Aller au contenu principal
Body

COUP DE GUEULE

Karim Younès dans le panel du dialogue : est-ce vraiment sérieux ?

Le pouvoir est intraitable ! Avec les nombreuses strates qui le constituent, quand il se débarrasse d’un sédiment politique usé et rejeté par le peuple, c’est pour mieux le faire remplacer par un autre, en lui faisant greffer une virginité nouvelle afin de nous séduire et nous forcer à l’épouser.

À quoi auront servi les 5 mois d’un mouvement de dissidence citoyenne grandiose, à votre avis ? À propulser Karim Younes au sommet du panel de dialogue, voyons ! Tout comme Octobre 1988 n’aura servi qu’à permettre que son livre sorte en Algérie (sic). 

S’il est permis d’accorder le bénéfice du doute aux autres membres de cet honorable panel, constitués d’illustres inconnus ; Karim Younes fait partie de ces inconditionnels supporters qui ont vénéré Bouteflika, allant jusqu’à élever l’aura de son idole au même niveau que celle de De-Gaulle !

Les archives du matindalgérie foisonnent de pépites et d’envolées supérieures débitées sans la moindre dose d’humilité par ceux qui ont servi le pouvoir et s’apprêtent à le servir encore et toujours. L’interview accordée à notre journal, le 17 février 2012 représente un véritable étalon de logique FLiN-tox que l’on s’apprête à nous fourguer, une fois de plus « à l’insu de notre plein gré". Jugez les propos de M. Karim Younès sur Bouteflika qui chapeaute le panel du dialogue national  :

"Chacun sait déjà, ou doit savoir, ici et ailleurs : l’expérience politique de Abdelaziz Bouteflika a une certaine épaisseur dans le monde d’aujourd’hui qui ne doit pas compter beaucoup d’hommes politiques vivants qui peuvent vous parler autant que lui des icônes qui ont marqué l’histoire de notre monde, celui d’hier surtout : de Kennedy à Mao à Chou en Lai, Giap, Brejnev, Tito, Nasser, Castro, De Gaulle , Arafat, Che Guevara, Mandela et tant d’autres personnages de légende qui ont marqué l’histoire du XXè siècle auxquels j’ajouterai Lui Inacio Lula. Est-il sage de faire l’économie de léguer la vision, les réflexions qu’ils s’étaient forgées avec cette élite mondiale du XXè siècle ?
Je me dois aussi d’ajouter autre chose, un bémol qui est consubstantiel au premier énoncé: c’est le génie de la Révolution algérienne triomphante qui a permis à notre Président actuel d’être l’un des plus jeunes ministre des affaires étrangères de son temps et de devenir aujourd’hui l’un des plus âgés et expérimentés présidents du monde". Le reste est à lire ici

Ces quelques réactions à l’interview en disent long sur le fossé « cartésien » qui sépare le citoyen désintéressé du politique FLiN-tox qui se croit incomparable et irremplaçable !

Aziz Fares

Karim Younès, j'aurais pu être d'accord avec vous car votre analyse semble se tenir (malgré de longues envolées qui se veulent lyriques...). Le point qui semble vous échapper est dans la rupture. Vous dites :" Toutes les conditions qui préfigurent l’imminence de la grande rupture sont là... ". Il ne peut y avoir de grande rupture sinon c'est tout "le système" qui s'effondre. Nous devons donc tenir compte des micro-ruptures qui, vous devez le savoir, se produisent régulièrement. Des failles du système, imperceptibles, révèlent parfois la réalité politique de notre pays. Boumediene lui-même, aidé par un certain Bouteflika, avait dans un pronunciamiento, déclaré un réajustement révolutionnaire. Depuis, c'est par à-coups que l'Algérie avance, ou du moins bouge, allant de crises en crises. "Le système" semble avoir besoin d'air. Pas de courants d'air. À nous, citoyens de nous engouffrer dans cet appel d'air pour, à la différence des Tunisiens, Egyptiens et autres peuples arabes, faire fleurir un printemps presque oublié.

Kacem Madani

"Ceci dit, Octobre 1988 que j’ai vécu dans ma chair, a au moins servi à quelque chose : permettre que mon livre sorte en Algérie". 

C'est terrible ! Terrible ! Angoissant de ramener une révolution de jeunes dont des centaines ont perdu la vie, massacrés par des Klashs d'un pouvoir assassin, à son petit bouquin d'érudit.

Quel regard décalé par rapport à celui du simple citoyen, nom d'une pipe !

Eh oui ! notre perception des choses n'est pas la même selon que l'on se soit trouvé au sommet de la citadelle du pouvoir, à un moment ou un autre de sa vie, ou au niveau des plaines qui l'entourent, peuplées du simple peuple, toute sa vie !

Plus je lis des interventions de nos ex-dirigeants, plus je me sens devenir fou ! Une "moi-je-me-mite" à faire exploser toutes les jauges de mesures de l'égo d'un individu ! Nul besoin de se turlupiner les neurones pour comprendre pourquoi le tsunami islamiste est sur le point de nous emporter....

Taisez-vous nom d'une pipe ! Taisez-vous

Karim Haddad

Basta !!

Vous avez soutenu le système d'un parti FLN escroc... vous avez pris votre part de privilèges (locaux, terrains, promotions, etc...). Ne la ramenez pas, de grâce !! Vous avez été les piliers de toute la voyoucratie qui a dilapidé et massacré le pays. Alors la virginité c'est fini !!!! Vous vous rappelez de votre long parcours Unja et FLN j'espère !? De plus, le titre du livre est un copie/collé de "grandeur et décadence", du géant (et vrai écrivain russe Tolstoï).. vous êtes sale.. ki nta.. ki Benflis et tous les "militants" khobzistes du FLN de m.....

En conclusion, doit-on déjà se résigner à circuler, et qu’il n’y a plus rien à voir ?

K.M.

 

Auteur
Kacem Madani
 

Commentaires

Permalien

Karim Younes et oui il est devenu président de l'Assemblée nationale que grâce au DRS et le parrain Toufik.
Demandez aux anciens DRS et ceux de Bedjaia qui sont ailleurs une grosse impisture Karim Younes.
Il ne rend compte qu'à Gaidi et l'armée Bensalah juste un paillasson pour rangers des généraux.
Je ne rajoute rien stricte vérité dommage pour le grave dérapage incontrôlé qui suivra aux risques tragiques Pour ceux du forum des supercheries.
Le spectre des ombres est très présent même l'armée en a peur.

Ajouter un commentaire