Aller au contenu principal
Body

COMMENTAIRE

« J’étouffe », le cri de détresse de Cédric Chouviat victime de violences policières 

Depuis plusieurs semaines, les manifestations contre les violences policières font rage, notamment aux Etats-Unis où la mort de Georges Floyd a réveillé le mouvement politique protestataire Black Lives Matter.

En France aussi, la population descend dans la rue pour manifester. Des manifestations qui ont fait ressurgir l’affaire Cédric Chouviat, un homme de 43 ans, mort à la suite d’un contrôle routier qui a dégénéré.

Plusieurs marches blanches ont été organisées en hommage à Cédric Chouviat, mort lors d’un contrôle de policier qui a mal tourné. 

C’est une histoire qui a marqué toute la France. Le 3 janvier dernier, Cédric Chouviat est interpellé alors qu’il était, selon la préfecture de police de Paris, en train de téléphoner tout en roulant en scooter. Le ton monte rapidement et l’interpellation devient violente. Cédric Chouviat subit une clé d’étranglement et un plaquage ventral pendant plusieurs minutes alors même qu’il crie «J’étouffe ». Un cri de détresse qui est pourtant ignoré par les policiers.

Victime d’un malaise cardiaque, il est alors envoyé à l’hôpital Georges-Pompidou où il décède dans la nuit de samedi à dimanche. L’autopsie a révélé une asphyxie avec fracture du larynx. Suite à son décès, les avocats de la famille portent plainte pour violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné la mort. 

Mercredi 17 juin, cette affaire a pris un nouveau tournant avec la mise en garde à vue des quatre fonctionnaires à l’origine de l’arrestation dans le cadre de l’information judiciaire ouverte pour homicide involontaire. Par ailleurs, les proches de Cédric Chouviat ont demandé directement à Emmanuel Macron de suspendre les policiers mis en cause dans cette affaire.

Toutes ces avancées remettent au coeur du débat les violences policières, alors que les manifestations font rage aux Etats-Unis après la mort de Georges Floyd. William Bourdon, l’un des avocats de la famille expliquait justement dans le Monde : « La France ce n’est pas les Etats-Unis mais la France se rapproche des Etats-Unis. »    

Auteur
Analena Dazinieras