Aller au contenu principal
Body

Soufiane Djilali :

"D’ici 5 ans le régime aura transféré l’essentiel des richesses nationales à des prédateurs"

Dans ce communiqué, le président de Jil Jadid analyse les dernières mesures et soubresauts qui secouent les arcanes du pouvoir. Lecture.

"Ces dernières semaines, la dégénérescence du pouvoir algérien s’est accélérée. La crise financière induite par la chute du prix du pétrole a mis à mal le pouvoir d’achat de la population mais probablement plus encore les prébendiers du régime dont les appétits voraces s’impatientent face à l’extinction de la rente. C’est que l’opération de transfert de ce qui reste du patrimoine national public vers les intérêts privés attise les convoitises et les rivalités.

Le PPP n’est pas, à l’évidence, la traduction concrète d’une politique libérale, pensée et exécutée en fonction d’objectifs économiques transparents mais le paravent d’une distribution indue des biens de la communauté nationale à la clientèle affamée par les restrictions budgétaires.

La création monétaire n’est qu’un des leviers pour effectuer ce hold-up hors normes. Ainsi, le pouvoir instruit la Banque centrale pour imprimer de la monnaie, puis celle-ci sera transférée sous forme de crédits aux prête-noms et aux clientèles, qui rachètent alors une partie du capital social des meilleures entreprises à des prix symboliques et selon des procédures occultes et sans contrôle. Ils auront alors, selon les dispositions de la loi de finance 2016, cinq années pour racheter l’ensemble du capital de ces entreprises, le temps qu’il faut pour les essorer et les récupérer gratuitement. Enfin, cerise sur le gâteau, ils rembourseront les prêts à moyen et long terme selon un cours du dinar qui sera alors au plus bas, vu l’inflation et la dépréciation de la monnaie nationale, inéluctables et programmées. De la sorte, et après cinq années, le régime aura « légalement » transféré l’essentiel des richesses nationales à un groupe de prédateurs qui disposeront alors définitivement du pays.

Ce qui a fait bouger la «Présidence de la République», le FLN et les «nouveaux opposants», contre le Premier Ministre, n’est pas l’intérêt public national mais la répartition du butin et le rôle de «régisseur». Cette opération nécessitait le 4ème mandat. Le risque pris par le cercle présidentiel en imposant un homme terrassé par la maladie mais néanmoins accroché au trône, n’avait d’égal que les fortunes promises au bout du deal.

L’absence manifeste du Président de la République dans les arbitrages lors de la prise de décision, les contradictions internes au régime, la chute du prix du pétrole et la réaction de plus en plus forte de la population, ont contrecarré, jusqu’à présent, la réalisation de ces desseins. Mais pour combien de temps encore ?

C’est alors que le cinquième mandat devient vital. Un changement à la tête de l’Etat remettrait en cause tous les échafaudages et les équilibres négociés et serait un désastre pour les hommes du régime dont certains devront probablement faire les frais de la faillite générale des dernières vingt années !

Le 4ème mandat n’en finit pas de déployer ses maléfiques conséquences, le 5ème, si par malheur devait advenir, n’en serait que l’une d’entre elles.

Après une révolution admirable où la Nation a sacrifié 1.5 million de ses enfants, le pays est tombé aujourd’hui bien bas, dirigé qu’il est par une bande de complices dont le seul but est la satisfaction de leurs intérêts et la compensation de leur propre insignifiance.

La conjoncture impose aujourd’hui un sursaut national. Les prochaines élections présidentielles peuvent être un tremplin pour une phase transitionnelle en vue de remettre sur pied des institutions dignes d’un pays et sortir le pays du guêpier dans lequel il a été fourvoyé. L’opposition a-t-elle les moyens politiques et psychologiques pour présenter un candidat unique et sauver le pays ?"

Le Président

Soufiane Djilali

 

Auteur
Soufiane Djilali
 

Commentaires

Permalien

D'ici cinq ans il ne restera tellement rien à prédater qu'on sera obligé d'importer des prédateurs..

