Aller au contenu principal
Body

OPINION

J’aurais aimé croire en Dieu !!!

"J’aurais aimé croire en Dieu …." me dit le jeune qui s’apprêtait à partir. Pourquoi Dieu ne fait rien pour nous ? Pourquoi reste-t-il muet ? 

Je savais qu’il n’était pas toléré de blasphémer dans ce territoire. Dieu est une institution à laquelle on adresse vœux et attentes. Mon ami qui était sur le point de quitter le pays avait pour projet de ne plus y revenir.  Alors il s’est permis cette infraction. Il savait que là où il irait, il serait loin…. Bien loin de la géhenne…. Loin de l’intolérance des hommes. Et du verdict divin !

J’étais curieux et un peu envieux de son audace, je voulais creuser et aller au fond de sa pensée.  Telle une fleur qui s’ouvre à la rosée matinale, il me dit :

« Chaque matin qui débute me paraît riche en possibilités. En opportunités. A l'affût d’occasions, je scrute tel un trader, l’horizon des occasions. Faire quelque chose, expérimenter ce qui ne l’a pas encore été.

J’aurais aimé voir mon pays changer de mains et de destin. J’aurais aimé comme tous les peuples participer à la fête nationale qui me reste interdite dans mon pays pour qui un million et demi d’hommes et de femmes, et des meilleurs, ont donné leur vie.

J’aurais aimé voir mes semblables s'enorgueillir de leur pays qui leur offrirait un avenir radieux et possible. J’aurais aimé voir ces vieux qui sont aux commandes lâcher prise et passer la main aux nouvelles générations. J’aurais aimé voir de vrais patriotes en charge des hautes fonctions de mon pays.

J’aurais aimé voir une vraie opposition qui scrute faits et gestes des responsables. J’aurais aimé dormir sereinement sans peur au ventre d’une descente de la police politique qui m’arracherait de mon sommeil, et qui m’éloignerait des miens. J’aurais aimé voir émerger une génération de   démocrates qui ne serait pas corruptible. Tellement convaincue des idéaux qu’elle défendrait qu’elle ne pourrait se taire au prix de villas dans des quartiers chics d’Alger ou de lignes de crédit pour acquérir des appartements dans les capitales occidentales.

J’aurais tellement aimé rencontrer de ces hommes, qui n’avaient rien à défendre, ni biens, ni image, ni poste. Leur seul bien au-dessus de tout : l’Algérie. Ils ont tout sacrifié pour que naisse une Algérie affranchie du joug colonial. J’aurais tellement aimé les côtoyer, l’instant d’un clin d’œil.

Pour humer l’honneur qu’ils dégageaient. Pour sentir l’aura qui les auréolaient. J’aurais aimé voir grandir l’idéal qu’ils portaient jusqu’à submerger la terre entière. J’aurais aimé voir nos croyants s’occuper du plus faible, de l’orphelin et de la veuve, sans se soucier du nombre de hassanates à inscrire sur le registre divin. J’aurais bien aimé voir celui qui prie le faire pour son Dieu, pas pour ceux qui le regardent. J’aurais aimé voir le dévot s’occuper de sa foi et de sa relation avec son créateur sans se plaindre de celles de son voisin.

J’aurais aimé voir les vieilles de mon pays psalmodier sereinement sans s’insinuer dans les affaires de voisinage, sans médire et maudire les jeunes filles qui risqueraient de sortir en jupe ou en habits moulants. J’aurais aimé voir les cheveux des filles ondulés et lâchés à l’air. J’aurais aimé voir toutes ces femmes emprisonnées dans des habits qui les cachent, se libérer, risquer l’embellissement sans avoir peur du courroux des mâles. J’aurais aimé croire en Dieu qui permettrait tout cela dans cette partie du monde nommée Algérie. J’aurais aimé croire en Dieu qui interviendrait en faveur de tous mes vœux. J’aurais aimé croire en Lui… Vraiment.

En fin de journée, moment difficile. Bilan maigre.  Encore une journée qui va dans la décharge de l’oubli. Dieu n’a rien exaucé… »

Je voulais plus de confidences. Il était déjà loin.  Une embarcation m’attend pour l’Europe, me dit-il. Les vents sont favorables ce soir…. L’horizon s’assombrit. Je devais rentrer seul. 

Auteur
Saïd Oukaci