Aller au contenu principal
Body

TRIBUNE

Démocratie et bureaucratie: une relation de tension et son impact sur l'administration publique

Dans toute analyse de la relation entre la démocratie et la bureaucratie, il convient de prendre en compte leur complexité, ces deux phénomènes étant interprétés et définis différemment, ce qui se traduit par différentes interprétations de cette relation.

Au lieu de fournir un cadre conceptuel permettant d’interpréter le sens "réel" de la démocratie et de la bureaucratie, nous tenterons d’examiner le lien qui existe entre la perception que les gens ont de l’administration publique de leur pays, leur qualité réelle et l’acceptation de la démocratie par les citoyens en la comparant à d’autres interprétations du consentement démocratique. La relation est analysée au niveau individuel et au niveau national (communauté).

Au fil des ans, différents points de vue se sont fait jour sur la relation entre la démocratie et la bureaucratie. Alors que certains chercheurs soulèvent des tensions et des contradictions entre les deux phénomènes, d’autres affirment qu’ils peuvent être réconciliés. Selon la première approche, la démocratie et la bureaucratie sont fondamentalement incompatibles.
La bureaucratie étant une doctrine administrative hiérarchique pacifique et centrale dans laquelle les bureaucrates sont habilités à diriger et à prendre des décisions dans le but de mettre en œuvre les politiques qu’ils adoptent et qui sont le produit de leur pensée individuelle, ils constituent un moyen pour les autorités centrales et hiérarchiques d’exercer leur maîtrise de soi de manière indépendante et individuelle. Selon la vision classique de Max Weber « la bureaucratie peut être au service de tout maître », président et pouvoir. Ce qui se limite au service des présidents et au pouvoir hiérarchique et central.

D'autre part, même les simples définitions et conceptions de la démocratie sont perçues comme un système dans lequel les citoyens exercent une certaine influence sur la prise de décision politique tout au long du processus électoral, c'est-à-dire qu'ils participent à la prise de décision.

Cependant, les gens ne sont pas intéressés par une participation à la prise de décision ou même au contrôle de son degré de conformité et d'application, et c'est cet élément qui fait la différence et le décalage. Et garde la question en discussion...

Le peuple est-il la base de la démocratie en forme ou en contenu? Ou les deux? La démocratie, dans son sens véritable, objectif et logique, est le pouvoir du peuple, c’est-à-dire que c’est lui qui décide et participe à sa mise en œuvre et tient à respecter l’application des règles qui régissent la démocratie, afin de ne pas déroger à son principe et à son objectif.
Et en parlant du sujet pour lequel nous essayons de trouver un sens et une solution au problème posé, à savoir la relation entre l'administration et les deux concepts contradictoires (bureaucratie et démocratie). L'administration est le miroir de la démocratie ou de la bureaucratie.

La démocratie n'étant pas hiérarchisée, pacifique et décentralisée, elle ne respecte pas les restrictions ni temporelles ni même spatiales: elles se caractérisent par la simplicité, la liberté et la généralité. Cela crée une sorte de rivalité et de contradiction entre la tendance de la bureaucratie et la concentration du pouvoir.

Et la Démocratie pour la décentralisation du pouvoir. Ces déséquilibres bureaucratiques sont plus susceptibles de constituer une menace pour les pays en développement que pour les pays développés, et les théories modernes et les applications réglementaires peuvent contribuer à résoudre les problèmes de développement administratif. Comme ces théories ont donné un nouveau souffle à l'organisation du travail et de l'administration, ce qui lui a donné le caractère d'égalité et de justice et d'être libéré des contraintes imposées par les règles de droit en matière de gouvernance et de gestion.

La volonté de résoudre les tensions entre la bureaucratie et la démocratie est l’un des principaux facteurs à l’origine de la réforme et de la modernisation de l’administration publique. L'absence de concentration et de restrictions imposées par la bureaucratie constitue le premier pas vers la réalisation de l'objectif de réforme administrative et de modernisation de l’administration.
L'idée derrière ce phénomène était claire et évidente. 

L’amélioration du travail des institutions publiques grâce à la formation efficace du personnel, à une gestion juste et équitable de ces ressources humaines (fonctionnaires), à la transparence et à une plus grande simplicité dans la prestation des services administratifs, se traduit inévitablement par une satisfaction des citoyens, ce qui améliore l’image positive de l’administration publique et du gouvernement dans son ensemble.

Bien que les experts s’intéressent toujours aux relations entre démocratie et bureaucratie, la question n’est pas abordée de la même manière par les politiciens et les professionnels de l’administration publique. Les experts en politiques cherchent à étudier les valeurs démocratiques des citoyens et les facteurs qui rendent les gens heureux avec leur démocratie.

