Aller au contenu principal
Body

Tribune

La république de la Taqiya ou l’art de l’enfumage

"Quelque soin que l'homme prenne à se déguiser, son naturel le fait tôt ou tard paraître tel qu'il est ". Etienne François de Vernage

La journaliste Layla Haddad qui s’est adressée par vidéo au président Bouteflika depuis le siège du Parlement européen à Bruxelles, n’a fait qu’un constat. Elle n’a dit tout haut que ce que tous les Algériens savent et pensent tout bas : le président n’est que l’ombre de lui-même et qu’il est dans l’incapacité de diriger (n’en déplaise aux courtisans flagorneurs, aux lèche-bottes et autres…)

Petit bémol, c’est que Bouteflika n’est pas victime comme elle le dit. Cette situation, c’est lui qui l’a voulue. Donc il assume. Un bon dirigeant politique respectueux des principes démocratiques, doit être prévoyant, préparer sa relève et savoir quitter au bon moment et surtout avant qu’il ne soit exécré par tous. Il ne doit pas agoniser sur le « trône » en faisant souffrir tout un peuple et en hypothéquant l’avenir de tout un pays! Lui, il a bien choisi de mourir sur « son trône » le sceptre à la main !!!

Suite à cette vidéo, la réaction du pouvoir algérien ne s’est pas fait attendre. Il a réagi comme à l’accoutumée, d’une manière disproportionnée et par l’insulte, l’intimidation et la menace. Pourquoi le pouvoir algérien était si fort courroucé ? Par les propos de la journaliste Layla Haddad ou parce qu’elle a tenu la vidéo à partir d’un lieu emblématique (siège de l’UE) ? Ou les deux ?

Mais cela ne change rien au fond du problème ni à la nature du système.

Qu’on soit d’accord ou pas avec la journaliste, une évidence s’impose : oui Bouteflika est malade, pratiquement aphone, il n’est plus apte à diriger le pays .Tout le reste n’est que mensonge et enfumage. De la propagande du pouvoir algérien. Il veut « pétrifier » la pensée et la raison.

Toute la planète le sait, tellement c’est devenu risible ! On ne peut cacher le soleil avec le tamis comme le dit un proverbe !

C’est l’unique pays au monde à être dirigé par un impotent idolâtré qui gouverne par procuration, et ne s’adresse plus à son peuple depuis des lustres que par des communiqués. Peut-être est-ce une invention de l’Algérie qu’il faut breveter afin qu’elle devienne un mode de gouvernance et où l’esclave va remercier son maitre pour les fers qui « ornent » ses pieds ?

Les faits sont têtus. Et ce n’est nullement une vue de l’esprit ! C’est un constat ! Et un bien triste ! C’est unique dans les annales de l’histoire contemporaine.

Cette journaliste n’a fait que son travail et a dit ce que les autres taisent ! Où sont les phallocrates virils ? Mais au fond de lui-même, ce pouvoir moribond et carnavalesque le sait très bien, aucun pays ne le prend plus au sérieux, mêmes certains pays de l’UE qui le sponsorisent et ferment les yeux sur ses abus (intérêts obligent). Tellement ses réactions sont imprévisibles et relèvent du grotesque.

La politique de ce régime autocratique, avec sa conception restrictive et étriquée des libertés et droits fondamentaux est de faire diversion en détournant l’attention de l’opinion internationale, en essayant de la convaincre de la « justesse » de sa vision liberticide au nom de la soi-disant lutte antiterroriste.

Cette dernière est devenue naturellement son fonds de commerce pour camoufler son « projet politique » et sa banqueroute! Alors qu’il est aux antipodes de la vraie lutte antiterroriste (même l’Arabie Saoudite matrice de l’extrémisme islamiste a une chaîne antiterroriste pour induire le monde en erreur!!): politique interne réactionnaire, culture de l’intolérance, de l’extrémisme intégriste, discours haineux, xénophobie, misogynie, etc. C’est sur un pareil terreau que se développe l’intégrisme islamiste.

Pour cela, il suffit aussi d’écouter ses discours, de regarder «ses télévisons », lire « ses journaux » pour mieux s’en rendre compte de sa nature sournoise : archaïque et réactionnaire pour ne pas dire rétrograde !

