Aller au contenu principal
Body

Des milliers de sans papiers algériens seront expulsés d'Allemagne

La gifle de la chancelière Angela Merkel au gouvernement algérien

L’on s’attendait à un rush des investisseurs allemands sur le marché algérien en perte de vitesse suite à l’effondrement des cours du pétrole voilà que l’on se retrouve sur les bras avec un retour massif au bercail de pas moins de 4.000 migrants Algériens en situation irrégulière en Allemagne.

Un cadeau empoisonné que la chancelière Allemande n’a pas désespéré de nous fourguer malgré le report à maintes reprises de sa venue en Algérie. Considérant l’Algérie comme un des « pays sûrs » autour de la méditerranée et de toute manière le chef du gouvernement Ahmed Ouyahia ne pouvait que dire « oui » à cette opération de rapatriement sachant que lui-même a usé et même abusé de la même méthode concernant les migrants subsahariens en Algérie.

La relance économique, la création d’emplois, l’attraction des IDE virent plutôt à l’Arlésienne, comme de ces choses que l’on attend toujours mais qui n’arrivent jamais. L’intérêt des pays occidentaux pour le marché algérien ne semble être qu’un lointain souvenir et à fortiori pour l’Allemagne d’aujourd’hui.

Avec la chute des cours du pétrole la situation économique et sociale de l’Algérie se complique de plus en plus et le palliatif de recours à la planche à billets ne fait que retarder la banqueroute nationale car le syndrome Vénézuélien menace à tout instant en restant suspendu au moindre flottement du prix du baril de pétrole.

C’est pour toutes ces raisons que la visite de la chancelière allemande Angela Merkel n’apporte rien de plus que ce qu’elle peut apporter. Elle ne sauvera pas une économie en totale déperdition bien au contraire elle en rajoutera une autre touche sombre au triste état des lieux avec l’expulsion de milliers de migrants algériens qui ont fui la misère du pays, l’immobilisme et la démocrature.

Auteur
Khellaf Hellal