Aller au contenu principal
Body

JUSTICE

La plainte contre Naïma Salhi en instruction

Salim Chaït, Abdelkader Houali et Soufiane Dekkal qui ont déposé une plainte contre Naïma Salhi nous ont fait parvenir le communiqué suivant.

 

Pour nous enquérir des suites réservées à notre plainte déposée le 9 juin 2019 contre Mme Naima Salhi, présidente du Parti de l'Equité et de la Proclamation (PEPE) pour "incitation à la haine raciale et appels aux meurtre", nous avons été reçus, ce dimanche 23 juin 2019, par le procureur près le tribunal de Boumerdès.

Le magistrat nous a assuré que la plainte est en cours d'instruction, et que toutes les plaintes sont recevables quels que soient le statut et la stature du mis en cause. Pour avoir plus de précisions, il nous a orientés vers la greffière du tribunal. Cette dernière nous a affirmé que la plainte a été envoyée au commissariat centrale de la ville de Boumerdès, bureau de la cybercriminalité, pour une enquête approfondie.

Depuis cinq jours, la page Facebook officielle du PEP est suspendue pour des raisons que nous ignorons. Ceci n'a pas empêché sa présidente, Mme Naima Salhi, de persister dans sa croisade raciste contre les Amazighs, par des vidéos publiées sur son compte personnel. Dans sa dernière charge, elle appelle au boycott des "Zouaves" et de "partisans de la fourchette", et à éviter toute relation, commerciale ou matrimoniale, avec eux.

Que signifie cette fuite en avant dans l'outrance et la vulgarité qui semble jouir de protections occultes ? Si l'immunité parlementaire protège la liberté d'expression de l'élue contre l'arbitraire du pouvoir exécutif, elle ne saurait servir de bouclier à une délinquante, dont les propos indignes tombent sous le coup de la loi pénale.

Au moment où des manifestants pacifiques sont inculpés "d'atteinte à l'unité nationale" et placés sous mandat de dépôt pour avoir brandi l'emblème amazigh, les provocations récurrentes de Mme Naïma Salhi sont loin d'être innocentes. Ces dérives, visiblement commanditées, visent à diviser le mouvement populaire, fût-ce au prix de graves dérapages qui risquent d'hypothéquer la cohésion nationale.

En joignant nos voix à toutes qui appellent à la vigilance pour préserver l'unité du mouvement populaire, dans la diversité de toutes ses composantes, nous réaffirmons notre détermination à poursuivre le combat, pour donner aux agressions des apprenti(e)s-sorcier(e)s les suites judiciaires qu'elles méritent.        

Alger, le 24 juin 2019

Salim Chaït, Abdelkader Houali et Soufiane Dekkal

 

 

 

Commentaires

Permalien

Tant qu'il y a des hommes et des femmes dans ce pays, il y aura un espoir pour l'Algérie. Merci messieurs !

Permalien

ce n'est pas une kabyle, elle sera mise sous contrôle judiciaire, avec obligation de se présenter une fois par an, et le verdict relaxe, elle ne fait rien de mal, elle insulte les kabyles, des centaines de milliers d'algérois et d'algériens le font depuis toujours et en 2001 c'était flagrant,

Permalien

Que peut on attendre d'une dégénérée de ce type, elle devrait non seulement condamnée mais déchue de la nationalité algérienne.

Permalien

Etre choque par une p...pareille qui a avouee qu'il lui t'arrivait a se rendre aupres de Boutef a UNE heure du matin, en laissant son TAHANE de mari seul a la maison, c'est donne trop d'importance a sa miserable petite personne.

Permalien

Le racisme en islam est un crime le premier raciste sur la terre satan Gaïd Salah et Naïma Salhi des racistes acharner contre les kabyles Gaïd Salah marionnette de satan Naïma Salhi la femme de satan pour eux imam mehdi musulman kabyle la cause de la mort de satan Gaid salah et Naïma Salhi en prison le 25.6.2019 pour éviter la guerre civil et la libration de tous les manifestants pour éviter la mort des généraux et les journalistes pro Gaid Salah par arrêt cardiaque cancer incendie accident si ces forts séismes en Nouvel Zélande la mort de satan aux kabyles d’appliquer le Coran a 100% urgent avant 28 Juin 2019 pour éviter l’enfer et pour éviter satan sa femme Naïma Salhi Gaïd Salah son clan Bouteflika et son clan a l’enfer

Permalien

Depuis quelques mois, la députée nommée sous le président déchu n'arrête pas de déblatérer. N'a t elle pas attaqué les kabyles comme si l'Algérie a été libérée par sa seule famille dont on ignore jusqu'à l'origine, d'attaquer Djamila Bouhired en la traitant presque de traître !!!!

Cette individu indifférencié, chef d'un parti croupion, devrait être déchue de toute fonction élective. Elle est INDIGNE . Elle devrait être condamnée à l'enfermement.

Ajouter un commentaire