Aller au contenu principal
Body

DECRYPTAGE

La présidence extraconstitutionnelle et la crédibilité de l’opposition algérienne

Quand bien même Louisa Hanoune par son arrestation et sa mise en détention préventive  aurait payé les frais de ses rencontres secrètes avec ceux qui voulaient sauver le système coûte que coûte, tout porte à croire que finalement, il s’est avéré qu’elle n’était la seule qui savait que l’Algérie est bel et bien conduite depuis le début du quatrième mandat par des forces extra-constitutionnelles.

Le frère du président malade semble avoir pris de nombreux contacts secrets, si l’on prend en compte les accusations des uns et des autres. Cela voudra dire qu’il y avait une présidence officielle avec un cadre qui la gère et une autre dans les officines qui décide de tout.

Tout le monde : ministres de la république issus des différents partis, députés, sénateurs, hauts responsables politiques le savaient sauf le peuple.

De nombreux analystes, étonnés de la spécificité du mouvement de dissidence citoyenne, avaient, à un moment donné, peut-être même qu’ils le croient à ce jour, douté de sa sincérité et pensaient qu’il était manipulé comme, disent-ils celui d’octobre 88.

Pourtant, tout montre le contraire et le « hirak algérien », pour la première dans l’histoire des révolutions  dans le monde, se purge automatiquement des impuretés qui s’incrustent dans ses revendications pour les réorienter  au-delà de leurs objectifs.

La preuve, pratiquement, tous les leaders de cette opposition ont été hués, voire parfois même malmenés lors des différentes marches des mardis et des vendredis pendant ces 12 semaines passées.

Ensuite, aucun parti officiel que ce soit de la coalition ou de l’opposition n’a été sollicité par un slogan quelconque qui lui est favorable pour représenter le peuple qui est décidé de se débarrasser du système de son ensemble, y compris ceux qui lui a permis de perdurer pendant plus de deux décennies.

Même les partis qui se disent démocrates n’ont pas été épargnés pour la simple raison que ce mouvement de dissidence  vise un changement radical et une rupture avec un monde politique qui ne comprend plus rien aux attentes populaires. Il est constitutionnellement propriétaire de la souveraineté nationale. Il l’exerce par délégation aux institutions qu’il choisies lui-même. Il se trouve qu’il a préféré faire appel pour cette tâche à l’Armée populaire nationale et c’est un choix délibéré et libre sans contrainte.

Donc, ces leaders qui tentent de créer une dissension pour s’incruster dans la cohésion entre le peuple et son armée, ont une autre visée que l’intérêt du peuple.

En quoi cela générait certaines ailes que l’armée fasse appel à la justice pour déterrer des dossiers que Bouteflika disposant d’un pouvoir constitutionnel et institutionnel de part son statut de président  de l’Organe national de Prévention et lutte contre la corruption (ONPLC) les a mis en hibernation pour couvrir son entourage comme Chakib Khelil, Tayeb Belaiz, Sidi Saïd et bien d’autres ?

L’armée dispose donc d’un statut « d’interlocuteur légitime» pour prendre les affaires en charge et sauvegarder cette souveraineté que ces forces extra-constitutionnelles, tentent encore une fois de confisquer.

A ce propos, le leader du MSP se contredit dans sa propre démarche.

Aujourd’hui, il dit que l’armée n’a pas à faire ou proposer une feuille de route politique alors qu’en été 2018, lors de la présentation de la sienne, révélée par un quotidien étranger, il a exigé de ses interlocuteurs « d’informer l’institution militaire».

A cette date, Abdelaziz Bouteflika était non seulement président de la république mais aussi ministre de la Défense nationale alors, de quelle institutions militaire ce leader politique parlait-il alors ? On peut en déduire qu’il exigeait la présence d’Ahmed Gaïd Salah en tant que chef des armées Pourquoi ? Parce que persuadé, voire convaincu, qu’il avait affaire à une équipe extra-constitutionnelle.

Plus grave, il évoque dans sa récente mise au point d’une « initiative d’un consensus national à discuter avec l’opposition » alors l’opinion publique était au courant que le peu de réunions des partis politiques et des personnalités ne sont pas d’abord parvenus à un consensus et n’ont  chargé personne pour les représenter dans des pourparlers.

D’ailleurs, un de ses collègues de l’opposition, Lakhdar Benkhellaf  l’a carrément accusé « de jouer l’intermédiaire entre ce pouvoir et l’opposition ».  C’est de cette manière que les langues se sont finalement déliées pour nous apprendre que tout ce beau monde qui prêche la transparence dans des réunions à la recherche des solutions dans l’intérêt de l’Algérie a bel et bien négocié avec les force extraconstitutionnelles sur dos du peuple.

Finalement, Saïd Bouteflika, Mohamed Mediene, Athmane Tartag et consorts sont au moins cohérents dans leur démarche pour permettre à un ordre établi de se reproduire, ils sont ce qu’ils sont et assument les conséquences aujourd’hui.

