Aller au contenu principal
Body

30 ans après, l’ADN DZ décrypté par Chadli, certifié par… Benflis !

La rengaine indigeste de l’Amazigh arabisé par l’Islam…b’seif !

Sur l'identité, Ali Benflis a fait sienne la déclaration de Chadli Bendjedid : "On est Amazighs arabisés par l'islam"

En préambule à ce petit coup de gueule semi-sarcastique, quelques petites anecdotes et souvenirs intimes en lesquels, nombreux sont ceux de la génération post-indépendance qui s’y reconnaîtront. Comme chacun et chacune le sait, le respire et le sent, de gré ou de force, en Algérie, il est impossible de ne pas baigner dans le culte endoctrinant dès les premiers regards interrogatifs jetés sur le monde qui vous entoure. Qui n’a pas les blocs mémoire saturés de souvenirs et d’images de ces rituels de prosternations multi-journalières auxquels s’adonnaient nos aïeuls, aux rythmes des cinq prières, attisant curiosité et attrait, à mesure que l’on se saisit du fait que ces ânonnements, récités souvent à voix haute, ne correspondent en rien au vocabulaire de communication usuel qu’on nous inculquait ? Qui ne se souvient pas de ces cérémoniaux de la 3achoura, de l’aïd, du mouloud, etc., que nous accueillions avec un enthousiasme et une agitation telles que chaque quartier du village se chargeait de joie et de jubilation juvéniles enflammées dès les premières lueurs de l’aube, quasiment en phase avec les chants du coq et les premiers hi-han de l’âne qui nous servaient de réveille-matin ?

Dans mon village perché sur la plus belle colline de Kabylie, l’immersion dans cet univers mystique, qui portait en lui toutes sortes d’empreintes d’un ailleurs féerique, avait gagné en profondeur le jour où un Cheikh marabout débarque avec femme et enfants, quelques années avant le départ des roumis, pour occuper notre djamaa. Un homme de foi missionné par je ne sais qui, pour prendre en charge les gamins et les adolescents oisifs et leur enseigner l’essentiel des versets et des sourates coraniques (avec les révélations explicites du prince héritier saoudien qui remet l’expansion du wahhabisme sur le dos des associés d’iblis et de la monarchie Al-Saoud, c’est à se demander si ces missionnaires de la parole d’Allah ne furent pas diligentés par l’armée des frontières, à la demande des alliés du Caire de Ben Bella et Boumediene, à leur tête Gamal Abdel Nasser). Aux premiers jours de l’arrivée de cette famille sainte, côté femmes, le village était en effervescence quasi permanente, car il se susurrait que l’épouse et les filles d’un marabout de ce rang n’étaient pas autorisées à se montrer en public. Il fallait donc organiser une rotation de service afin que chaque famille puisse aller à la fontaine puiser et livrer un plein de bidon d’eau chaque matin à ce vénérable foyer. Je me souviens, comme si c’était hier, que nos pauvres petites mamans attendaient leur tour avec impatience et fébrilité, croyant sans doute récolter la fameuse baraka du ciel pour services rendus à ses missionnaires. À cet égard tout le village avait perçu d’un bon œil la protection divine dont nous allions désormais bénéficier, sous l’aura de son représentant, notre auguste Cheikh et sa vénérable lignée ! Tous, sauf les proches du vieux Ouelhous, un ancien baroudeur de la 2ème guerre mondiale qui ne s’en laissait pas conter facilement, formaté par la jeunesse hitlérienne, pour combattre la France à sa façon, nous disait-on, à une conduite anticonformiste !

Je ne me souviens plus pourquoi, peut-être étais-je malade ; quand la classe fût composée, je n’étais pas présent ! C’est donc avec quelques jours de retard que j’osais rejoindre mes camarades et me présenter devant notre honorable maître afin de demander sa permission d’intégrer la classe, la « louha » (ardoise en bois) entre les mains, en guise de preuve de ma détermination à m’imprégner de ces versets que mes grands-parents ânonnaient du matin au soir sans en comprendre un traître mot !

- Tu es trop petit, me lança le cheikh, tout de go !

-Mais… « an3am a cheikh », lui et lui, ils ont mon âge ! et l’autre là-bas, je suis plus grand que lui de 2 mois ! osais-je rétorquer, l’index pointé successivement sur une série de camarades.