C’est naturel, et sans surprise ; la satisfaction des citoyens à l’égard de la démocratie est considérée comme une priorité et un facteur clé pour la préserver. Bien que l'administration publique ait toujours été plus concernée par les études organisationnelles et les relations politiques et administratives que par les citoyens et leur satisfaction, il existe désormais un intérêt croissant pour une évaluation empirique réaliste de la perception qu'ont les citoyens de l'administration publique.

De nombreux experts politiques sont conscients de l'impact du comportement réel de la démocratie sur sa légitimité auprès des citoyens.
Même si les gens préfèrent l’exemple démocratique, ils évalueront la démocratie sur la base de leur expérience pratique quotidienne. Cette expérience est un long processus au cours duquel les citoyens se prononcent sur le travail de diverses institutions en se basant sur leur évaluation. La satisfaction à l'égard des performances démocratiques est un reflet de la façon dont les citoyens perçoivent le degré d'apparition de la démocratie dans la pratique. Par exemple, lorsqu'un citoyen rationnel estime que le système ne respecte pas certains principes démocratiques (tels que le manque de transparence, de justice et d'équité), il n'a pas suffisamment de raisons d'accepter sa satisfaction du fonctionnement de la démocratie dans son pays.
Le mode de fonctionnement des organisations et des administrations publiques produit des résultats qui ont une incidence directe sur la façon dont les citoyens voient le système et évaluent le niveau de démocratie.

Des études soulignent la nécessité d'adapter les institutions de l'administration publique afin de concilier la tension entre démocratie et bureaucratie, insistant sur le fait que la fonction de l'administration publique a des implications non seulement pour la confiance des citoyens. dans le secteur public, mais aussi sur les valeurs démocratiques des citoyens et leur comportement. L'élément bureaucratique dans la relation entre la bureaucratie et la démocratie a été examiné et étudié principalement du point de vue de l'administration publique. Les experts en démocratie ont tendance à ignorer le rôle crucial de la bureaucratie dans la légitimation de la démocratie.

Les études sur la confiance dans les institutions publiques et la satisfaction de la démocratie sont nombreuses, mais rares sont celles qui ont été consacrées à l'administration publique.

Dans la mesure où ceux qui étudient la démocratie s'intéressent à des aspects autres que ceux des chercheurs en administration publique, notre article intègre ces deux domaines d’étude et cherche donc à souligner l’importance de l’administration publique dans la définition de la satisfaction démocratique des citoyens.

À cet égard, nous affirmons que la qualité de la bureaucratie revêt une grande importance pour la satisfaction des citoyens à l'égard de la démocratie. La qualité de la bureaucratie a un impact non seulement sur la confiance du public dans le secteur public ou dans l’ensemble du gouvernement, mais également sur son appréciation de la performance de la démocratie. Quel que soit le pays concerné, l'administration publique est la plus grande institution publique, et la majorité des citoyens rencontrent souvent des représentants de la démocratie qui ne participent pas aux activités politiques. Bien que la participation des citoyens à la vie politique soit relativement limitée, les interactions entre la société civile et l'administration publique sont très courantes. En d'autres termes, les citoyens sont en contact permanent avec l'administration publique, en particulier avec les plus proches , je parle des collectivités locales , indépendamment de leur participation à la vie politique.

Selon la logique de la théorie du choix rationnel, l'interaction des citoyens avec la bureaucratie détermine non seulement la confiance des citoyens dans une administration donnée (conformément à "l'hypothèse de performance et de service"), mais peut également affecter sa perception globale du niveau de performance de la démocratie.

Lorsque les gens pensent que la bureaucratie fonctionne selon l'exemple démocratique (responsabilité, interaction, etc.), cette expérience est susceptible d'affecter leur satisfaction à l'égard de la démocratie en tant que confrontation avec d'autres aspects, tels que le système électoral, etc.

Par conséquent, il est nécessaire de travailler pour rapprocher l'administration du citoyen et pour le faire participer au processus de décision, en particulier celui de l'administration représentée par les collectivités locales (wilaya et Communes) et en particulier de la commune. Cela conduira à gagner la confiance du citoyen et conduit inévitablement au respect de ceux-ci dans la gestion, le travail administratif, les textes et les règles juridiques et, partant, dans le dévouement même de la démocratie.

Noureddine Mebarki
Fonctionnaire /étudiant à l'université d'Oran 2

Auteur
Noureddine Mebarki
 

Ajouter un commentaire