Aller au contenu principal
Body

CHANSON

Hamid Senhadj, un chanteur d’exception

Né en mai 1960 au village d’Ait Larbaa  dans la commune d’ At Yanni, Hamid  fut attiré Très jeune par le monde artistique et particulièrement celui de la chanson.

  Initié par ses oncles  qui jouaient de la guitare, c est à travers eux qu’il découvrit Chikh El Hasnaoui  Ahcene Mezani et Slimane Azem qui lui tracèrent sa vocation. 

Avec  Kaci Hatem,  un autre artiste du village,   membre du fameux groupe Igoudar , il se mit d’emblée aux  accords  avec les chansons du célèbre Idir.

Groupe moderne ImeYnassen

Il était connu sous son nom d’artiste  “ Hamid  ImeYnassen  “   ( Imeghnasen,   pluriel de AmeYnas qui signifie   militant  en berbère ). Ce nom fut donné par  Arezki Graine  au  groupe de chanteurs formé de  Sadat Hocine,  Semmar Youcef,  Ourrad Lala,  Nadri Ammar, Hamid Senhadj et du parolier Nacer Ouksel.   Un premier disque fut enregistré chez Mahboubati à Alger, malheureusement,  il ne fut pas distribué. La bande  fut égarée  et  perdue.  Le groupe resta  tout de même  très  actif de 1981 à 1986.  S’inscrivant  dans la mouvance du MCB dont il portait honorablement le combat auprès des étudiants, il anima de nombreuses soirées dans diverses cités universitaires du pays,  notamment à Hasnaoua ,  Oued Aissi,  Boumerdes,  Ben Aknoun, El Alia...  

Ce groupe dont les sonorités musicales étaient originales bien que s’inspirant du terroir populaire a souvent partagé   l’affiche  avec  ImaziYen Imula , Matoub Lounes, Lounis Ait Menguellet , Ali Ideflawen , Malika Domrane et tant d autres célébrités de la chanson engagée. Il donnait aussi de nombreux concerts avec succès dans différentes contrées à l’intérieur du pays durant une longue période :  At Yanni,  Michelet, Ouadhias, Bouzguène, Oran,  Mostaganem, Batna, Annaba, Ghardaia…  Le groupe ImeYnassen  fut le premier  à chanter le tube  phare de la revendication identitaire et de la lutte contre la répression  “Berouaguia“,  un texte de MOHIA  dont la musique  était composée par Arezki Graïne  dit  Zati.

  Hélas, après  tant  d’années à engranger des succès incontestables,  le groupe se sépare  en 1987, mais  Hamid   égal a lui-même, ne lâche rien.  Artiste né contre vents et marées  reprend ses activités artistiques  avec une nouvelle équipe de jeunes musiciens : Djamel  Sennane, Sayad Vzza, Mourad Selloum et Sekher Noureddine. L’aventure continue de plus belle. 

Hamid et le monde artistique 

Au village  en 1984,   lors d’une fête d’un voisin,  il fit la connaissance de Cherif Hamani avec qui il fit un passage sur scène  accompagné par Tahia.  Depuis, ils  se produisèrent  ensemble en diverses occasions.  Ses rencontres avec Lounès Matoub étaient fréquentes à  Taourirt Moussa et en France.  Un jour, dans un café du  18e  arrondissement de Paris, il  était avec des amis dont Meziane Ourrad. Ce dernier l’invita à chanter devant Lounes Matoub. Un peu intimidé, il s’exécuta devant le maître  émerveillé qui le félicita chaleureusement. C est en France aussi qu’il rencontra Idir et Brahim  Izri  dont il partagea  maintes fois la scène.   Subjugué par son talon, Idir s’engagea à l’aider pour enregistrer son premier  CD.

Toujours  en France Hamid anima pas mal de  soirées particulièrement à Marseille,  et c’est là qu’il  rencontra  un groupe amazigh des Îles Canaries, lequel par deux fois  l’avait convié  dans son pays  où il  eut le privilège  de partager une soirée avec le grand chanteur engagé  espagnol Paco Ibanez. Il eut l’honneur de la presse espagnole qui lui consacra des articles élogieux  et des interviews sous le nom de Hamid Imeghnassen.   

 Son premier album est sorti en 2018, il porte le titre évocateur "Zemem Qemem". 
 

Auteur
Sami Cherat