-Nighakh ALLA ! khech meziyedh ! NON ! te dis-je, tu es trop petit ! relança-t-il, le regard se faisant apeurant pour me dissuader d’insister.

C’est vrai qu’en terme de taille, j’étais plutôt défavorisé par rapport aux autres gamins de 6 ans ! Mais c’est quasiment la mort dans l’âme que je quitte el-djamaa, le visage en pleurs, des nœuds de rage en travers de la gorge, ne comprenant pas ce traitement de disgrâce dont j’étais l’objet ! Le jour suivant, apaisé, je m’enhardis à revenir sur les lieux où se jouait notre avenir d’omniscients célestes. Mais au lieu de courir le risque d’un 2ème affront, je me suis installé sur une petite plate-forme, à hauteur de l’unique fenêtre de la mosquée, pour écouter les versets que faisait répéter inlassablement le Cheikh, avec une intonation psalmodique qui s’amplifiait de façon exponentielle à la teneur de ce qui était mémorisé par mes camarades d’outre-fenêtre. Chaque jour, en fin d’après-midi, je m’accrochais à ce rituel, auquel je prenais goût, sans que qui que ce soit ne m’encourage ni ne me décourage à le perpétuer ou y mettre fin ! Et c’est ainsi que me fixant obstinément à cet agenda, j’avais réussi à retenir toutes les « ayats » (versets) professées par notre Cheikh, ingérant goulument les sons et les récitations coraniques qui franchissaient les persiennes de la petite fenêtre. Il faut rajouter que pour amplifier l’atmosphère mystique, les cours de récitations coraniques se faisaient porte fermée et volets clos ! J’en avais tellement retenu que je m’amusais souvent à défier mes camarades les plus sérieux au jeu du « qui sait réciter les versets » ! Je ne sais qui a voulu faire de nous de bons croyants attentifs à la récitation du Coran, mais le coup fût réussi ! car nous étions devenus, en quelques semaines, et autant de versets, de bons croyants sachant réciter le Coran, même si à l’époque la signification de ces rimes aux tonalités amusantes, comme « tebet yada abi-lahabi » et autres « a3oudou bi rabi nassi, maliki nassi » …et tutti quanti el’falassafi, nous passait par-dessus la tête, tout autant que nos grands-parents !

Les années passent, les rituels religieux se suivent, les ramadhans se ressemblent pour maintenir une foi raffermie à l’inébranlable ! Comment peut-on prétendre penser et vivre différemment de la bonne et pieuse société qui nous a formé, en plus du bagage maraboutique accumulé pour conforter des codes de vie rythmés par des cadences bien assimilées ?

Discipline et obédience totale aux règles, aux us et coutumes du terroir donc, de la tendre enfance au terme de l’adolescence……Jusqu’à ce jour mémorable où, en classe de seconde, au lycée Emir Abdelkader, à Alger, au début des années 1970, entre deux textes, l’un de Voltaire et l’autre de Rabelais, la comparaison des styles de ces deux géants de la littérature nous fait aborder le sujet de la religion. La sentence « fainéants sacrés » de Voltaire ayant été à l’origine de la petite digression. Les débats parmi mes camarades se croisent et se surchauffent, entre ceux qui approuvent ce verdict Voltairien et ceux qui le désapprouvent, d’autant que Brecht et le procès intenté à Galilée par les gardiens du temple pour hérésie (et pourtant elle tourne !) s’étaient invités dans nos débats ! Je dois avouer qu’à l’entame des empoignades verbales, ce jour-là, je penchais plutôt du côté de la désapprobation et du blâme pour Voltaire, baignant encore dans l’appréhension de froisser Allah et son messager préféré, par quelque écart de pensée à contre-versets. Quand la classe retrouve son calme, Madame B., notre professeure de français, une Algérienne d’une élégance physique et intellectuelle qu’on ne rencontre plus dans les écoles du pays, nous fixe rangée par rangée, binôme par binôme, avant d’émettre son propre avis. Baissant la voix, l’œil rendu vigilant par l’inquiétude, elle surveille la fenêtre pour débusquer quelque oreille indiscrète qui espionnerait ses dires ; quasiment en chuchotant, par petites saccades elle assène : « Vous savez mes enfants…on a beau dire…. L’Islam… nous a été imposé… par l’épée » ! Et…Vlan, un bon coup de massue sur la petite cervelle qui croyait avoir tout compris et tout décodé de la vie !

