Aller au contenu principal
Body

TRIBUNE

La Kabylie n’est pas un fusible

Nous assistons depuis quelques semaines à des tentatives multiples et insidieuses de placer la Kabylie dans une position du fusible qui éteindrait le mouvement en marche pour la démocratie et la justice sociale en Algérie.

Des manipulations sont régulièrement mises en œuvre par des pseudo-opposants politiques et par les barons du régime en perdition. Dans un premier lieu, des manipulateurs ont essayé de faire croire aux Algériens arabophones que le drapeau amazigh n’avait pas sa place dans les manifestations pour la dignité, la liberté et la démocratie. Ils ont essayé d’isoler la Kabylie par la cause qu’elle a toujours défendue sous l’emblème que ses enfants ont conçu et fait s’étendre sur toute Tamazgha de Siwa aux Îles Canaries.

Ce qui a toujours fait la gloire du Kabyle est sa combativité reconnue par ses compatriotes à travers toute Tamazgha, et bien au-delà, c’est sa capacité à s’unir devant l’adversité et à s’organiser pour combattre ce qu’il perçoit comme une menace. C’est ce que j’ai nommé à quelques circonstances « l’union réactive », dans sa connotation non péjorative.

Il est vrai qu’à travers l’histoire récente de la Kabylie, l’union réactive face à la menace ou à la provocation constituent une force de résistance extraordinaire. L’union réactive a permis à la Kabylie de continuer d’exister en tant que telle, mais elle ne pourra s’en servir avancer et de gagner. La stratégie de l’union réactive est semblable à stratégies adoptées dans plusieurs sports (en l’occurrence le football) pour maintenir le statu quo ou se protéger d’une défaite.

La Kabylie se doit de passer à « l’union active » basée sur des stratégies gagnantes pour la positionner gagner, pas uniquement à se défendre.

À travers l’histoire récente, les gains réalisés dans les domaines politiques, socio-économiques et identitaires (y compris dans le domaine linguistique) ne sont pas à la mesure des investissements et des sacrifices consentis. La Kabylie a dépensé une énergie considérable à défendre Tamazight, l’identité commune à tous les Algériens, la démocratie et la justice sociale pour tous les Algériens, après avoir payé le prix le plus élevé pour la décolonisation territoriale de l’Algérie.

Seulement, après la décolonisation, la Kabyle s’est retrouvée seule face à un régime qui l’a sans cesse réprimée, et à plusieurs reprises dans le sang.

Aujourd’hui, le régime qui a toujours réprimé la Kabylie est en train de se débattre pour sa propre survie face à une jeunesse algérienne qui a enfin compris que son avenir ne peut pas s’accommoder de la survie d’une mafia politico-financière qui l’a appauvrie sur les plans matériel, identitaire et moral.

Ce régime a épuisé le capital sympathie de la guerre de libération dans laquelle la Kabylie a joué un rôle d’avant-garde indiscutable. Aujourd’hui, ce régime fait face à tout le peuple qu’il croyait avoir domestiqué pour toujours. Les graines semées par la Kabylie au cours de son combat solitaire face au régime dictatorial ont finalement germé et sont en train de pousser en révolution pacifique à travers tout le territoire algérien. Le combat de Abane Ramdane pour la suprématie du politique sur le militaire est en train de prendre la forme d’une nouvelle révolution que le peuple algérien mène en 2019.

La Kabylie est bien engagée dans le combat des Algériens pour la dignité et la démocratie qui sont en conformité totale avec ses traditions millénaires de démocratie et ses aspirations légitimes de vivre dans un espace démocratique qui permettrait à son génie populaire de s’exprimer et de s’épanouir.

La Kabylie doit, elle aussi, profiter du fruit de son combat pour l’indépendance citoyenne telle que l’avaient souhaitée ses enfants lors de la création de l’Étoile nord-africaine en 1926. Ceux qui ont toujours combattu les revendications de la Kabylie tentent aujourd’hui de l’isoler pour lui couper tout espoir de profiter de la démocratie comme il l’a empêchée de jouir de l’indépendance qu’elle a chèrement payée.  Elle a été marginalisée et privée de développement, et ses élites accusées de menacer l’unité du pays à chaque fois qu’elles tentent de dénoncer ces mesures punitives en raison de ses aspirations démocratiques et identitaires.

La Kabylie ne peut pas accepter d’être isolée et surtout pas être utilisée pour diviser le combat actuel pour la démocratie en Algérie. Elle n’acceptera jamais de porter l’odieux du sabotage du mouvement. Elle ne doit pas accepter pas le de fusible qu’on veut lui faire jouer.

La Kabylie saura faire les choix qui lui garantiront une place digne des grands peuples qui se tiennent toujours du côté des causes justes. Elle saura défendre intelligemment ses intérêts et ses enfants dignes, à l’image de M. Issad Rebrab, mais elle laissera tous ceux qui ont accepté de jouer contre elle au jugement par l’histoire ou par les tribunaux.

Le combat pour la démocratie a toujours le sien et celui de ses enfants qu’elle a sacrifié lors de tous les combats contre la colonisation, l’assimilation, la dictature, puis l’obscurantisme. Les Kabyles d’aujourd’hui, quels que soient leurs choix politiques, sauront mettre leurs intelligences en commun pour que la Kabylie sache préserver ses acquis obtenus dans la douleur et espérer en réaliser d’autres dans la paix et la démocratie.

Docteur Hocine Toulaït

Expert en politiques linguistiques - Canada

Auteur
Docteur Hocine Toulaït
 

Commentaires

Permalien

Pour ce chiffon que vous ne cesser de trainer dans les manifestations sportives et dans le hirak et dont aucune ethenie autre que la Kabylie ne porte et n'y croit et non encore reconnu ni par l'Etat algérien et encore moins par le peuple algérien qui ne le considère jusque là qu'un simple chiffon sans aucune considération et ne peut en aucun cas remplacer l'emblème national vert et blanc frappé par l'Etoile et le croissant qui a été porté par le peuple Algérien sans aucune considération qu'en soit kabyle, arabe, chaoui, mozabite ou Targui et ne fait que vous isoler plus du peuple algérien. Ne dit-on pas que celui qui va vite se cassera bien un jour les dent alors pourquoi vous poseez vous la question pour quoi ce grand peuple n'y croit pas en vous et continue de vous isoler et n'est-il pas dans ces droits de le faire ?

Permalien

les kabyles ont vraiment la mémore courte, il viennent d'oublier 2001, comme ils ont déjà oublier 1980, 1962, 1956, 1949, 1926, 1870, 1856, 1832, 1516, 1056 et certainement d'autres dates,
les kabyles doivent prendre du repos et laisser les autres patauger seuls, qu'ils se débrouillent seuls, qu'ils fassent leur hirak seuls,
les kabyles oublient leurs morts,, leurs souffrances, les kabyles sont ils des sadomasochistes?
depuis toujours dans chaque famille kabyle, il manque toujours au moins, un frère une sœur, un père une mère, un mari une épouse, un fils une fille, un grand père une grand mère , un cousin une cousine, un oncle une tante, un gendre une bru, un neveu une nièce, mort pour l’Algérie, et ce n'est pas le cas des autres,
il suffit de revoir les vidéos de la marche de 14 juin 2001, pour rire de la bêtise humaine et se rendre compte de l’hypocrisie qui règne dans ce pays,
le kabyles méritent un long repos, ils doivent être fatigués de mourir et souffrir pour les autres et à la place des autres,

Ajouter un commentaire