Aller au contenu principal
Body

TRIBUNE

 La  Kabylie en procès 

La chambre d'accusation de la cour de Tizi Ouzou a confirmé ce 12 juillet le mandat de dépôt pour Hamou Boumedine, Bouaziz Ait Chebib, Boussad Becha, Hocine Azem, Belaïd Ammar Khodja et El Hadi Taleb. 

Le Rassemblement pour la Kabylie (RPK) salue l'engagement des nombreux avocats qui se sont constitués dans cette affaire consternante d'arbitraire. 

Le RPK révolté, dénonce la folle répression de cette journée du 12 juillet qui a empêché par la violence tout rassemblement et mené une chasse à l'homme pour arrêter en nombre des membres des familles des détenus, des militants de sensibilités diverses et de simples citoyens venus soutenir les détenus dans ce procès inique. 

Cette répression inédite devant la cour de Tizi Ouzou s'explique par la singularité de ce procès dans cet immense champ de répression qu'est devenue l'Algérie.

Ce procès symbolise le rapport de violence entretenu par le pouvoir avec la Kabylie depuis l'indépendance.

Sa stigmatisation avec des provocations qui montent en puissance, l'accentuation de la répression et  la gravité des accusations infondées et fallacieuses à l'encontre de détenus pacifistes démontrent que le pouvoir ne recule devant aucune forfaiture, y compris la mise en danger de la paix civile, menace dont il se sert également pour agiter les peurs. 

À travers ce procès politique, c'est la Kabylie qui est appelée à la barre :

-  Pour avoir posé politiquement et pacifiquement la question existentielle de la Kabylie par cette nouvelle génération de militants en apportant pour chaque courant politique leurs solutions respectives.

Ainsi, pour Hamou Boumedine, coordinateur du RPK, c'est un statut particulier de la Kabylie dans une Algérie démocratique et plurielle. La conférence régionale dont il est l'un des initiateurs devait répondre à ce questionnement qui traverse toute la Kabylie, pour se doter d'un projet politique régional à articuler avec un projet national démocratique et respectueux de la diversité. 

-  Pour son refus de soumission au diktat du régime,  conduisant au rejet radical et total du "zéro vote" kabyle. 

- Pour son implication majeure dans le mouvement populaire algérien, cette région devenant actuellement un havre pour les épris de liberté et pour tous les résistants de ce mouvement de toutes les régions  d'Algérie. 

Face à cette politique du pouvoir porteuse de dangers extrêmes pour la région et le pays, nous appelons les citoyens de Kabylie à resserrer les rangs dans le respect des opinions et convictions de chacun et en évitant les positions extrêmes.

Cette situation qui nous menace tous exige une parole responsable pour ne pas donner prise aux propagandes mensongères du régime pouvant freiner la solidarité populaire. La solution est dans une large concertation, l'union sur l'essentiel, la vigilance et une mobilisation déterminée et pacifique. 

Nous appelons nos concitoyens des autres régions d'Algérie, qui ont démontré dans les manifestations populaires et les différents scrutins que nous sommes dans le même camp, celui du rejet du système, de rester solidaires et de ne pas céder à la politique de division dont ils déplorent avoir été victimes dans le passé. 

Seules notre union et notre détermination permettront une autre alternative d'avenir et mettront un terme à cette politique du pire qui est une constante de ce système politique depuis l'indépendance. 

Halte à l'arbitraire et à la répression ! 

Libération pour tous les détenus politiques et d'opinion ! 

Pour le RPK