Aller au contenu principal
Body

CONFERENCE chez l'ACB

Histoire des Berbères : les Kabyles sous l'empire ottoman

Conférence à l’Association de culture berbère mercredi 17 octobre 2018 à 19h

Dans le cadre de la série de conférence « L’Histoire des berbères »

Conférence avec Omar Hamourit : Les Kabyles sous l'Empire Ottoman

Le sujet de la présente conférence portera sur l’arrivée des ottomans en Afrique du Nord. Nous avons parlé, dans les précédentes conférences, de berbères confrontés aux divers peuples venus les conquérir.  Cette fois-ci, nous parlerons des Kabyles parce qu’ils étaient les seuls berbères, au 16eme siècle, à avoir été confrontés aux ottomans. Car, ces derniers ne se sont pas installés au Maroc. Et en Tunisie, les berbères s’étaient presque totalement dissous dans l’arabité …

La conférence commencera par la prise de Béjaia (Vgayeth, Bougie), en 1510, par les espagnols. Deux hommes issus de la Kabylie, vont émerger pour construire deux royaumes, afin de faire face aux espagnols qui menaçaient les rives sud de la méditerranée, depuis la Reconquista. 

Le premier, c’est Ahmed Ait Kadi, descendant des Ait Ghoubri, à Aourir ath Menguellet (Ain el Hammam  ou Michelet), où il bâtit la dynastie des Koukou.  Le deuxième, dans les Bibans, Abdelaziz Nait Abbas, qui fonda la dynastie des Ait Abbas qui se transforma en dynastie des Mokrani.

Ces deux royaumes vont s’allier,  dans un premier temps, aux ottomans, les frères Barberousse (Aruj et Kheirdine), avant  de s’opposer à eux farouchement. Ahmed Ait Kadi a même occupé Alger, en battant sévèrement les troupes ottomanes sur les plaines de l’oued Isser.  Les deux royaumes sans être des grands ennemis, ont très peu coordonné leurs actions, pour former une force susceptible de prendre totalement leur autonomie et constituer un Etat durable.

Ces deux royaumes ont duré presque deux siècles et soixante-dix ans. Le dernier sultan fut Cheikh Mohand Mokrani qui s’est soulevé contre l’armée française. 

Animée par Belaïd Addi

Omar Hamourit a étudié la philosophie à la Sorbonne Paris 1. A, rédigé une thèse universitaire sur l’histoire et l’épistémologie des sciences ainsi que plusieurs articles et conférences sur l’impact de la science sur la culture.

Passionné de l’antiquité, de l’histoire en général et de la culture du Moyen-Age et plus particulièrement ceux du Maghreb. Il a écrit plusieurs articles sur le processus d’islamisation de l’Afrique du Nord.