Permalien

Les hydrocarbures sont deja parties. Il reste les mineraux rares et chers, dont personne n'en parle - comme au Niger, le plus riche au monde en ces matieres et la plus pauvre population sur terre. Ce n'est plus les hydros qui interessent personne... Par example, l'or de la region est d'un carat qui permet toutes les micro-technologie, c.a.d. tracer des curcuits, cartes miniscules au micron et soumettre a l'activite' electrique continue d'un ou plusieurs processors, de longues dure'es sans qu'ils ne fondent. L'or normal, se dilate et cree un court-circuit. Imaginez-vous les nombres de ces choses, partout ! Une dizaine voir plus ne serait-ce que dans une voiture, toutes les cartes dans tout appareil "electro" menager . . . L'acier biensur, etc. etc. -
Ca c'est les ressources a transformer dans l'economie du future, a enttendre donc generations - la course(la leur) est alors - qui va vendre les ressources des futures generations ?

C'est boire le lait-du-sein d'un nouveau-ne', pour nourir l'ego, d'un allah-irahmou !
ou si cette allah existait vraiment, le cramer, le reanimer et encore et encore...
Cette mafia, a besoin de la sentence de leurs semblables, c.a.d. debenali, au gadafi, au ben-ladden et Saddam.

Permalien

Les médecins résidents ont montré la voie, c'est celle de l'honneur et de la dignité !
Il s'agit là de sauver le pays de ces prédateurs insatiables qui sont en train d'assécher le pays de toutes ses ressources, leurs butins sont visibles l'étranger, les transferts opérés est une précaution claire, l'écrit de Sansal est évitable pour peu que des Algériens dignes réagissent pour épargner au pays le pire des scénario. Une guerre civile qui aura pour cause la banqueroute ! Et l'intervention étrangère pour y mettre de l'ordre, on sait où ça mène ! L courage d'une réaction pacifique est préférable.

Permalien

Le djil de djilali est la solution

Permalien

Le raisonnement de Djilali ne répond pas à la question principale: comment vivrons-nous sans rente dans 5 ans? Qui est le superman qui pourra reconstruire en quelques années ce qu'ils ont mis des décennies pour détruire. Faudra-t-il acheter un autre peuple? Le nôtre est aux abonnés absents. Ils ont tout ficelé pour se tirer avant 2019 et laisser la rue gérer le pays..
Bref, il suffit de voir ce qui se passe en Libye pour comprendre. Chakib Khelil sera de retour comme Chef de gouvernement pour nous couler plus proprement , sans trop de souffrance avant de repartir jouir des millions de $ volés.
Sid Kaci croit au sursaut, lui qui a prédit en 2014 ce qui arrive aujourd'hui avec Ouyahia http://www.lematindz.net/news/14110-le-complot-de-sid-kaci-06-avril-201…
Cela ne s'invente pas: il a écrit .."quand Ouyahia, Chef de gouvernement, annoncera très bientôt que la fête est finie."
En 2016, il espère un sursaut, on ne peut que le souhaiter.

http://www.lematindz.net/news/24939-peut-on-encore-sauver-lalgerie.html

Permalien

Il est absolument necessaire, de foutre ces gens dehors !!! Par une mobilisation generale soutenue, pour des elections reellement democratiques surveille'es par une commission de l'ONU.
La raison pourquoi la situation est telle, est la corruption et le passe-droit. L'Algerie a tellement de ressources, surtout Humaines, incluant la main-d'oeuvre (couche abrutie/islamistes), qu'un coup de starter, et une reamenagement/organisation de ce pays en 4 a 5 Etats-Souverains, avec des Gouverneurs, et Assemble'es locales, qui degageraient une relle assemble'e, ou la competition prime, pour mettre fin a l'opportunisme mais surtout ou les competants gagnent. C'est comme ca que les entreprises dans toutes les industies, incluant education/formation, innovent pour survivre...Avec au prealable un nettoyage des monopolies cre'es non pas par la plusvalue, mais la corruption. L'interdiction d'exportation des ressources 1eres est indispensable.
Il est imperatif que les algeriens mettent de cote' leurs differences, dans ce cadre, car c'est le bateau qui coule, et personne ne sera epargne'.
La date du 8 Avril comme debut des mobilisation est symbolique, mais aussi donne du temps aux gens de se preparer !

