Aller au contenu principal
Body

REGARD

Femme kabyle : de quoi est-il question ?

La femme kabyle, "Thigajdhith" comme se plaisait à la définir le grand chanteur Slimane Azem, est au centre de la préoccupation sociale ce qu’un pilier est à la sécurité structurale d’un édifice, faisant répartir la force du poids sur l’ensemble de l’ossature, l’empêchant ainsi de s’effondrer.

Elle jouissait d’une grande estime emprunte de respect et de considération, même si en apparence, elle apparaissait contrainte à jouer le rôle du mouton noir, une posture qui ne lui sied point naturellement, pour l’avoir héritée par suite de la colonisation française qui a entièrement destruit l’organisation sociale du pays et plus particulièrement celle du village kabyle.

Elle savait tenir adroitement mais dans l’anonymat le rôle de conseillère par conjoint interposé de laquelle émane toutes les décisions importantes de Tadjemaath, un centre névralgique du village.  

Le courage et la bravoure ayant caractérisé la femme kabyle dans sa manière de s’élever contre la colonisation et durant l’occupation française suscite beaucoup d’admiration même si l’histoire a tendance à occulter l’apport inestimable au combat de nos héroïnes telles que Fathma N’Soumer et les autres moudjahidates de la guerre de Libération nationale, ce qui  confirme on ne peut plus claire, cette notoriété que l’on continue de nos jours à lui faire admettre.

De cette magnifique image, noyée dans un décor flamboyant aux couleurs du terroir, s’invite ce regard inquisiteur autour de ce qui semblerait être l’objet d’une grande importance permettant ainsi de rassembler autant de femmes à prêter l’oreille mais aussi à en débattre avec un intérêt assidu des nouvelles de l’heure.

Je vous le disais avec nuance que de cette rencontre dont on ne peut dire qu’elle est régulièrement tenue se tramait cette volonté de  s’octroyer un droit de cité dans la gestion de la chose publique du moins au sein d’un certain nombre de villages de la Kabylie pour commencer.

C’est ainsi que nous apprenons avec beaucoup de satisfaction que la majorité des membres composant tajmaat du village Ait Aziz relevant de la région d’Iloula Oumalou dans la Wilaya de Tizi-Ouzou est représentée par des femmes de ce village et auxquelles nous souhaitons plein de succès dans leur mission.

Ces braves citoyennes viennent de donner le holà et démontrer une fois de plus de l’élévation du niveau de conscience populaire et l’esprit de tolérance privilégiant la compétence et le dévouement qui caractérisent la région de la Kabylie.

Vivement la prise en main par la femme de toutes les institutions du pays en évinçant l’homme de son piédestal et le reléguer dans le rôle qui est le sien, celui de subalterne, pour avoir failli à sa mission de nous mener à bon port.

Auteur
Rezki Djerroudi