Ce qui est par contre plus dangereux ce sont ceux-là même qui travaillent dans l’ombre mais dont on ignore pour qui ils roulent ?

Auteur
Rabah Reghis
 

Commentaires

Permalien

"tout ce beau monde" qui prêche la transparence dans des réunions à la recherche des solutions dans l’intérêt de l’Algérie a bel et bien négocié avec les force extraconstitutionnelles sur dos du peuple."

C'est sans commentaire!

Permalien

J'avais suggéré , il est vrai d'une manière trop excessive là bas sur l'autre fil , avec beaucoup moins d'élégance le même questionnement .

« Pensez vous une seule seconde que tout ce beau monde n’aura de souci que de satisfaire les revendications du hirak et non de travailler pour son propre compte ? » 

En égratignant au passage le hirak qui ici aussi est paré de toutes les vertus.

Mal m'en pris !

Ce pôvre hirak me rappelle le zoizillon du film : «  mon nom est personne »  : ce ne sont pas ceux qui l'ont foutu dans la merde qui lui vouaient du mal et ce ne sont pas ceux qui l'ont en sorti qui lui voulaient du bien.

On a suggéré quelque part que c'est la jalousie qui me ronge qui me fait mikhrayer ikssissivement à tout berzingue sur tout ce qui se publie et suinte du minbar au lieu de témoigner un peu de gratitude pour tous ces savants qui sacrifient de précieuses minutes pour éclairer nos vessies. Alors que ce n'est même pas vrai et qu'il s'agit sans doute d'un usurpateur de pseudo ou du robot qui hacke le Matin-Dized , qui trompe la vigilance de Sidna le Modéro Chayllellah barakatouhou et qui se fait passer pour moua.

Je tiens d'ailleurs à remercier Sidna le Modéro qui publie mes posts même quand je me trompe d'erreur et en même temps, comme dirait l'autre, ceux qui les corrigent où je me trompe de correction pour montrer que ce n'est que Hend Uqaci qui sait se trompasser ainsi.

Je tiens donc aussi à présenter mes excuses à tous ceux que mon ikssissiviti aurait offensés et qui trouveraient que je me trompe de colère sur ce sujet. Mais j'ai comme l'impression qu'on me balade a travers des circonlocutions pour que je n'aille pas à l'essentiel et que je n'insiste pas sur la seule question qui nous est posée :

Que n'a t-on besoin de tant de foin pour nous enfumer et s'exempter de répondre à la seule question qui vaille en ce moment précis :

Qu'est-que, ya Boundyou, qui se trame là ,ici, maintenant devant nos yeux et à quelle sauce on va être cuisinés après le 4 juillet ?

Sinon ma daskhouzed ula dnek snagh ! Des milliards de documents sont à ma disposition sur internet au bout d'un clic seulement : 185 000.000 d'occurrences chez Gougueule au moment où je tape pour le mot Algérie. Arrêtez-moua sinon je vous les bazarde , atezrem irgazen imusnawen athaghat !

C'est comme si vous aviez un patient qui souffre d’hémorroïdes et que pour poser votre diagnostic vous lui scanner ses papiers d'identité au lieu de lui faire un toucher rectal.

D'accord il y a aussi la pédagogie , science sans conscience n'est que ruine de l'âme, tout ce qui se conçoit bien s'énonce bien, tous les chemins ne mènent pas au minbar.

Wa ma ba3d !

Je me réjouis que le Matin-Dized, naguère esseulé qui ne trouvait que quelques contri-buteurs qui ne venaient au minbar que pour expier leurs fautes, excepté Madani bien entendu, se fasse beaucoup d'amis qui l'enrichissent de leur éminentes contributions qui élèvent son niveau ,uniquement par altruisme et non pour se faire mousser à l'occasion .

En passant je n'interdis à personne de se pâmer devant tant d'érudition , ou de vouer un culte au Hirak , j'avouerai même sous la torture combien de fois j'ai perdu ma chechia en lorgnant vers le minbar et que j'ai failli céder à l'engouement avant que mon pessimisme me rattrape.

Qu'est ce que j'ai picoré de la graine à me faire péter les neurones et me fêler le qamum sans que cela ne m'achète une conduire tellement je suis indécrottable et qu'on ne se fait pas sachant comme on se fait plombier sofagiste.

