Aller au contenu principal
Body

Muhand-Ouramdhane Khacer, ancien membre de l'Académie berbère (II)

"Il y a urgence de donner un véritable statut officiel pour l’amazigh"

Muhand Ouramdhane Khacer est l’un des plus anciens militants de la cause amazighe. Son exil forcé n’a altéré en rien sa volonté de continuer son combat. Un combat entamé au lendemain de l’indépendance algérienne. Figure emblématique au sein de la fameuse Académie berbère, Muhand Oramdhane prône toujours l’unité des peuples amazighs en Afrique du nord et défend, bec et ongles le choix des caractères tifinagh pour la transcription de la langue de Massinissa. (Deuxième partie)

Le Matin d’Algérie : En tant qu’un des membres fondateurs de l’Académie berbère en France, que vous inspire la création officielle d’une académie en Algérie ?

Muhand Ouramdhane Khacer : Concernant la création de l’Académie Amazighe à Alger, nous l’attendions depuis l’indépendance de notre pays. Il est important de la prémunir des joutes politiques. Celle-ci ne doit pas être une chambre de résonance des courants politiques du pays. Comme toutes les académies de langue, la future institution doit être neutre. Sa mission doit être clairement définie par des statuts : Sa fonction principale est d’œuvrer à la normalisation et au perfectionnement la langue amazighe. Elle aura aussi pour objectif de travailler à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre capable de traiter les arts et les sciences. Cette mission doit se traduire par la rédaction d’ouvrages didactiques et pédagogiques. Un dictionnaire général de la langue amazighe sera réalisé par cette Académie. Si aujourd’hui le monde amazigh peut s’accommoder de ses variantes régionales, la tendance maintenant est à l’unification de la langue pour la réalisation d’un standard amazigh moyen qui soit compréhensible par tous les Algériens et par tous les Amazighiens (Nord-Africains) qui l’adopteront dans le cadre d’une future Union Amazighienne que j’appelle de mes vœux. Pour le couronnement de ses objectifs, cette future institution académique possède déjà plusieurs atouts.

1er) Tajerrumt, la grammaire amazighe éditée en 1976, restera le fondement essentiel de la langue amazighe. Sa sortie a permis son développement et a encouragé de nombreux jeunes à des créations d’œuvres littéraires ouvrant la langue et la culture amazighes à l’universalité. Dda L’Mouloud demeurera le symbole de l’éternité amazighe et celui de l’Homme Libre. Son nom restera à jamais ancré dans la mémoire de son peuple et traversera les générations... Aujourd’hui on commence à dire Tamâamrit la langue de Dda Lmouloud pour la langue amazighe comme on dit la langue de Molière pour le français, de Shakespeare pour l’anglais. L’occasion est plus ce que jamais donnée à l’État algérien de lui rendre un vibrant hommage en baptisant cette Académie du nom du guide. L’Académie Amazighe Dda L’Mouloud At Mâamer.

2°) L’alphabet Tifinagh. La langue amazighe possède son propre système d’écriture, elle n’a pas besoin de transcription. (cf. Mon Plaidoyer pour l’usage du Tifinagh publié en octobre 1995 à Rabat dans l'hebdo "Tidmi" n° 38 par M. Mahdjoubi Ahardan ancien ministre). Contrairement à une calomnie et à une désinformation lancées par l’un des animateurs de l’Académie Berbère, Dda Lmouloud, ce grand visionnaire est en faveur du choix du Tifinagh. Voici ce qu’il a écrit dans la préface du Manuel de grammaire berbère (kabyle) de Hamid Hamouma Association de culture berbère, 1987. 179 pages. « Le débat, intervenu quelquefois, sur le système à adopter me semble personnellement ou de pure forme ou d’opportunité. Le principe est une question de simple bon sens : le berbère doit s’écrire en berbère, c’est à dire en Tifinagh aménagée. A l’heure actuelle par nécessité purement pratique, on utilise l’une des trois graphies selon les lieux, les groupes, voire les individus». Lors de ma conférence en direct de BRTV portant sur «l’apport de l’émigration au combat identitaire»le dimanche 26 janvier 2014 du colloque portant sur l’apport de l’Académie Berbère, notre ami Ramdane Achab a confirmé mon témoignage.

Je souligne que contrairement aux affabulations de certains militants, l'appellation Tamâamrit s'applique à la grammaire publiée en 1976 et non pas à la transcription API (alphabet phonétique international) qu’il a codifiée. Cette Académie Amazighe doit réunir des sages qui sont éloignés des tumultes de la vie politique du pays. Elle doit inclure également des personnalités marquantes de la vie littéraire (grammairiens, écrivains, poètes, romanciers, hommes de théâtre...), des historiens, des hommes de science, des philosophes, des anciens militants. Sa composition doit être le reflet de l’ensemble des régions du pays. Sa gestion doit être assurée par des personnalités neutres.

