Aller au contenu principal
Body

SCANDALE

Des militantes arrêtées obligées de se dénuder par des policiers de Baraki

La police vient d'être éclaboussée par un énième scandale d'attouchements et d'humiliation de manifestantes arrêtées à Alger.

Que s'est-il donc passé lors de l'arrestation de manifestantes et manifestants du MDS et du RAJ samedi 13 avril à Alger ? C'est Samir Larabi, militant connu du Parti socialiste des travailleurs (PST) et journaliste. La révélation vaut son pesant d'ignominie. Les faits que ce journaliste rapporte se sont produits samedi 13 avril suite à des arrestations qui ont eu lieu à la Grande Poste. Ils ont eu lieu au commissariat de police de Baraki (Alger)

"Durant le rassemblement tenu à la Grand-Poste d’Alger, les policiers sont intervenus avec brutalité, ont réprimé et tabassé les manifestants. Les militants arrêtés ont été emmenés au commissariat de Baraki, à 30 km d’Alger. Mais le plus grave encore, c’est que quatre militantes femmes ont été humiliées par les policiers du commissariat de Baraki. Ils les ont forcées à enlever tous leurs vêtements, pour les mettre nues comme au jour de leur naissance !" témoigne Samir Larabi.

Il poursuit son témoignage : " Ce qu’ont fait les policiers de Baraki est une humiliation, un acte dégradant, une atteinte à la dignité de la personne humaine".

De nombreuses voix de la société civile commencent à monter contre cette ignoble dérive. Soufiane Djilali est l'un des premiers à condamner cet gravissime affaire.

Rappelons-nous, lors des marches de protestation des étudiants en médecines, des étudiantes ont aussi dénoncé des attouchements commis par des policiers sur elles lors des arrestations. 

Pour l'heure, ni la DGSN, ni le ministre de l'Intérieur n'ont réagi à ce scandale qui porte gravement atteinte à l'institution. 

 

Auteur
La rédaction