S’en suit une série de petits rappels historiques concernant ces conquérants venus d’Orient pour nous offrir la protection des cieux médinois à travers leur langue et leur confession !

Je n’écoutais même plus les explications de la prof., car dans ma petite caboche, la petite formule avait fait mouche, sous forme de vlan, crac, boum, hue ! à défier tous les coups d’épées portés aux hypocrites insoumis par Khalid Ibn el-Walid, alias Seif-Allah el-Masloul, le général Major de l’armée de Mahomet ! Une simple phrase prononcée par votre professeure et voilà qu’une explosion « big-bang-tesque » détonne dans votre petite cervelle ! Une simple formule chuchotée, la peur au ventre, et voilà que le trou noir qui vous retenait prisonnier de sa force gravitationnelle titanesque vous éjecte pour vous propulser dans l’Univers ! Un Univers soudain rempli d’étoiles, de galaxies, d’astres lumineux et de supernovas intellectuelles qui vous entraînent vers une réflexion intérieure ! vers un feu d’artifice de dimension céleste qui s’opère dans une cervelle trop exiguë pour contenir ce magma gigantesque de questionnements métaphysiques et entretiennent l’ébullition de votre matière grise ! Au finish de la réflexion personnelle surgit une interro-affirmation béante d’évidence : « comment diable peut-on se laisser berner par l’idée qu’Allah soit si féroce et impitoyable envers ses créatures, au point de charger ses cavaliers de répandre un message de paix par l’épée et des versets cryptés inaccessibles aux illettrés non arabisés ? »

Ce jour-là, je sus enfin la signification du mot Liberté ! je venais d’être libéré par une simple phrase et une enseignante qui a su faire mouche ! Une phrase qui vous dicte : ne pense plus comme on veut que tu penses ! ne vois plus comme les autres veulent que tu voies ! ne réfléchis plus comme on veut que tu réfléchisses ! n’apprends plus comme les autres veulent que tu apprennes ! Je compris enfin que le monde se devait d’être découvert de l’intérieur de soi, et que la finalité première d’un long parcours scolaire est de vous munir des outils nécessaires pour sonder ce monde, l’appréhender à votre façon, quitte à dévier d’une « sirrat el-moustaquim » soudainement devenue tortueuse sous un angle de vision approprié ! Quel enseignant oserait, de nos jours, en Algérie ou ailleurs, s’aventurer à démystifier la supercherie imposée par l’épée et libérer la parole de ses élèves, leur apprendre à réfléchir au lieu de les gaver de déclamations et, par cœur, tout engloutir ?

Oui, je sais, je m’égare dans un préambule supposé être court, alors que ce petit coup de gueule se destine à objecter deux petites phrases noyées dans le dernier discours d’Ali Benflis. Une première qui énonce « Le peuple algérien est amazigh arabisé par l’islam » et une deuxième qui s’emboite sous forme de syllogisme à visée purement électoraliste « Le recouvrement de l’identité de notre Nation est un combat commun à tous les algériens ». -Ce combat, nous le mènerons tous ensemble, si le peuple arabisé s’accorde à me confier sa destinée, en corollaire évident à telle déclaration ! N’est-ce pas El-Hadj Ali ?

De prime abord, comment peut-on prétendre recouvrer une identité dévoyée tout en persistant à la noyer dans ce qui l’en a dépossédé et s’acharne toujours à en dégarnir la société, y compris, et surtout, nos tribus (au sens affectif) qui résistent encore aux assauts de ces insanités qui surgissent du côté obscur de l’Orient, et que nos dirigeants prennent, au nom du peuple, pour argent comptant ? Par ailleurs, on ne nous fera pas croire qu’au-delà de l’inquiétude légitime des berbérophones de voir disparaître ce patrimoine culturel unique, hérité de milliers d’années de transmission orale, les Amazighs arabisés par l’islam se soucient peu ou prou du destin de cet héritage livré à une vilaine dépréciation par ceux qui clament et se réclament, souvent avec impertinence et fierté, de lignées lointaines de l’ADN berbère ! Ah si l’ADN du peuple pouvait s’exprimer ! Elle en serait surpris(e ?) la madame Naïma Salhi !