Il ne m’appartient pas de proposer des noms, mais ma pensée va aux intelectuels militants intègres que j’ai rencontrés des hommes et des femmes comme Remdan At Mensur (M. Ouahès), Tassadit Yacine, Achab Remdane, Malika Hachid, Hachi Slimane, Ali Sayad, Idres Abdelhafid, Madi Rabah... Que ceux ou celles que j’ai oubliés de citer me pardonnent.

Le Matin d'Algérie : Une fois cette académie est mise sur pied, quels sont les mécanismes nécessaires pour l’usage de Tamazight dans l’administration, la justice...?

Mohand Ouramdhane Khacer : Aujourd’hui, l’urgence est de donner un véritable statut officiel pour l’amazigh sur tout le territoire national en commençant immédiatement, sans attendre par son admission dans la monnaie, la carte d’identité et le passeport. En attendant la réalisation d’un amazigh moyen, l’amazigh dans ses variantes, doit progressivement devenir la règle partout dans toutes les administrations y compris la justice. Permettre à une grande partie de notre peuple, de s’exprimer dans sa langue maternelle devant un juge et les administrations de son pays. L’amazigh doit être intégré officiellement dans toutes les universités, écoles, collèges et lycées. De par son statut officiel, son enseignement doit être obligatoire et dispensé à tous les enfants d’Algérie. C’est une question de justice et de bon sens. Pour ce faire, une grande campagne d’information doit être ordonnée par l’État à travers tout le territoire national pour accompagner cette officialité. L’État doit utiliser tous les canaux de la presse écrite et audiovisuelle. Il faudrait que l’État algérien cesse de jouer une bonne fois pour toutes avec les valeurs amazighes et le concept d’amazighitude car dans la nouvelle constitution, l’arabe est seule langue d’État. Le pouvoir a donc relégué l'amazigh, l’une des plus belles langues du pourtour méditerranéen et de l’Afrique, au statut de langue sous-officielle car toutes les langues officielles dans le monde sont des langues d’État sauf chez nous en Algérie. Quand bien même, il est écrit que l'amazigh est également langue nationale et officielle. Je dénonce ce détournement du statut de langue officielle pour l’amazigh. C’est une véritable trahison, une forfaiture et une imposture de plus. Les langues comme les hommes sont égales en droit, d'autant plus que la langue amazighe constitue le patrimoine commun. Elle a été la première langue naturelle de tous les Algériens pendant une très grande période de l’histoire de l'Algérie. Elle est à l’origine des premiers balbutiements de l’humanité amazighienne-nord-africaine de cette grande région d’Afrique septentrionale. Langue de résistance par excellence, elle est aujourd’hui la langue maternelle ou naturelle de près de 40 millions de personnes dans l’Espace amazighien qui va d’Est en Ouest de Siwa en Égypte jusqu’aux Îles Canaries et du Nord de l’Algérie jusqu’au Sud du Niger à Hombori. (A suivre)

Auteur
Abdenour Igoudjil
 

Commentaires

Permalien

Indirectement vous contribuez à faire disparaître cette langue avec vos demandes radicules est insensées. Si je vous pose la question autrement, plus facile à comprendre: quelqu’un vous enlève votre mère, et on la substitue avec une autre femme que vous connaissez pas! Est ce que vous allez sauver votre mère ou bien vous allez faire une demande pour des visites ou de la garder en vie?
On ne demande pas de statut pour son identité sa culture, sa langue, son origine, son nom et son pays. On se libère de ce colonialisme et nous bâtissons notre pays avec nos valeurs notre culture notre langue et notre identité. Sans demander d’autorisation à personne.
Pourquoi à toutes les fois il faut expliquer argumenter de nouveau et demander comment quand pourquoi? Un language stérile!
Est ce qu’un Français demande une autorisation pour enseigner le français à l’ecole? Est ce qu’un italien, un Allemand, un Saoudien, un Japonais, ... doit demander des fonds à un autre peuple pour parler développer sa langue, sa culture, sa musique,....?
Et pourquoi le Kabyle doit se mettre à genoux pour avoir un ct à chaque fois qu’on a besoin d’imprimente, du papier, une affiche, un film, une chanson,...
Votre témoignage est très choquant Monsieur Mohand Ouramdhane, d’ailleurs je garde une copie de ce que vous allez encore publier.
Mais il est temps de se libérer de ce nouveau colonialisme. Après tout nous sommes chez nous , nous ne sommes pas des mendiants ou des envahisseurs chez les autres, nous méritons d’être un peuple dans ce monde comme même.

Permalien

La langue Kabyle s'ecrit en characteres latin. J'ai plein de livres dans ma Biblo deja ecit en Kabyle (latinise) et les Kabyles ne vont pas accepter que des Berberistes ou Amazighistes d'une autre epoque leur imposent les characteres Tifinagh. C'est trop tard pour ce mode de transcription qui d'ailleurs n'as pas fait ses preuves au Maroc!

Permalien

Tifinagh ou latin c'est pas le problème. Cessons de nous crèer des problèmes qui n'existent pas.
Il s'agit de savoir combien de nos enfants allons laisser encore tmitrailler par ces sanguinaires bédouins buveurs de pipi de chamelle et combien de temps, allons nous attendre encore, avant que ces bougnoules zombies nous concèdent le droit d'exister en tant que nous mêmes et chez nous.