La seul chose qui intéresse ce groupe de gérontocrates n’est ni l’avenir de l’Algérie et encore moins son épanouissement, mais de «régner » et de cumuler le plus de richesse possible et ce avant la fin de l’ère des hydrocarbures ! Et là tous les moyens sont bons (religion, diversion, politique du complot etc.) pour entretenir la peur !

Que dire d’un système politique qui n’arrive même pas à gérer une simple session du BAC ! Quel pays de la planète peut se targuer, couper internet et isoler totalement son peuple du reste de la planète pour un examen ? Même G. Orwell ne l’a pas anticipé dans sa célèbre dystrophie !

Après plus d’un demi-siècle d’indépendance, le constat est plus qu’amer. Le pays s’enfonce de plus en plus dans le marasme. Ses enfants le fuient sur des barques de fortune et au péril de leurs vie vers des pays où ils rêvent d’une vie meilleure et aussi de s’épanouir ! Une vraie honte ! Un véritable camouflet infligé à Bouteflika et sa politique !

N’est-ce pas là aussi un fiasco et une faillite de toute une politique basée sur le mensonge et les mythes ? Quand l’incompétence le dispute au ridicule, et où un gouvernement (rempile), est apprécié selon sa docilité (cas Ouyahia) et n’est aucunement soumis à des obligations de résultats, on comprend clairement de quel système il s’agit. Il ne faut donc s’attendre à rien de bon pour l’Algérie!

Comme disait Albert Einstein : La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent.

Mais depuis que le président Bouteflika est grabataire, la situation s’est empirée, et est devenue plus que vaudevillesque. C’est la navigation à vue ! Et dans tous les domaines ! Tout est occulte et incohérent ! Chaque clan essaie d’avancer ses pions pour peser sur les décisions prises et s’assurer de cette manière une part du gâteau !

On voit de simples voyous devenus milliardaires (dans des affaires opaques et illégales) en peu de temps et influencer même des décisions politiques engageant l’avenir de l’Algérie ! La corruption est devenue « légale ».

Par peur d’une explosion sociale (qu’il ne peut empêcher d’ailleurs), ce pouvoir n’admet aucune vraie opposition (pas celle qui émarge bien sûr !). Il a tout balisé. Il pense ainsi juguler toute contestation pacifique. Cette situation ne peut engendrer inéluctablement que la violence. Et c’est ce qu’il cherche comme prétexte pour consolider et pérenniser le système, pour discréditer toute opposition politique sérieuse et par cela toute ouverture démocratique !

Ainsi, pour lui, la place des journalistes, des blogueurs, des défenseurs des droits de l’homme et des libertés, des objecteurs de consciences ainsi que tous ceux qui ne sont pas d’accord avec sa ligne officielle, leur place ne peut être que derrière les barreaux ! Et c’est ce qu’il fait quotidiennement et avec zèle!

Combien de journalistes, de citoyens croupissent en prison sans aucun jugement, pour des délits d’opinions avec des accusations (divulgation de secret d’état, atteinte à la sureté d’Etat, intelligence avec puissance étrangère etc. ) montées de toutes pièces et sans preuves aucunes !

Pour être bien vu et tranquille, Il faut rentrer dans les rangs et être tout simplement servile et radoter les inepties d’un autre âge propres à ce pouvoir ! Les non-conformistes ne sont pas les bienvenus dans « la république » de Bouteflika !

L’Algérie est devenue une grande prison ou toutes les personnes qui remettent en cause « la politique » suicidaire de Bouteflika sont menacées, rasent les murs ou vivent en clandestinité.

Oui, c’est ça l’Algérie de Bouteflika ! L’Algérie de la peur ! L’Algérie des barbouzes !L’Algérie du culte de la personnalité !L’Algérie du crétinisme !

Maintenant, Il est même interdit aux «parlementaires » de dire du « mal » de Bouteflika « le timonier » ! Et ne pas évoquer surtout son impotence et son absence ! C’est un crime de lèse-majesté ! On est plein dans l’irrationnel et la loufoquerie !

Disons à ces messieurs du pouvoir : les Algériens savent tout, et qui vous êtes ! Ils ne vous croit plus depuis bien longtemps !

Mais vous manquez de grandeur Vous n’avez même pas le minimum de dignité ni pour vous ni pour les autres !

Mais continuez à mentir ! C’est hallal !

