Aller au contenu principal
Body

ARBITRAIRE

L'activiste Brahim Laalami torturé

La torture se réinstalle-t-elle dans les commissariats ? En cédant aux ignobles pratiques d'avilissement des Algériens, le pouvoir a-t-il donc épuisé les voix répressive pour tuer le mouvement de dissidence ? Difficile de ne pas croire à cette hypothèse quand on voit les sort fait au jeune activiste pacifique Brahim Laalami à Bordj Bou Arréridj.

Dans un communiqué, le comité national pour la libération des détenus d'opinion affirme clairement que le jeune Brahim a été battu et torturé avant d'être présenté devant le procureur. 

L'activiste de Bordj Bou-Arréridj , Brahim Laalami, qui a été placé hier, jeudi 21 novembre, en détention provisoire par le procureur du tribunal de BBA, au lendemain de son arrestation spectaculaire par des éléments de services de sécurité à Djaafra, a été torturé à l'intérieur du commissariat de BBA durant la nuit du mercredi.

Lors de sa présentation devant le juge hier, jeudi, il avait le visage tuméfié et ne pouvait même pas se tenir debout.
Pour rappel, il a fait l'objet d'un acharnement policier surtout depuis son arrestation à Alger le jeudi 31 octobre à la veille de la marche du 1er novembre, puis kidnappé et transféré à un centre de DRS à Constantine avant qu'il ne soit transféré à BBA après 8 jours de recherche et d'alerte. Et il a été obligé de payer l'amende de 100 000 da mercredi 20 novembre alors qu'il était sous contrôle judiciaire."

 

 

Ajouter un commentaire