Dieu a crée les kabyles et leur a donné la terre de kabylie pour y vivre en êtres humains dignes et heureux de vivre mais ces gens utilisent la force que leur a donnée la France et l'Egypte bien avant 1962 ,pour nous abaisser comme sous citoyens et sous hommes ,et nous traitent de harkis de juifs de kufar et j 'en passe.Ils veulent nous faire disparaitre de la face du globle comme ils ont voulu ou pretendu faire avec Israel. Qu' ils reflechissent bien a leurs actions et qu ils se rapellent de la tanée que leur a donnée Moshe Dayan en 1967. Ils devraient faire attention, car les kabyles aussi ont la capacité d 'en faire autant . il suffirait que nous unissons notre imagination anotre volonté pour faire de Bouef et son royaume une bouchée Qu' il cesse ses magouilles et n'abuse plus de notre patience de notre volnté de paix et de pacifisme.

Un bel gioco dura poco ,comme disent les Italiens .Y en a mare ya Bouteflika laisse nous tranquilles !!

Il est naif de penser que les gens comme Boutef et ses amis du clan les ben salah ,ould abes, gaid salah et consorts si nous ne respectons pas nous mêmes .

C 'est simple comme bonjour ,trève de discours intellectuels déshonnorants,nous voulons l'indépendnance ici et maintenant. nous vous le disons encore une fois, en français .Nous le redisons en Kabyles nukni l'independance i nevra.
Hna kebail ,nuridu l'indépendance tmurth nar.

ToiBoutef ,tu asphixies la kabylie en l'affamant ,tu paralises notre jeunesse par le chomage et la repression,tu nous refuses notre droit à etre nous mêmes Les kabyles savent trés bien que, quiconque ne respecte pas soit même est condamné à etre pietiné par l'autre.
Nous ne nous laisserons plus pietiner comme vous avez fait. toi et tes prédécesseurs Présidents arabes d 'une patrie Amazigh.L histoire est tetue ellle se repète etz reprend ses droits naturels et légitimes. Ce qui est valable pour votre terre palestinenen et aussi valabe pour la terre Amazigh. fin de la plaisanterie et magouilles politicardes. Tamazgha est aux amazighs et la kabylie est aux kabyles britou oula kra3tu ya oulad bakhta !!! .
.

Permalien

Si Mammeri était pour l'écriture de sa langue en Tifinagh, pourquoi n'a-t-il pas écrit dans cette graphie??

Permalien

Excellent...
On se libère de ce colonialisme et nous bâtirons notre pays avec nos valeurs, notre culture, notre langue et notre identité. Sans demander d’autorisation à personne.
----------------
UNISSONS-NOUS ...UNISSONS-NOUS...LAISSONS NOS DIFFÉRENCES DE COTÉ ET UNISSONS-NOUS POUR UN SEUL OBJECTIF...LIBÉRER L'ALGÉRIE.

Permalien

Sans hypocrisie, la vraie question est depuis quand l'Algerie serait arabe pour nous infliger le devoir-etre arabe et un Etat arabe??? Les choix civilisationnels ne sont pas des choix politiques. Je ne sentirai jamais l'Algerie arabe comme patrie, plus, elle est beaucoup moins proche de la France, que je sents plus proche que le monde arabe islam compris. Le triptyque n'est en réalité que la codification de l'autocensure des Kabyles, car les autres berbéres ont perdu l'humus. Les autres regions peuvent faire arabes, s'ils n'ont pas assez des faits qui leurs disent de face qu'ils n'ont rien d'arabes. La vraie question sont les kouliglis qui se cachent derriere l'arabité par haine de soi. Les neo othomans vivent plus dans l'islamité comme identité manquée qu'une vraie appartenance à l'arabité. Or un pays c'est du certain et pas une construction ephemere

Permalien

laissons les linguistes faire leur travail
Alors que l'avenir de tamazight est loin d'etre garanti on est la a se chamailler sur sa graphique pourquoi pas en arabe ou en chinois ou encore mieux en hyrogliphes du temps des pharaons ou en braille

Permalien

M. Khacer, proposer d'écrire Taqvaylit en caractères Tifinaghs, pour des raisons sentimentales d'attachement à l'authenticité originelle, c'est méconnaitre les impératifs techniques qui s'imposent et auxquels on ne peut échapper si on veut faire un travail scientifique sérieux. Entre l'ère des tifinaghs et notre époque, il ya plusieurs millénaires; le Berbère a évolué depuis et nécessite maintenant au moins 40 caractères pour son écriture (je parle surtout du kabyle); car vous n'ignorez pas que les lettres emphatiques sont des CONSONNES et non des "glissements phonétiques" comme le croient certains. Pour le choix de l'alphabet, seuls les critères d’efficacité et modernité doivent prévaloir. Les sentiments, la nostalgie des temps anciens, le romantisme et la passion sont à écarter, s'agissant d'un choix politique d'une importance capitale. les caractères latins sont la SEULE SOLUTION.

Ajouter un commentaire