Décodée au premier degré, la phrase « Peuple algérien arabisé par l’Islam » est un déni manifeste de citoyenneté à tous ceux (et nous sommes bien plus nombreux que le pouvoir s’acharne à le faire croire !) qui résistent (pour combien de temps encore ?) a une arabisation tous azimuts, très mal engrenée dans la société. Énoncer, comme le fit Chadli « je suis amazigh, walakine 3arabni el-islam » est une chose, ça n’engageait que lui ! bien que dans l’idée de Bendjedid et de ses conseillers, à leur tête l’homme au parapluie, il s’agissait de calmer l’ardeur des berbérophones et leur désir de reconquérir un terrain intellectuel envahit par un obscurantisme ravageur ! On connaît le résultat ! Cependant, parler de « peuple arabisé par l’islam » dénote une pensée de mépris et de reniement du terroir au profit de ceux qui s’acharnent à éliminer toute trace d’une sève millénaire, en s’adonnant à du harcèlement pervers, voire de guérilla intellectuelle, de son identité, depuis de nombreuses, de trop nombreuses générations ! à moins qu’il ne s’agisse d’un clin d’œil, à la Chadli, à ces groupes extrémistes, toujours aux aguets ? Il est temps, grand temps de mettre fin à ce carnaval de falsifications que les uns, les plus agressifs, s’accaparent pour perpétuer la spoliation de l’héritage des autres, avec pour unique option pour les héritiers, celle d’abdiquer ou de quitter le pays ! Ce que nous avons tous fait, et que d’autres s’apprêtent à faire, y compris la battante Amira Bouraoui !

Vous avez beau anathématiser une évidence affûtée depuis des milliers d’années, réaffirmer, attester par tous les Saints, Chrétiens, Juifs ou Musulmans, et oser reproduire les erreurs de vos pairs, avec cette légèreté propre à tous les politiciens du sérail ; que cela vous comble ou non, une bonne partie, sinon la majorité, du peuple algérien n’est pas arabisée ! Evidemment, quand on limite ses petits déplacements aux grandes villes du pays, on a l’impression que la langue importée de Médine partout domine ! Alors qu’il n’en est rien !

Quand bien même la langue du « achraf el-mourssalines » supplanterait nos parlers du terroir, çà et là dans les cités du pays, quid des populations qui n’ont pas subi l’arabisation de plein fouet ? Ne parlons pas de celles qui refusent la soumission au diktat islamique et qui ne font pas Ramadhan ! Celles-là, vous les mettez carrément en prison, à défaut de pouvoir les expulser aux territoires « d’iblis » ! Selon l’énoncé d'Ali Benflis, nous serions donc des millions à ne pas faire partie du pays ! à moins que, dans cette logique impénétrable ; en Algérie, il y aurait des Amazighs arabisés par l’Islam, fiers et valeureux, et les hypocrites qui s’éloignent de la « sirrat el-moustaquim » ! Comme ces derniers sont déjà condamnés à la géhenne du ciel, inutile de les comptabiliser sur Terre et courir le risque de faire baisser la valeur moyenne des « hassanats » collectives attribuées à tous les groupuscules qui se revendiquent « ahbab-Allah » au pays !  

Pour rappel, la population algérienne ne compte pas moins de 7 millions de Kabylophones (répartis entre l’Algérie et la France pour l’essentiel) et 3,5 millions de Chaouis qui parlent encore berbère, selon certains recensements. Et encore ! ces chiffres ne doivent tenir compte que de délimitations géographiques établies par le pouvoir, dans le but de réduire et de dominer ces composantes ethniques qui grippent une machine de subversion massive bien huilée qui véhicule les combines bien rôdées des temps reculés, et que le pouvoir reproduit, en élève appliqué de la sornette et de la supercherie !

Cela me renvoie à cette autre anecdote qui confirme les déductions précédentes. Il y a de cela 4 à 5 ans, nous nous sommes retrouvés, mon ami Jiji et moi, au comptoir d’un bar du 20ème arrondissement, à Paris. Comme à chacune de nos rencontres, nous prenons un malin plaisir à remuer nos tripes originelles en conversant en Kabyle, à haute et intelligible voix, le patron s’adresse à nous avec un « achou ar’ath’swem ? » (qu’est-ce que je vous sers) fort approprié !  Aux questions habituelles sur nos régions d’origine, nous apprenons que notre barman est natif de Sétif ! Face à notre étonnement de voir un Sétifien parler Kabyle comme nous, sans la moindre différence d’intonation ou de vocabulaire, le patron en rallonge un bon coup : Eh oui mes frères ! contrairement au discours des guignols qui nous dirigent, et qui veulent que Sétif fasse partie de la zone arabophone ; à quelques kms, à peine, de la ville, nous sommes aussi Kabyles que vous qui êtes d’Akbou et de Tizi-Ouzou ! Et vlan ! sur nos « kamums » (clin d’œil à Hend) interloqués !

