Aller au contenu principal
Body

REGARD

J'ai rêvé...

J'ai rêvé une fois dans mon sommeil que le bateau de mon pays se soit remis à flots, qu'il ait trouvé sa direction, qu'il ait labouré la mer droit vers son bonheur.

J'ai rêvé que nos émigrés aient fait le voyage en sens inverse, si enchantés de retrouver le pays prospère, le leur, dont ils avaient jadis rêvé, que nos députés aient sillonné bourgades, dechras et villes, non pour glaner des voix et des strapontins, mais pour s'enquérir de la situation de leurs compatriotes. J'ai rêvé que nos compétences  dans la diaspora, à Washington, à Paris, à Stockholm, à Madrid, à Tokyo et ailleurs aient quitté le luxe de là-bas, de la terre d'exil qui laisse souvent un arrière-goût d'amertume, pour s'installer définitivement dans la patrie de leurs ancêtres et la servir pour l'éternité. 

J'ai rêvé que nos femmes libres et sans voiles, aient pu se promener à Bordj Badji Mokhtar sans être molestées ni harcelées ni violées. J'ai rêvé que les Européens, les Américains, les rois du Golfe aient rêvé de vivre dans le confort d'un quartier à Bab El Oued. J'ai rêvé qu'une station aéronautique ait été installée à Ouargla, près du plus grand centre de recherche de la Méditerranée. J'ai rêvé qu'un homme en costard, choisi par son peuple, ait pu donner des ordres à des casernes de militaires.

J'ai rêvé qu'un journaliste frondeur et critique vis-à-vis le pouvoir, ait été récompensé par un cadre de la présidence pour services accomplis à la patrie. J'ai rêvé que des Harraga suédois aient accosté à Alger, devenu le port le plus prospère dans la zone afro-méditerranéenne.

J'ai rêvé que l'ENTV ait été dissoute pour manipulation médiatique et que tout son staff ait été affecté à un asile psychiatrique. J'ai rêvé que les synagogues aient rouvert leurs portes en plein Constantine et que, main dans la main, tous les fidèles vénéraient leur Dieu dans l'amour, le respect et la fraternité.

J'ai rêvé qu'on ait exporté des tonnes de blé en France, des bateaux de maïs en Espagne, du matériel high-tech en Norvège, des concentrateurs d'oxygène aux Etats-Unis, des médicaments anti-cancer en Angleterre. J'ai rêvé que nos universités aient été classées parmi les top-ten dans le monde et qu'une dizaine de nos chercheurs aient décroché le Nobel de la chimie.

J'ai rêvé que nos hôpitaux, équipés d'un matériel sophistiqué, aient été donnés en exemple pour leur sérieux, discipline, prestations et service. J'ai rêvé qu'en moins de deux heures un TGV qui m'a pris à Alger m'ait déposé à Touggourt. J'ai rêvé qu'à Port-Saïd, une usine de textile ait été construite et que tous les cambistes y étaient embauchés comme salariés.

J'ai rêvé qu'une femme du Sahara ait été élue présidente de la République et qu'elle ait décidé de suspendre définitivement l'exportation du pétrole.

J'ai rêvé qu'Aït Menguellet a été désigné Premier ministre dans le premier gouvernement démocratique du pays et que, sur son ordre, tous les responsables devaient apprendre tamazight. J'ai rêvé que Tiaret et Adrar aient été transformés en grandes réserves agricoles pour nourrir toute la population de l'Afrique.

J'ai rêvé que Tlemcen ait fêté son premier  anniversaire de capitale de la culture berbère. J'ai rêvé que nos meilleurs lauréats au Bac aient choisi, de leur plein gré, de rester en Algérie, d'y étudier et d'y vivre, non par nationalisme, mais pour les moyens et le confort que leur offrent leur pays.

J'ai rêvé qu'il n'y ait plus de problème de logement chez nous et que les touristes étrangers affluaient par milliers pour découvrir les merveilles de mon pays....Puissent mes rêves devenir réalité un jour ? Je fume du thé et reste éveillé, mes rêves continuent...

Auteur
Kamal Guerroua