEC.

Dans ce même communiqué de presse, Sonatrach avait fait savoir que ce blocage, dont le suivi était assuré par une cellule mise en place par les ministères de l'Energie et des Affaires étrangères, avait connu "son dénouement à 20H45" c'est-à-dire 01h15mn.

Auteur
Avec APS
 

Commentaires

Permalien

et si on fouille, on va découvrir le pot, il ne transporte pas du pétrole algérien, mais saoudien pour les chinois pour des prix de bus, et peut être aussi que sonatrach affrète des pétroliers étrangers pour livrer son pétrole à des prix de vaisseaux spatiales,
la vocation première de sonatrach c'est le transport des hydrocarbures et apparemment c'est tout ce qui restera du joyau algérien, le transport, le reste reviendra à total, après tous ces évènements,
tout est possible, mais espérons que ce n'est pas vrai,

Ajouter un commentaire