Aller au contenu principal
Body

Chronique de Mohamed Benchicou

Affaire Chakib Khelil: la faute à Toto

En affirmant détenir des "preuves" que la compagnie italienne ENI a payé, via sa filiale Saipem, des pots de vin pour obtenir des marchés en Algérie et garantir "les faveurs du ministre de l'Energie Chakib Khelil", le procureur du tribunal de Milan, Isidoro Palma, vient de signifier aux dirigeants algériens que mentir à un Italien c’est comme vouloir apprendre à un vieux singe à faire la grimace ou à un Corse à faire la sieste.

Dans le domaine de la comédie, de l’esbroufe, de la séduction et de la mystification, les Italiens ont, depuis Casanova, quelques siècles d’avance sur le reste de la planète et avant de faire leur cinéma sur le pauvre Chakib Khelil « injustement incriminé », Amar Saïdani et Ahmed Ouyahia, auraient dû jeter un œil sur le cinéma d’Ettore Scola ou de Dino Risi : pour duper un Italien il faut être plus fort que Toto, l'acteur emblématique de la comédie italienne des années 1940 et 1950, beaucoup plus fort que le matamore Vittorio Gassman, dragueur, menteur, escroc et « grande gueule ».

Et qui sont donc les protagonistes de l’affaire Sonatrach sinon des personnages typiques de la commedia dell'arte, mais transposés dans un univers de corruption, de mensonges et de fourberies, comme le western spaghetti de Sergio Leone qui nous a laissé des titres éloquents : Pour une poignée de dollars, Et pour quelques dollars de plus… Notre Amar Saïdani, se serait reconnu dans I nuovi mostri (Les Nouveaux Monstres), dans ces personnages truculents, grotesques voire monstrueux, qu’incarnera Nino Manfredi où la fourberie et les mensonges tiennent lieu de vie quotidienne. Il aurait reconnu Khelil peint en Sordi sans scrupule par Luigi Comencini dans L'Argent de la vieille, ou en personnage déchu dans Mio Dio, come sono caduta in basso ! (Mon Dieu, comment suis-je tombé si bas ?)

Le cinéma italien a même mis en scène l'affaire Sonatrach il y a soixante-dix ans déjà dans Miracolo a Milano (Miracle à Milan), œuvre de Vittorio De Sica et Cesare Zavattini. Dans ce film qui a obtenu la palme d'or au festival de Cannes en 1951, s'affrontent le monde naïf des pauvres et le monde avide des riches... autour du pétrole ! Pas encore celui de Hassi-Messaoud, mais celui qui jaillit un beau jour dans un bidonville d'où seront exclus alors les pauvres et qui deviendra propriété des nouveaux riches. Incroyable !

Le gouvernement algérien n’a pas encore réagi à cette nouvelle donne qui pourrait bien se terminer par une inculpation de l’ancien ministre de l’Energie

On entendrait une mouche voler ! Le silence des ténors du pouvoir est édifiant ! Eux qui avaient fait haro sur le général Médiène et le DRS pour avoir "injustement" accusé le respectable Chakib Khelil d'actes corruptifs, ne trouvent subitement plus de mots pour démentir les propos du procureur italien.

Tonton, pourquoi tu ne tousses plus ?

 

Auteur
Mohamed Benchicou
 

Commentaires

Permalien

Nos chikours du régime mentent. Ils nous disent en substance, Chakib a pompé l'argent du peuple et : dezzou maahoum, petit peuple de mauviettes!! Cela ne s'appelle pas un mensonge! Non?

Permalien

La fin de la dolce vita…peuchère ? Ne vous inquiétez pas pour lui…il a plus d’un tour dans son sac…et plus d’une corde à son arc…la Famille y pourvoira ! La Maffia italienne…ne fait pas le poids…devant la Raie publique…des Zianides !

