Aller au contenu principal
Body

ARBITRAIRE

De nouvelles arrestations de militants en Kabylie

L'infatigable militant Rezik Zouaoui arrêté ce samedi par des éléments de BRI avec perquisition au domicile à Timezrit (Béjaïa).

Des activistes pacifiques et d'anciens militants de mouvements souverainistes sont la cible de rafles policières depuis plusieurs semaines.   

A quoi jouent Tebboune et ceux qui l'épaulent ? Pourquoi s'acharnent-ils contre la Kabylie qui n'a pas fini d'enterrer ses morts des dizaines d'incendies de l'été ? Quel est l'objectif de ces arrestations massives ? Certains y voient une diversion, comme au demeurant le fait de faire porter la responsabilité des incendies en Kabylie. En effet, peut-on imaginer un instant un homme mettre le feu à sa maison ? s'interroge un homme qu'on ne peut accuser d'être pourtant un opposant.

Les prisons se remplissent de militants. L'impitoyable chasse aux militants amazighs se poursuit dans un climat de terreur mêlée d'une aggravation de l'abîme qui sépare le clan au pouvoir avec la population.

Ce samedi Rezik Zouaoui a été arrêté par des éléments de BRI avec perquisition au domicile à Timezrit (Béjaïa), rapportent plusieurs sources. Nadir Chelbabi a été lui aussi arrêté par des éléments de BRI avec perquisition au domicile à Sidi Aïch.

Mis aux arrêts sur le lieu de son travail mercredi 8 septembre, Zahir Messaoudene se trouve actuellement à la brigade de gendarmerie nationale de Tadmait (Tizi Ouzou). Sa famille a pu le voir aujourd'hui.

Par ailleurs, une perquisition au domicile de sa famille au village Iguersafene (commune idjeur, Bouzeguene) a eu lieu jeudi 9 septembre avec saisie d'un ordinateur, a-t-on appris de la part des avocats.

Hassane Bouras arrêté le 6 septembre 2021 par des éléments de BRI avec perquisition au domicile à El Bayadh.

Il est toujours en garde à vue en attendant sa présentation devant le procureur, selon le CNLD. Rappelons les arrestations de Kamira Naït Sid, Hamou Boumedine, Bouaziz Aït Chebib, Slimane Bouhafs, Fethi Gheris,... La liste de détenus d'opinion dépasse de loin les 200 personnes embastillées. 

Un insondable désespoir a gagné tous les pans de la société algérienne. Paralysie économique, chômage abyssal, censure, manipulation de l'opinion par des opérations de diversion, gel des investissement, propension à l'émigration massive...

Comble de l'ironie : c'est dans ce climat de répression que le régime vient d'appeler à la tenue d'élections locales auquelle ont répondu déjà favorablement les partis appendices et quelques autres, comme le FFS et le PT. 

Auteur
L. M.