Aller au contenu principal
Body

REGARD

Du pouvoir passé de la ruse au pouvoir présent de l’intelligence

L’Algérie de l’indépendance n’a pas su coudre la peau du renard avec celle du lion.

La révolution du 1er novembre 1954 a été enfantée par les massacres du 08 mai 1945, a grandi dans les maquis de l’intérieur et fût adoptée à l’âge adulte par l’armée des frontières qui en fera son étendard. En posant la violence comme solution ultime au drame de la colonisation, la révolution du 1er novembre 1954 a été amenée à faire de l’armée, la source exclusive du pouvoir en Algérie.

Forts de cette légitimité historique, les dirigeants algériens vont faire du secteur des hydrocarbures la source exclusive des revenus du pays rendant obligatoire le recours aux importations pour satisfaire les besoins du marché local notamment en biens de consommation. Le pétrole et l’armée vont former un couple inséparable où le pétrole va jouer le rôle de mère nourricière éternelle et l’armée de père protecteur invincible d’une population infantilisée Un régime politique à hégémonie militaire durable entretenu par une rente pétrolière et gazière a pris forme  C’est une tendance lourde de l’histoire de l’Algérie contemporaine. Ses racines remontent à la lutte de libération.

Pour affronter l’armée coloniale les mains nues, il fallait recourir aux trésors d’imagination, de clanisme, de solidarité, d’audace, de malice, et de fourberie enfouis dans les profondeurs de la société algérienne en partant du fait que «la ruse supplée à la force : si on n’est pas lion on se fait renard ».

L’Algérie a arraché son indépendance par l’emploi de la ruse, elle a raté son développement par manque d’intelligence. Elle n’a pas su « coudre la peau du renard avec celle du lion ». Elle ne pouvait pas le faire. Elle ne disposait ni fil ni aiguille. Les lions ayant regagné les leurs. Les lionceaux les rejoindront un peu plus tard. Les villes désertées seront envahies par les renards. Ils vont occuper le haut du pavé.

La révolution algérienne n’a pas eu le génie de  « quitter la peau du renard pour revêtir celle du lion». C’est ainsi que les vertus de la lutte de libération se sont transformées en obstacles dans la phase de construction du pays qui nécessitait de l’intelligence, une intelligence tuée dans l’œuf au cours de la lutte armée. Si durant la lutte de libération nationale, la guérilla était une stratégie destinée à libérer le pays de l’occupation coloniale, une fois l’objectif atteint, les mêmes moyens politiques et militaires serviront à encadrer population et à organiser le territoire, en vue de s’emparer et de conserver le pouvoir.

Quels sont ces moyens ? Nous en citons quelques-uns : l’obéissance aveugle aux ordres, la loyauté inconditionnelle à l’égard des chefs, la prise de décision dans la clandestinité, le camouflage pour se fondre dans l’environnement, l’organisation des embuscades pour surprendre l’ennemi.

Passons-les sommairement en revue : la loyauté envers le chef est un principe cardinal de la révolution.« celui qui n’est pas avec moi et contre moi ». Au maquis, il fallait s’entourer d’hommes  de confiance, pour éviter la traîtrise. Une fois la paix retrouvée, les gestionnaires devaient s’entourer de gens compétents pour mener à bien la construction du pays. La confiance ne devant pas être une priorité de l’heure. Ce qui n’a pas été le cas « Tout clou qui dépasse, interpelle le marteau ». C’est ainsi que les compétences seront neutralisées et les professionnels poussés à l’exil.

Quant à l’embuscade, c’est une tactique familière de guérilla. Hier, affronter l’armée française en raz campagne aurait été un suicide. Aujourd’hui, agir en terrain découvert serait perdre le pouvoir. Une troisième méthode héritée de la lutte de libération, c’est la technique du camouflage. Lorsque le combat prend de la hauteur (l’aviation), se dérober aux regards adverses devient une question de vie ou de mort. Aujourd’hui, il faut se mettre à l’abri du regard des nouvelles technologies de communication.

Un obstacle inattendu, comment devenir invisible dans une ère de plus en plus en plus visuelle ? Une autre règle de la révolution algérienne c’est de garder le silence et de veiller au secret. La loi du silence instaurée par le MALG, reconduite par la SM et poursuivie par le DRS s’est imposée à la façade civile de la gestion économique et financière du régime militaire en place. C’est la clandestinité du pouvoir. Il est formé dans l’intrigue et la conspiration pour renverser l’ordre colonial. Il n’apparaît pas au grand jour. La lumière l’effraie. L’ombre le rassure. Il veille la nuit et se repose le jour. Il est tenu d’avancer « masqué ». Pour cacher sa véritable nature au regard de l’étranger, il se camoufle derrière une façade civile.

A l’intérieur des administrations et des entreprises, toute personne jugée  compétente sera vite neutralisée ou poussée vers l’exil. Par contre ceux qui se soumettront au donneur d’ordres, le plus souvent de manière anonyme par téléphone, vont bénéficier des privilèges et des avantages. Une politique qui n’incite guère à briller mais à s’effacer. Il n’est pas nécessaire de travailler, il suffit d’obéir. Si par inadvertance vous contestez l’ordre établi, la carotte vous est aussitôt retirée, et vous devenez plus rien au regard de la société. Vous ne faites plus partie de la tribu mais de la plèbe (el ghachi). Votre carnet d’adresses est obsolète et le téléphone ne sonne plus.

Par contre si vous faîtes preuve de promptitude, de docilité et de servitude, vous aurez droit à une autre carotte. Il est admis que l’armée a régenté l’économie et la société. Même si elle n'agit pas au grand jour, l’armée demeure toujours au centre du pouvoir. Le développement du pays par la rente pétrolière et gazière dans le cadre d’un secteur public prépondérant est une volonté de l’armée. La propriété publique offre un terreau fertile à l’ingérence du politique dans l’économie et à l’intrusion du militaire dans le champ politique.

La violence est un héritage du passé, la corruption un produit du présent. Les deux réunies préludent d’un avenir sombre. Avec les années qui passent, la dilapidation des ressources rares, l’usure des hommes de pouvoir, l’obstination à se maintenir en poste malgré l’âge avancé, l’impatience de la jeunesse à se prendre en charge, le poids colossal des problèmes accumulés, le bâton a perdu de sa rigidité, de sa droiture et la carotte de son attrait, de sa saveur. L’argent facile ne fascine plus et l’emploi du bâton est inopérant.

On se trouve en présence d’un pays tiraillé par une génération de nationalistes portée aux commandes par une guerre de libération en phase finale d’extinction et les exigences d’une jeunesse délaissée avide de progrès économique et de libertés démocratiques. En opposant son caractère pacifique aux forces de répression, la révolution du 22 février 2018 a unifié la nation minée par des germes de divisions semées tout au long de sa longue histoire en vue de l’installer durablement et confortablement sur le trône qui lui revient de droit en, forçant le passage de la légitimité historique vers la légitimité populaire. Le monde entier est pris comme témoin

Dr. A. B.

PS : La France coloniale s’est rendue compte vers la fin des années 50 qu’elle ne pouvait pas venir à bout de la rébellion algérienne avec les méthodes classiques héritées des deux guerres mondiales. Elle s’est servie de la ruse des Algériens pour les retourner les uns contre les autres. Pourquoi ne pas faire appel à  l’intelligence des uns et des autres pour débattre en toute objectivité de nos problèmes et chercher des voies et des moyens d’en sortir en faisant appel à notre raison et non à nos émotions ou nos ressentiments.

Auteur
Dr Abdelkader Boumezrag
 

Ajouter un commentaire