Aller au contenu principal
Body

COUP DE GUEULE

La belle et les ignobles racistes

Voilà pour une seconde fois que s'exprime la bêtise à propos d'une belle jeune fille, Khadidja Benhamou, qui est déclarée Miss Algérie. La dernière fois fut pour son incapacité à parler la langue de son origine familiale. Aujourd'hui, la belle Khadija subit les affres de la bêtise pour une raison immonde, sa couleur de peau.

Les propos entendus de certains Algériens sont intolérables. Ils sont minoritaires mais tellement visibles et bruyants.

Le racisme ordinaire de nos anciens se justifiait (parfois) par l'inculture et, c'est vrai, par une situation coloniale qui n’arrangeait rien. Mais ce que j'ai entendu vient d'une génération postérieure à la mienne, elle n'a aucune excuse.

Cette jolie jeune fille n'a pas fait de mal à l'humanité. Elle resplendit la liberté et la jeunesse conquérante. S'insurger contre l'élection d'une jeune fille qui n'est pas tout à fait du standard de certains pour mériter son algérianité, par la couleur de la peau, cela m'offusque au plus haut point.

J'ai beaucoup de réserves en ce qui concerne ce type de concours, c'est le moins que je puisse dire. Mais absolument pas pour des raisons morales. Les moralistes, je m'en méfie comme de la peste lorsqu'il s'agit de leur réaction face aux femmes.

C'est tout simplement l'enseignant qui craint que, statistiquement, ce genre d'activités qui accapare les jeunes filles ne soit pas exactement compatible avec l'accession à une dimension intellectuelle qui permette la construction d'un esprit critique de discernement et donc d'aboutir à une citoyenneté libre et épanouie. Et ne parlons pas du statut de la femme qui a tellement de mal à s'exprimer dans l'égalité.

Mais une fois la crainte exprimée, il n'y a aucune raison de douter des capacités de Khadija et de lui souhaiter que sa beauté soit conforme avec son projet de vie plus élevé dans la réflexion. Et dans ce cas, c'est un concours tout à fait anodin qui donne du plaisir, nécessaire à la vie.

Khadija, tu es splendide, rayonnante et je suis fier de toi. La couleur de peau te va à ravir et n'enlève rien à ton algérianité si ce n'est qu'elle la confirme et l'honore comme le ferait n'importe quelle autre.

Laisse ces abrutis brailler comme le bourricot. Même cette brave bête leur a pardonné, de longue date, une imitation si fausse de son intelligence.

Tu es belle, tu es jeune, montre-le à ces malades du sexe et du nationalisme qui ne camoufle que leur nullité et leur incapacité à honorer leur part d'humanité.

Auteur
Boumediene Sid Lakhdar, enseignant