Il est fort à parier que si, dans sa petite jeunesse, monsieur Benflis s’était éloigné de quelques kms de Batna, il aurait certainement eu quelque maille à partir avec les Chaouis de la campagne, lui l’Amazigh fier d’avoir été arabisé par l’Islam ! Sans doute qu’à Batna ville, parle-t-on arabe, mais que parle-t-on du côté de Tazoult, de Tigharnimine ou d’Inoughissen ? Faites-y un petit tour, un de ces jours, Monsieur Benflis ! Si les « izouran » (racines, en Kabyle et en Chaoui) des Aurès ne jaillissent pas de la terre de vos ancêtres pour vous libérer de vos parjures et extirper de vos cellules ce serment de fidélité à la cause des conquérants médinois, c’est que vos propres gènes ont subi des modifications congénitales irréversibles ! Allah ghaleb ! vous seriez alors irrécupérable à jamais pour la cause de nos terroirs !  À vous tout le bonheur d’un peuple Amazigh arabisé par l’Islam ! Mais de grâce, soyez fair-play, rajoutez donc «de force » ou « par l’épée » à votre sentence ! Maintenez vos rôles de soubrettes d’une Histoire et d’un peuple falsifiés, nous livrerons la sève de nos racines, mus par l’obligation et le devoir de vérité ! « zikh wa ihadrits iwayedh, assa dh’elkaghedh, atsidafene ineggourra ! ».

Peuple arabisé par l’Islam ! Quelle grossièreté ! Quelle ignominie ya Saïd l’accessible, ils nous font là, ces vieux papys !

Si c’est avec de telles formules, énoncées à l’emporte-pièce, qu’Elhadj Benflis espère conquérir le pouvoir et poursuivre le matraquage arrogant infligé par ses pairs, autant prier Dionysos pour le 5ème mandat de Bouteflika ! Au moins, avec Bouteflika, sachant ce qu’on a, on sait à quoi s’attendre ! Avec El-Hadj Benflis, circulez, y’a rien à interpréter ni comprendre ! Tout est travesti dans un énoncé à tous nous maudire et nous pourfendre : « Le peuple algérien est amazigh arabisé par l’Islam »…b’seif ! Quel postulat ! Traduit autrement « Berbérophones de tous bords, allez vous faire pendre ailleurs que là où je suis, là où je veux gouverner sur les amazighs arabisés en toute docilité ! ».

Venons-en au 2ème postulat « Le recouvrement de l’identité de notre Nation est un combat commun à tous les algériens ». Pas uniquement aux Kabyles, on a bien compris !

« Amma ba3d » ? Mais encore ? quelle identité un peuple arabisé par l’Islam doit-il recouvrer au juste, lui à qui on fait accroire qu’en ayant été arabisé et islamisé, il a été extrait du rang des hypocrites pour s’aligner sur une grâce céleste qui a transité par monts et par vaux, avant de l’atteindre par…l’épée de cavaliers farouches qui se sont octroyé le titre de messagers ? Une fois la doctrine infiltrée pour se propager et ronger la société, il n’y a plus d’identité qui tienne sinon celle de ces Koraïchites et de ces Alaouites qui se chamaillent et s’entretuent encore au voisinage de la Kaaba, au moment où les télescopes Hubble et Kepler leurs intiment de mettre fin à d’absurdes querelles, opérées au nom d’une préférence céleste que les uns s’attribuent pour mieux dominer les autres ! Et ça ne fait que se compliquer puisque le prince héritier d’Arabie prévoit une guerre avec l’Iran dans 10 ans !

