Aller au contenu principal
Body

Lettre de Médéa

In dubeo pro reo : le doute profite à l’accusé !

"L'agneau n'alléguait rien pour sa juste défense, qui ne mit le loup dans son tort mais il ne savait pas qu'opprimer l'innocence, c'est le droit du méchant, quand il est le plus fort". Citation de Ésope dans "L'aigle et la corneille" VIe s. av. J.-C.

Curieusement et au lendemain de leurs mises à la retraite et leur limogeage, cinq puissants généraux-majors de l’Anp se sont vus traînés au temple de l’incongru pour y être sacrifiés sur l’autel de l’intrigue, de la compromission et de l’incompréhension. Ils ne sont pas encore condamnés mais c’est tout comme.

Jetés en pâture dans la fosse aux lions, sans considération aucune, de la présomption d’innocence, la télé-vorace Ennahar, l’arme médiatique du clan Bouteflika s’attelle, encore un fois à jeter l’opprobre avec pertes et fracas sur des personnalités militaires,  et leurs progénitures. Des canards boiteux, plutôt des feuilles de choux , aux financements ANEP plus que douteux, lui empruntent le pas et s’en donnent à cœur de joie dans leurs Unes : Des généraux mis en examen judiciaire,  les passeports des généraux et de leurs fils confisqués, perquisitions, gel des avoirs et tutti quanti… Pointant un doigt accusateur, nous suggérant, la mainmise des militaires , et par ricochet de leur institution sur les déboires et tous les maux que traversent notre pays.

Notre propos n’est pas de défendre ces accusés, mais celui de sauvegarder l’innocence présumée à l’arbitraire, c’est-à-dire laisser la justice et nos juges travailler sereinement, consciemment et sans interventions, l’exécution sommaire du colonel Chaabani nous rappelle un triste épisode de la justice aux ordres.

Mais qu’en est-il des criminels en col blanc ? Ils sont ministres, sénateurs, députés, walis et syndicalistes, des serviteurs d’état, leurs état, des civils cités dans moult affaires de détournements d’argent, de rapine et de corruption, drapés d’un voile de sainteté, continuent à vaquer à leurs occupations avec une  bénédiction présidentielle toute relative. L’injustice et l’impunité dans toute leurs splendeurs…

 

La laconique emphase :« Conformément aux orientations et du programme de Fakhamatouhou, la lutte contre la corruption et les richesses mal acquises bat son plein… » Une pratique généralisée et démocratisée sous sa supervision, un crédo que ces mêmes quidams convertis en bateleurs de foire, cinquième mandat pour les acquis et privilèges oblige, s’égosillent  à nous faire vendre à quelques mois des élections présidentielles, cache en définitive des desseins inavoués d’une énième supercherie et d’une énième blague pour amadouer un peuple meurtri et exsangue.

Demain sans surprise aucune, devant l’APN et un sénat totalement béni oui oui, une révision de la constitution s’imposera par l’adoption des postes de vice-président et ministre de La Défense nationale, histoire de se prémunir d’une disparition brutale de notre quinquagénaire président.

La doublure s’efforcera de prêter allégeance aux décideurs de l’ombre, à  l’oligarchie entrée en effraction dans les arcanes du pouvoir non sans faire la nique avec un sourire obséquieux à un peuple ignare de ses droits et de ses devoirs.

Ainsi va l'Algérie !!!

Auteur
Brahim Ferhat