Cette journaliste a osé ! Et bravo à cette femme ! Voilà ce qui explique cette réaction brutale du pouvoir, et montre une fois de plus son vrai visage et sa vision de l’Algérie qu’il veut construire : rétrograde et liberticide. Il utilise encore et toujours la langue de bois et les représailles.

Ainsi, contre la journaliste Layla Haddad, l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles a réagi dans un communiqué grossier et insultant qui laisse perplexe plus d’un ! Cela démontre ce qu’est l’Algérie de Bouteflika : celle du despotisme !

Sinon comment expliquer qu’au lieu de répondre diplomatiquement (défendre ses maitres) en utilisant le jargon diplomatique, avançant des arguments (elles peuvent valoir ce qu’elles valent ) « diplomatiques », les relais du régime versent dans la bassesse et le vil en fouinant dans la vie privée de la journaliste, en la traitant de tous les noms, utilisant des termes comme : incivisme, comportement bipolaire, vendue, agent invétérée de la subversion etc. Il en va même jusqu’à la mépriser et la traiter de pseudo journaliste !! Ce qui est encore plus grave : il fait ressortir de façon implicite le nom de son mari en écrivant « désormais connue à l’état civil comme étant Mme Lefèvre » (sic) !!! Comme quoi elle est mariée avec un étranger sous-entendu non-musulman !!! Elle n’a donc plus aucun droit !

Ce sont les pratiques que seuls les pouvoirs corrompus et maffieux utilisent contre tous les objecteurs de conscience! Ils sont calomniés, attaqués dans leurs vies privées, leurs croyances, leurs relations etc.

Ils sont ensuite jetés en pâture et désignés à la vindicte populaire ! Pour les discréditer définitivement !

Mais ce que la communauté feint d’ignorer c’est que le pouvoir algérien n’a rien à voir avec le respect de toutes les libertés et droits. Il bafoue tout, mais il est fourbe et distille deux discours :

1- L’un destiné à l’opinion internationale : où il réitère dans ses discours politiques et à chaque occasion qui se présente son respect pour tous les traités et conventions ratifiés ; en faisant semblant de les appliquer et respecter : liberté de la presse, d’expression, du culte, de pensée, les droits de l’homme, etc. alors qu’en réalité il les ignore et les bafoue tous ! Il a eu même le culot de faire semblant de fêter le 16 mai 2018, la journée internationale du vivre-ensemble en paix !!On aura tout vu.

En réalité, les journalistes, les opposants sont emprisonnés arbitrairement pour délits d’opinion, les autres cultes ne sont plus tolérés, les migrants en situation irrégulières font l’objet d’expulsions collectives (alors que la loi algérienne interdit cette pratique) etc.

2- L’autre pour la consommation intérieure :

Aucune autre religion n’est réellement tolérée autre que l’officielle. L’intégrisme de la pensée se propage avec la bénédiction et le soutien du pouvoir.

Même les programmes de télévisions entretiennent et propagent contre toute déontologie et règles de bienséances la violence, l’exclusion et la haine de l’autre .Bien sûr avec l’accord tacite du pouvoir. Le summum fut atteint ce Ramadan !

Des émissions diffusées en prime time (au moment du ftour) ou les enfants sont présents, pratiquement presque toutes les chaînes ont fait une véritable apologie de la violence physique et verbale, des insultes, de la misogynie etc. On se serait cru dans une république intégriste ! Cela relève du domaine de la psychanalyse ! L’Algérie de Bouteflika est gravement malade !

On voit bien que ce pouvoir pratique la taquiya dans ses relations avec le monde extérieur ! Car c’est Hallal !

Mais les pays étrangers ne sont pas dupes ! Au contraire ce pouvoir corrompu arrange bien leurs affaires ! Et tant qu’il y a une goutte de pétrole certains pays occidentaux ne diront rien et consentiront !

Ils savent bien que ce pouvoir ne laissera que désolation et chaos comme héritage.

L’Algérie, comme me le répète souvent un ami, a changé ses repères: elle se referme sur elle-même et a beaucoup régressé par rapport à ses voisins : le Maroc et la Tunisie !

Un mot à Layla Haddad pour conclure : votre simple vidéo a fait bouger le pouvoir plus que tous les palabres d’une certaine classe politique obséquieuse et lâche ! Car ici, rien ne compte et rien n’existe que par et pour le seul maître absolu : Bouteflika !

 

Auteur
Rachid Benal