Nous concernant, ce combat commun à tous les algériens pour retrouver notre identité (pour ceux qui l’ont perdue) consiste à quoi faire, finalement ? Accepter quelques cours de tamazight sous le haut patronage du ministère des affaires religieuses et des wakfs pour les arabisés ? Maintenir et renforcer une arabisation forcenée pour les berbérophones égarés ? Quelle bonne blague ! De leurs tombeaux, nos aïeuls s’égosillent et vous intiment d’arrêter ces plaisanteries qui n’ont que trop duré ! nous, on s’est fait entuber par les Hilaliens mais Vous, laissez nos enfants tranquilles ! ils ne veulent ni de votre arabité ni de votre islamité, tonnent-ils du cimetière !

Vous ne le savez peut-être pas, mais dans nos stades, de Constantine à Oran, des voix se sont souvent élevées pour hurler « y’en a marre de l’arabo-islamisation ! ». Evidemment de telles agitations, à coups de décibels assourdissants, sont très vite étouffées ! Même YouTube s’y met pour supprimer des vidéos explicites de ces cris de cœur d’un peuple opprimé par les combattants d’une cause allogène pour lesquels l’Amazighité est le dernier des soucis !

Quand aurons-nous droit à des discours politiques lucides et courageux qui évacuent l’Arabe et l’Islam de la course au pouvoir ? Une fois, juste une fois avant de mourir, puissions nous lire un exposé politique qui énonce en avant-propos et en conclusion « les religions sont des supercheries dont il faut libérer nos sociétés, surtout celles que la langue arabe a abruti ! » Dieu que nous quitterions ce monde tranquilles et apaisés de savoir que l’avenir du pays est assuré sans démagogie ni sornettes inventées ! Mais qui, qui a les tripes et les gènes berbères libérés pour oser parler vrai ? Benbitour ? Boukrouh ? Benflis ? Beni-Oui-Yahia ? Vous en conviendrez, ça sent trop le roussi et les brasiers de fiers conquérant Amazighs arabisés, ces noms-ci !

Non monsieur Benflis ! aucun prisonnier de la coalition mystique, comme vous et vos amis FLiN-tox, ne peut prétendre libérer un peuple qui aspire et revendique son droit d’être libre dans la tête !  Mais nous avons bien compris la petite stratégie, celle qui se transmet depuis Mahomet. Que deviendrait le fonds de commerce, les dividendes et les butins à partager si on ne peut plus se permettre de berner les endormis, et du doigt pointer, en jouant aux Messagers, les hypocrites maudits que sont les égarés du droit chemin tracé dans une grotte d’Arabie par des soiffards de butins et de pouvoir, comme ceux de la petite famille révolutionnaire et de ses nombreuses factions !

Depuis des siècles, c’est les mêmes chansons, les mêmes compilations, en musique et en compositions ! Quoique rébarbatives à mourir, d’autant que ça ne chante et ne parle que de mort, ces psalmodies héritées de l’antiquité se sont transformées en véritables marchepieds pour l’accès au trône, mais l’Histoire de l’Algérie, celle confectionnée par ses enfants non arabisés par l’Islam, retiendra que tous les séides qui l’ont dirigée, autant que ceux qui aspirent à les remplacer, ont fait preuve de complicité avérée avec les cavaleries d’Arabie, venues s’emparer, par le sabre et les canulars mystiques, des terres et des trésors du pays !

Décidément, aucun homme politique digne de ce nom ne donne l’impression de vouloir oser remettre les pendules à l’heure 2018. Ils pataugent, barbotent, s’empêtrent tous en voulant imposer au peuple un calendrier politique et social en retard de 14 siècles !  Je veux bien croire qu’en comparaison à leur QI supérieur de la ruse médinoise, nous soyons tous relégués aux rangs d’abrutis certifiés, mais tout de même, un peu de retenu bonté divine ! Il n’y a pas à dire, Mo Ibrahim, le milliardaire Soudanais, a bien résumé nos papys FLiN-tox : ils s’acharnent tous à entrainer le pays dans la tombe pour ne pas s’y sentir seuls, noyés dans le nauséabond de l’intox éructée !

Inspectée de près, la formule élémentaire de Benflis « Le peuple algérien est amazigh arabisé par l’Islam » porte en elle le fardeau et les récits millénaires de nombreuses capitulations forfaitaires !

Ainsi va l’Histoire des hommes ! Le plus fort a toujours raison ! Le rusé se convertit et finit par défendre le conquérant et sa cause ! Le niais vaincu en cueillera juste assez pour gémir sa prose !

Peut-être serons-nous libres, un jour ? plus tard, lors du dernier saut, de l’enfer à l’Enfer !

Auteur
Kacem Madani