Aller au contenu principal
Body

REGARD

Dans le métro parisien !

Il était assis sur un siège du métro parisien, en lisant tranquillement son journal. Un peu en retrait, le jeune rond et jovial arbore avec ses lunettes de vue un air d'intello. Voyant quelques passagers s'amasser devant la porte d'entrée, il finit par plier son papier et cède gentiment sa place à une vieille qui fait soudain irruption dans la rame.

Le métro redémarre. Après un bref silence, la discussion s'enclenche entre les deux passagers. Le thème principal, c'est la situation qui prévaut en Algérie. A un moment de leur échange, j'ai senti une certaine gêne dans les propos. Un soupçon de sourire passe sur les lèvres de la vieille, comme si elle me lance une invitation tacite à participer à la discussion.

Entre les complaintes sur les difficultés du quotidien de là-bas et d'ici, les épreuves de l'exil, les racontars de toutes sortes, les prospections sur l'avenir du mouvement des Gilets Jaunes et du hirak, les avis divergent.

"En Algérie, ça va s'arranger avec le temps mon fils, pas comme en France!", dit la vieille sur un ton optimiste "Vous faites apparemment trop confiance à ceux qui gèrent nos affaires là-bas, au point  de tordre le cou à la réalité !" lui répondit le jeune, non sans ironie. " Qu'on ne sous-estime pas ce qui a été réalisé jusque-là. Je suis très soulagée de voir tant de responsables corrompus derrière les barreaux avec moins de casse et de dégâts.  Les manifestants sont exemplaires, ils nettoient même les rues après chaque fin de marche, c'est énorme !

A mon sens, c'est un pas important vers les choses les plus positives dans le futur" " Et vous croyez à tout ce cinéma qui se joue sous nos yeux?" " Si on commence à douter de tout, ça ne finira jamais. Tout travail nécessite du temps et de la patience. Donnons alors un peu de temps au temps pour constater les résultats".

Le cercle des intervenants s'élargit à présent, quand une femme qui tire une poussette s'en mêle "c'est partout pareille, précise-t-elle, que ce soit en France, en Algérie, en Italie ou ailleurs, le problème c'est toujours le même : quand les peuples s'endorment, les pouvoirs trouvent l'occasion de mieux les tromper et quand ils se réveillent, ces derniers essaient de détourner leur attention, pour perpétuer leur tromperie!" "Donc le problème se résume selon vous à un simple jeu au chat et à la souris?", riposte la voix fluette d'une dame assise au fond "pas tout à fait ça, mais ça se rapproche", explique le jeune avec diplomatie "c'est-à-dire?" "Un pouvoir aussi juste soit-il, tend à s'attirer par tous les moyens licites la sympathie de l'opinion publique, et si jamais il ne réussit pas à le faire, il tente d'autres moyens plus retors.

Et c'est là que la situation se complique, surtout s'il n'y a pas d'Etat de droit pour réajuster les choses, comme dans notre cas"         

Auteur
Kamal Guerroua
 

Ajouter un commentaire