Permalien

djil djadid, comme boukrouh, roule pour chakib khalil, qu fera surement un bon chef en bonne santé,
l'opposition à l'opposition est actionnée, ils cherchent à éviter des élections en leurs temps, pour placer chakib khalil par anticipation comme en 1999,
il faut aller au terme de ce mandat, et si bouteklika veut être candidat alors qu'il le soit, c'est son droit, et si chakib veut en être aussi, ce n'est pas un probléme, et tous les algériens ont ce droit,
pas d'anticipée, pas de destitution ni de démission ni de retrait de bouteflika, il faut aller aux élections de 2019, et le vote décidera, et pas les coups de 1991 et 1999,

Permalien

Le problème de l'Algérie vient de son peuple, Inculte, fainéant, ignorant, égoïste, et surtout Calculateur froid. Il n, y a pas un seul algérien capable de prendre le pouvoir et de travailler pour le pays. Sans exception aucune, n'importe qui sera élu, et je dis bien sans exception, travaillera pour son propre intérêt et celui de sa famille, l'Algérie passera après. Tout ce beau monde qui s'agite et qui décrit la corruption du pouvoir a ne plus en finir, fera exactement la même chose une fois élu. Alors SVP, arrêtez de nous empoisonner avec vos jérémiades. Le mal est dans l'éducation du peuple, car n'importe quel élu, viendra de ce peuple INCULTE et affairiste dans le sang. Kabyle, berebere, chaoui, mzabi, algerois, Hadj, Athée, soulard, imam, etc... El mkheieyr fihoum veut s'enrichir une fois au pouvoir...La solution est : Il n'y a pas de solution....Condamné a vivre comme ca tant que vous n'éduquerais pas vos enfants (la prochaine génération) sur l'amour du prochain, la peur de Dieu lorsqu'en s'apprête a faire du mal, etc...Salam Alikom

Permalien

Fallait citer tout le monde ou rien,
comme ça y a les arabes et les tlemcéniens qui ne sont pas cités entre autres et finalement y ceux qui sont capables de faire ce que les autres ne feront jamais,
on ne va pas accuser boudiaf d’être un affairiste assoiffé de pouvoir, et comme boudiaf existe y' en d'autres certainement,
sinon y a benhadj qui n'est pas (Kabyle, berebere, chaoui, mzabi, algerois, Hadj, Athée, soulard, imam, ) et qui éduque (les) enfants sur l'amour du prochain, la peur de dieu lorsqu'en s’apprête a faire du mal,
s’apprêter à faire du mal c'est quoi?

Permalien

il faut libérer les énergies;respecter les libertés individuelles;s occuper de son travail

Permalien

Franchement, ca fait maintenant presque une eternite', qu'on ne fait que ca... decrire les reperes de tous les maux ... chacun le sien. Tres peu de gens s'investissent dans l'etablissement de NOUVEAUX REPERES, non seulement qui allegent les conditions miserables dans lesquelles vivent les Algeriens, dans leurs coins respectifs, mais qui dessinent un espece ne serait-ce visible vers lequel, on peut se projeter et projeter les generations futures.
Les Algeriens ont besoin de prendre le large, c.a.d. de se definir une destination et d'y aller. C'est ainsi qu'on prend control, voir cree le temps. En termes de politique, pouvoir se comprendre, puis s'enttendre sont 2 destinations atteignables, et le "temps" qu'il faut pour atteindre ces destinations/balises, est directement proportionnel, a l'espace mental qu'on donne a nos semblables et denions a ces gens.

Permalien

La distribution des prébendes , le favoritisme et maintenant les marchés juteux et le bradage des richesses doivent rester le monopole et l'affaire d'un clan au sommet , celui que la famille ( FLN , RND , APN , Sénat , la Tripartite etc...) devra désormais défendre et porter au pinacle avant la banqueroute et le chaos qui ne pourraient avoir lieu sans EUX. On les voit bien venir avec leur chaos.

Ajouter un commentaire