Aller au contenu principal
Body

REGARD

France, le bourbier sanitaire

“L’ennui dans ce monde, c’est que les idiots sont sûrs d’eux et les gens sensés pleins de doutes.” Bertrand Russell

Emmanuel Macron a tenu à parler aux Français les yeux dans les yeux. Pour la huitième fois depuis le début de la crise sanitaire. On aimerait que cela soit la dernière fois avant le retour définitif à une vie normale. Le président de la République française a donc pris une procession de mesures qui sont aussi controversées que celles qu’il a prises, par le passé, et qui concernaient le confinement et le couvre-feu.

Pour le moment, le chef de l’Etat français n’impose pas la vaccination pour tous les citoyens. Ne pas se faire vacciner ne veut pas dire subir une quelconque sanction. L’absence de vaccination empêche pourtant de s’engager dans des activités où le risque de la propagation de l’épidémie est accru.

Pour autant, les décisions prises par Emmanuel Macron ont été draconiennes : l’intimidation de ceux qui refuseraient de se faire vacciner, la menace de lourdes amendes concernant les responsables des lieux où le pass sanitaire va être obligatoire, le risque de prison pour ceux qui ne respecteraient pas l’isolement en cas de contamination avérée, les sanctions des soignants récalcitrants, jadis applaudis aux fenêtres, dans la presse et sur les réseaux sociaux.

Draconiennes certes mais pas aussi radicales que celles d’un certain nombre de fanatiques qui prennent pour prétexte la vaccination généralisée pour évoquer pêle-mêle la Corée du Nord, l’apartheid, le sort fait aux juifs pendant la Seconde guerre mondiale, la mise en avant d’une étoile jaune avec les mentions « non vacciné » ou « sans vaccin ».

Comment ces songe-creux aveuglés, qui se prennent pour des résistants (De Gaulle et Che Guevara ont été convoqués à leur chevet), en appellent-ils à une histoire falsifiée pour insulter les millions de déportés juifs qui ont subi la pire des souffrances ? Pourquoi ces tarés éprouvent-ils le besoin d’insulter la mémoire des victimes des nazis avec leur bêtise crade et insondable ? Ces abrutis et leur déficience aveugle de l’histoire ont abordé des abysses rarement atteints.

En dehors de ces débordements honteux, il est à noter le manque de réponse à certaines questions : comment les gérants d’établissements recevant le public doivent-ils s’y prendre pour examiner l’existence ou non du pass sanitaire ? Comment se fait-il que l’obligation vaccinale soit imposée aux pompiers et non aux militaires ou aux policiers ?

Il est également important de pointer du doigt le tour de passe-passe d’Emmanuel Macron qui est passé, dans son discours, des mesures à prendre face au péril du Covid-19 aux prémices de la campagne présidentielle qu’il a lancée pour 2022 en parlant d’ores et déjà de la future réforme des retraites.

En espérant que ces contraintes, qui ne sont pas les meilleurs des remèdes, permettront au moins d’en finir définitivement avec la pandémie. Sinon les conséquences seront désagréables non seulement pour le pouvoir mais pour l’ensemble de la population.
 

Auteur
Kamel Bencheikh, écrivain