Aller au contenu principal
Body

Ancien cadre du parti 

Hassen Ferli : "Les militants sont conscients de la situation du FFS"

Hassen Ferli, l’un des plus anciens du FFS et ancien militant actif dans l’Algérois a été exclu du parti comme bon nombre d'anciens cadres. Il a adhéré au FFS en 1989. Il a été chargé en 1990 du Collectif des étudiants F.F.S à l’Université de Blida installé par le défunt Seddik Debaili, et a fait partie des exécutifs de la Fédération de Blida.

Il a participé à plusieurs congrès et conventions du FFS depuis 1990. Hassen, même très jeune, a été Directeur de campagne du candidat Hocine Ait Ahmed au niveau de la wilaya de Blida lors des présidentielles de 1999. Il a été nommé en 2014 comme Secrétaire National chargé de l’économie et en janvier 2017 comme Secrétaire National chargé du Pôle communication. Il jouit d’un grand respect et crédibilité politique. Optimiste, il ne perd pas espoir de voir son parti « sauvé par les militants de base ».

Le Matin d’Algérie : On a assisté à une série de radiations des cadres, élus et militants du FFS ces derniers mois. Pourquoi de telles mesures radicales de la part de la nouvelle direction nationale ?

Hassen Ferli : Il faut dire que c’est une véritable purge qui s’opère depuis quelques mois, la Direction issue du congrès extraordinaire d’avril dernier, malgré le fait qu’elle ait été élue par moins de 20% des congressistes de 2013, ne veut plus d’aucune voix discordante et pour cela elle n'y va pas de main morte. L’exclusion de Mme Salima Ghezali, très proche conseillère de Hocine Ait Ahmed, pour une contribution écrite rappelant au vice-ministre de la Défense et Chef d’Etat-major, les principes de la Soummam et la vision tout en somme partagée par le FFS sur le rapport du politique au militaire a été le prélude à une série d’exclusions.

La violence des propos et le ton menaçant des dirigeants du parti au lendemain de du 20 avril laissait déjà entrevoir ce qui arrive aujourd’hui. Le FFS dans sa nouvelle version applique la règle « un militant se doit de se la fermer ou d’être exclu ». L’exclusion des camarades dont l’engagement, la probité et la fidélité aux idéaux du FFS ne peut être interprétée que comme un désaveu de tout ce qui a été fait et construit au FFS au cours de son existence autour de Hocine Ait Ahmed jusqu’au congrès de 2013 et de son Instance Présidentielle issue du même congrès et dont, il faut le rappeler, les 2/3 composent celle issue du congrès de 2018. Quant aux motifs de l’exclusion de chacun, l’ubuesque le dispute au grotesque.

Le Matin d’Algérie : L'ancienne direction aussi est accusée d'avoir écarté abusivement certains cadres, comme Rachid Halet par exemple....

Hassen Ferli : Le cas du camarade Rachid Halet mérite quelques éclaircissements. D’abord il faut dire que des 3 membres de l’IP qui ont « cité à comparaître » le Dr Halet, deux sont encore membre de la nouvelle Direction, donc ils en sont responsables. En plus, sans rentrer dans le fond des motifs de son exclusion, le refus de se présenter devant la commission de médiation a été pour beaucoup dans son exclusion. Pour ce qui est de la commission en elle-même, elle s’est réunie pendant plusieurs jours, a débattu sérieusement, a même convoqué les membres de l’IP pour les auditionner. Cela n’a absolument rien à voir avec la nouvelle commission supposée être de médiation et de règlement des conflits complètement soumise à une Direction qui lui dicte ses décisions avant même la tenue de ce qu’on peut appeler des « procès expéditifs » malgré la présence des mis en cause et les explications fournies.

Sinon, pour avoir été membre du Secrétariat National, l’ordre du jour de nos réunions et débats portait sur des questions politiques et organiques, jamais sur les « têtes qu’il fallait couper » comme c’est le cas aujourd’hui.

 Le Matin d’Algérie : Les militants de base du FFS sont-ils conscients de la situation de leur parti?

Hassen Ferli : Les militants de base sont très conscients de la situation dans laquelle se trouve leur parti, eux ils pensent à une chose : préserver cet outil du combat démocratique qu’est le FFS. Les moyens de le faire, ils se les inventent tous les jours à travers les débats qu’ont les militants entre eux.

Les réseaux sociaux qui deviennent le cauchemar de cette nouvelle Direction sont très utiles et abolissent toutes les contingences liées au temps et à l’espace. La base militante, les élus du FFS ont su démonter calmement aux actuels chefs du parti leur désaccord avec ce qui se passe aujourd’hui au sein du parti, les dernières primaires des sénatoriales, à titre d’exemple, ont été le grand désaveu des élus mais aussi militants en éliminant tous les candidats parrainés par la Direction.

Les militants du FFS bien qu’ils soient disciplinés savent très bien situer les enjeux et savent aussi qu’ils ne sont pas au FFS pour avoir peur ni pour se soumettre à la loi de ces nouveaux petits caïds. Mais ce qui inquiète les militants c’est cette aphonie politique du FFS. De force politique de proposition, d’un parti d’initiatives nous sommes en passe de devenir un parti normal pour ne pas dire normalisé qui attends de savoir ce qu’il devrait dire et penser. Je considère cela comme la plus grande insulte à tout le combat qu’a mené le FFS, qu’a mené Hocine Ait Ahmed, qu’ont menés des générations de militants avec bravoure et fidélité.

Le Matin d’Algérie : Etes-vous de ceux qui pensent que la radiation de Salima Ghezali est un message de "la grande muette" à une éventuelle candidature de Mouloud Hamrouche aux prochaines présidentielles ?

Hassen Ferli : Il faut être dans le secret des dieux pour savoir déjà ce que pense réellement la grande muette, mais ce que je peux dire c’est qu’il faut s’en tenir aux faits. Salima Ghezali a été officiellement exclue pour sa réponse au général-major Gaïd Salah. La nouvelle direction du FFS l’a-t-elle fait sur injonction et/ou pour plaire à certains, on peut être porté à le penser, à le croire. L’avenir nous le dira.

Salima Ghezali dont la proximité avec Hocine Ait Ahmed n’est plus à démontrer a payé aussi pour cela, c’est une véritable entreprise de se délester de l’héritage politique de Hocine Ait Ahmed qui est en œuvre et qui se caractérise par l’exclusion de ses plus proches et rompre avec sa famille. La véritable question qu’on devrait se poser : quelle sera la place du FFS dans l’échiquier politique à l’avenir.

Entre l’aveugle ambition des uns et la volonté des autres d’en finir avec un combat initié 55 ans plus tôt, ils font prendre au parti le risque de rejoindre la longue liste des organisations politiques qui n’ont pas survécu à leurs fondateurs. Je pense que l’intelligence, la fidélité et le sens de l’honneur feront que cela n’arrive jamais et que la base se réapproprie réellement son FFS, le FFS de Hocine Ait Ahmed.

Auteur
Abdenour Igoudjil
 

Commentaires

Permalien

Rien di tout! Le FFS est devenu un strapontin du pouvoir. Il a ete infiltre et detruit de l'interieur.

Ajouter un commentaire