La lecture de ces éminentes contributions fut pour moua une vrai madeleine de prout … de Proust , de Proust, que je me rattrape séant. Elles m'ont rappelé mes années d'étudiant à Paris. Notamment ce moment où dans les chiottes d'une université parisienne je lisais les aphorismes, les slogans et les sentences soixante-huitards truculents qui tapissaient ses murs : Je ne veux pas perdre ma vie à la gagner », « Soyez réalistes, demandez l’impossible » ,« Cours camarade, le vieux monde est derrière toi », « Ni dieu, ni maître »Des vers lumineux sont restés gravés dans ma mémoire tant ils furent inspirés. Un poète, sans doute maudit, avait écrit ces sublimes mots pleins de poésie :

«  Ô poètes que la merde inspire vous êtes la pour chier et non pour écrire. »

Je me disais à mouamim , en soliloquant tout seul comme Onan, que le Matin-Dized aurait pu inverser cette formule et la graver sur son fronton pour se garder des malotrus like me et de toute ikssissivité.

J'ai lu toutes ces contributions à propos de ce qui se passe .et cela m'a beaucoup cultivé. Alors que moua bougre que je suis me perdant dans l'homophonie et confondant j'ai inversé la méthodologie au lieu de prendre le taureau par les cornes c'est par les couilles que je l'ai pris. J'ai cru qu'il s'agissait d'un problème au-cul-aire alors qu'il s'agirait d'un problème oculaire.

«
Grâce a ces immenses érudits je sais désormais tout sur ''l'Etat profond'' , les forces extra-constitutionnelles pas un seul acronyme ne m'échappe : le CNRA, le GPRA ? LE DRS ? que c'est Said Boutef qui a tué Abane Ramdane et Ouyahia qui a livré Ben Mhidi à Aussares. Oujda c'est au Maroc Ghardim3ou en Tunisie. L'Algérie est indépendante depuis 1962 mais du mauvais coté, ou est-ce le clan d'Oujda qui l'a volée  Il eut fallu savoir tout ça pour comprendre ce qui se passe aujourd'hui. Ceci expliquant cela et même plus si affinités.

Je suis content d'être instruit de tout ça mais je n'ai toujours pas compris l'essentiel , ce qui me pousse à renouveler la seule question qui me taraude.

Dites-moua yerham waldikoum ya lqmaqem ce qui se trame là devant nos yeux et ce qui risque de nous arriver après le 4 juillet.

Si vous n'en savez pas plus que moua , vous pouvez kamim continuer à envoyer vos contributions pour vous branler une notoriété aux frais du Matin-Dized, je m'en tape, mais moua aussi je ne vais pas me gêner pour envoyer mes chiades à la fosse tahta riqabati Sidna le Modéro, bien entendu.

Sinon moua aussi j'ai mon opinion sur le Hirak et si je me retenais pas je vous dirai ce que j'en pense.

Promis juré que je n'y reviendrai plus dorénavant.

Parole de scorpion !

Hend Uqaci Ivarwaqen

Permalien

Ou est passe le fasciste Hassen LARIBI, depute d'un parti islamiste, et porte- etendard de l'ex-fis, qui a avoue a plusieurs reprise qui est l'ami intime du General Toufik, et qu'il lui t'arrive meme a jouer au foot avec lui ?.
Ce fasciste a meme ose demander lors d'un debat sur la chaine tv El-Bilad l'EXIRPATION de la nationalite algerienne a Hocine AIT-AHMED.
Il a fait appel aux islamistes pour reprimer le journaliste Amine Zaoui. Il a exorte, sur les reseaux sociaux les integristes a prendre en main la chose et trouver un moyen de le faire taire.
Lorsqu'il etait epaule par le General Toufik, qui l'utilisait comme un epouvantail, il ne ratait jamais l'occasion pour distiller son venin sur tous ceux qui refusaient d'entrer dans le rang.

Cette sale fripouille doit rendre des comptes pour ses manigances avec Toufik et pas mal d'autres generaux, et sans oublier ses relations avec Le Milli Istihbarat Teskilatı [MIT, service de renseignement turc).

Permalien

Makri roule Pour erdogan le frère musulman comploteur Turc.
La fille de Gaid Salah roule Pour la DGSE française et son mari médecin à l'ambassade de Paris négociant bien des secrets de: intérêts familiaux et claniques en France......
Général Gaidi larbin de Gaid Salah à la DCSA vend tout aux Français et autres occidentaux
Ghali Belkesir ce larbin mostaganemois de Gaid Salah à la tête de la très corrompue gendarmerie algérienne fait dans la fabrication de fausses preuves contre ceux arrêtés précédemment à Blida et desingorme gravement le chef de,: état major de l'armée le poussant à l'erreur fatale de confrontation avec le peuple.
Ce rôle de désinformation de la gendarmerie est concurrencé par Kara Bouhadba actuel directeur de la police a travers les BRQ des renseignements généraux tous Faux et en surenchère sur ceux du DOS de la gendarmerie.
Autrement Gaid Salah avec des trois larbins sécuritaires risquent de Lourdes et graves surprises.
A dieu ne plaise bientôt la parole wa Al hadra va déteindre de la Scène politique des militaires putchistes et un autre langage s'installera Celui des armes.

Ajouter un commentaire