Aller au contenu principal
Body

ARBITRAIRE

La répression en chantant !

D'importants renforts policiers ont été dépêchés à Kherrata pour r éprimer les manifestants. 

La situation est particulièrement tendue à Kherrata. Cette ville historique qui porte les séquelles de la répression de mai 1945 a connu ces derniers jours de nombreux heurts entre manifestants et policiers. 

D'importants renforts policiers ont été dépêchés par les autorités à Kherrata. Des dizaines de jeunes ont été arrêtés. Certains relâchés.

Malgré quelques voix qui tentent toujours de garder un semblant de dissidence, notamment à travers les réseaux sociaux, l'ambiance est plutôt à la la répression tous azimuts. 

Les rafles de citoyens activistes se poursuivent principalement en Kabylie. Après avoir violemment réprimé les manifestations de Kherrata, la chasse aux militants se poursuit. Impitoyablement. Avec la volonté aveugle d'annihiler pour longtemps toute velléité de manifestation.

Le régime ne recule devant aucun procédé pour se prémunir d'un retour des manifestations du Hirak. Impopulaire en diable le régime de Tebboune craint plus que tout la reprise des manifestations. La meilleure illustration de cette hantise d'une dissidence populaire ce sont ces arrestations massives et quotidiennes. La liste des citoyens arrêtés ne cesse de s'allonger. 

Le régime joue sur tous les registres pour endormir la conscience par ailleurs éveillée des Algériens. Les droits de l'homme sont violés. La présomption d'innocence est systématiquement bafouée....Les médias mis au pays. 

Arrêté aujourd'hui, Mohamed Bouagar a été placé en garde à vue au commissariat 5e de Bab El Oued en attendant sa présentation devant le procureur du tribunal de Bainem, rapporte le CNLD.

En Kabylie, les arrestations de militants pacifiques sont nombreuses. Abdennour Saidi, Arezki Oulhadj, Zahir Djemai et Ali Mimoun ont été placés en garde à vue au groupement de gendarmerie nationale de Bouhinoune (Tizi Ouzou), en attendant leurs présentations devant le procureur.

 Abdenour Saidi a été arrêté jeudi 2 septembre par la gendarmerie nationale à côté de son domicile à Ath Zmenzer (Béni Douala). Abdennour Saidi est amputé de ces deux jambes à cause du diabète.

Arezki Oulhadj a, lui, été arrêté aussi jeudi 2 septembre avec perquisition au domicile au village Tifilkout (illilten).

Zahir Djemai arrêté le même jour avec perquisition au domicile familial au village Abourghes, commune Illoula Oumalou.

Ali Mimoun du village Akenjour, commune de Béni Zmenzer a été arrêté dimanche 5 septembre à 19h avec perquisition au domicile familial, annonce le CNLD. Il est placé en garde à vue au groupement de la gendarmerie nationale de Bouhinoune avec d'autres personnes en attendant leurs présentations devant le procureur, ajoute la même source.

Plus de 210 Algériens sont détenus pour leurs opinion. Pendant ce temps, président, ministres, députés, journalistes aux ordres parlent et dissertent en chantant sur une Algérie irréelle.

Auteur
Sofiane Ayache