Permalien

Merci Mr. Benchicou d'avoir évoqué ces talentueux artistes italiens de pure souche ! Je fais allusion à Toto, Dino Risi, Vittorio Gasmann. Quelle richesse le cinéma Italien, le néo-réalisme. La vérité dans le cinéma à travers la condition misérable des couches sociales populaires, les miséreux présentés à l'écran sans artifices. Nous avions un début de cinéma les années 60, mais le cinéma étant un message dangereux du vécu de la société ; pour notre mafia en gestation il fallait donc le tuer. Cinémas fermés ou laissés à l'abandon, théâtre saboté. Et la presse n'en parlons pas.
Cela me rappelle le talentueux comédien Sirat Boumédienne dans une oeuvre magnifique "Ché3éyebe lekhedime" "le petit peuple esclave". Toutes les tares de notre société était dénoncées par le rire.
Mais où est elle cette oeuvre ?
Pour en revenir à cet ancien ministre du pétrole nationale, il faut être complice, de mauvaise foi ou naif pour écarter toute suspicion à son endroit. Il n'est pas le seul d'ailleurs à devoir rendre des comptes sur toutes les atteintes financières au trésor public. Le général Toufik ne pouvait se lancer sans preuves dans le traitement de ce triste dossier, mais enfin si aujourd'hui la justice italienne l'inculpe, il faudrait aussi questionner ceux qui se sont érigés en juges pour défendre ce Monsieur....

Permalien

Les autorités italiennes à travers cette affaire négocient probablement l'effacement de l'amende pour corruption que l'ENI devra verser aux américains (FCPA). Donc, ne nous excitons pas, une fois de plus.
Il ne faut pas oublier que la filiale d'ENI, Saipem, a hérité du pactole de la plupart des contrats de service de Sonatrach (milliards de dollars) attribués à Halliburton qui transitaient par le PDG de BRC (actuel PDG de Sonatrach) avant sa dissolution. Vous connaissez le taux reversé aux algériens (environ 3%). Faites le calcul sur 30 ans et vous en saurez plus sur les enjeux historique de la distribution de la rente.

Permalien

Khellil est le protégé des Bouteflika. Il va dénoncer tous ses protecteurs, qui se cachent derrière lui. Khellil n'est pas le seul voleur en col blanc dans une ripoublique bananière qu'est devue malheureusement notre pays de 1999 à ce jour.Cette affaire va faire tomber nos pires ennemis de la dictature, qui est au pouvoir.

Permalien

Je ne pense pas que les institutions américaines, sa presse aussi, puissent marcher avec ce genre de combines. Il me parait difficile de croire que nos services, ceux chargés de la sécurité économique et industrielle restent dans l'expectative. Ou alors auraient-ils été neutralisés définitivement après l'affaire de Brc ?

Permalien

Il faut absolument en finir avec cette clique à commencer par le tonton, couper les branches pourries au sein de l'amée et de l'administration de ce pays. Ce n'est qu'à ces conditions que notre pays pourra à nouveau se remettre sur pieds. Sinon, toute autre palabre est vouée à l'echec.
Allez Algeriens fiers de l'être, un petit effort pour relever nos têtes et notre dignité perdue. Aàlli rassek yabba

Permalien

Les mafiosos en herbe qui cherchent à doubler Lucky Luchiano,Al Capone tout en se la jouant innocents devant les juges anti mafia Italiens

Permalien

Ils veulent dérober leur jeu de malfrats aux travers de la comédie d'el Arte que les monstres italiens ont si bien interprétés dans beaucoup de films classés comme des chef-d'œuvres du cinéma mondial : Nino Manfredi , Aberto Sordi , Vitorio Gassman ,Marcello Mastroianni etc...

Permalien

Excellent article pour dénoncer la vraie mafia qui n’a pas cessé de voler les algériens depuis 62 ...sauf qu’on doit être fin et diplomate sans attaquer les Corses pour leur sieste soit-disant. Merci

Permalien

Au personnage de Saidani et Khellil, on peut ajouter celui de Fakhamatou1er représenté par Nino Manfredi, dans affreux sales et Méchants, qui règne en tyran sur la famille toute entière installée dans un bidonville. Boutef avec sa copine "Zouzou" dans la présidence devenue bidonville ou se rencontrent tous les malfrats. Merci Tonton Mohamed toujours percutant.

Permalien

Désolé de jouer au rabat-joie mais les chiens aboient, la caravane (Khelil & Co) passe. Sinon comment expliquer que nous acceptions encore aujourd'hui d'être présidés par un "détourneur" de fonds publics, dûment reconnu et accusé par la Cour des comptes, confier le poumon économique de l'Algérie (Sonatrach) à un individu, dûment accusé par la justice militaire algérienne de traitrise (vente de secrets d'État). Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es. La commedia dell'arte? So what? Comme il a dit lui l'ex ministre de son maître: yen3el dinn li ma yahbnache (au diable ceux qui ne nous aiment pas). La messe est dite mes amis!

Permalien

le plus grand voleur c'est fakhamatouhou,les chakib,saadani,bouchouareb,rahmani,haddad,sidhoum said et tous les autres ne sont que le reflet de fakhamatouhou

Ajouter un commentaire