Aller au contenu principal
Body

ARBITRAIRE

Ils sont jetés en prison

Le pays est entré depuis deux ans dans un cycle de répression permanente des militants pacifiques et de criminalisation de l'acte politique. Plus de 225 Algériens sont jetés en prison, pendant que des centaines d'autres sont sous le coup de poursuites judiciaires.

A Alger, Abdelhak Ben Rahmani en grève de la faim depuis 15 jours. A Ghardaia, Toufik Bouras en grève de la faim depuis 9 jours. 

Pendant à l'extérieur, la machine répressive continue de broyer les Algériens avec un cynisme impitoyable. A Boumerdes, Abdellah Achaibou a été arrêté ce jeudi à Dellys après la perquisition de son domicile.

Quant à l'affaire des citoyens arrêtés à Annaba et El Taref, Tarek Salmi a été placé sous contrôle judiciaire par le juge d'instruction du tribunal de Sidi M'hamed d'Alger ce jeudi 23 septembre.

Ils sont placés sous contrôle judiciaire par le juge d'instruction du tribunal de Batna, aujourd'hui.

Ils sont relâchés après plusieurs jours de garde à vue. Ces embastillés sont : Azeddine Maache arrêté mardi 14 septembre 2021 avec perquisition au domicile. Noureddine Aksas arrêté mercredi 15 septembre 2021 avec perquisition au domicile.

Yacine Merchiche arrêté jeudi 16 septembre avec perquisition au domicile. Abderrazak Bersouli arrêté vendredi 17 septembre avec perquisition au domicile. Noureddine Bouziza arrêté samedi 18 septembre 2021 avec perquisition au domicile. Redha Bourki arrêté dimanche 19 septembre avec perquisition au domicile.

Voilà le quotidien de dizaines d'Algériens tous les jours. Harcèlement policier et judiciaire... elle est belle la nouvelle Algerie" de Tebboune !

 

Auteur
L. M.