Aller au contenu principal
Body

COMMENTAIRE

L’Algérie ou le pays de l'ascension facile ! 

L’Algérie reste le seul pays au monde où les contradictions se marient en toute légalité. La médiocrité reste une relique précieusement protégée par la sphère dirigeante tellement son rendement demeure toujours prolifique.

La compétence n’est jamais une condition requise pour gravir les échelons de la hiérarchie. L’appareil politique du pays veille à ce que l’intelligence algérienne  s’exile tant elle constitue un danger délétère pour la survie du régime en place ! Les élections du 4 mai 2017, massivement boycottées, traduisent d’abord le ras-le-bol populaire. Un message clair de désintéressement criant émane de la base et qui signifie que le défaitisme s’est emparé de la grande masse des Algériens.

En dépit de cette démission historique du peuple des rendez-vous électoraux, les décideurs continuent de se leurrer en croyant que le peuple leur  est toujours acquis.

Faut-il  crier cette vérité haute et forte ? Vérité d’un pays où  les valeurs, les principes et la loyauté sont devenus de simples slogans accouchés une fois que les  campagnes  électorales  surgissent  puis anéantis  juste après que les desseins  sont atteints. La société vit au diapason de la politique de  ceux qui la dirigent et qui la vouent aux abîmes les plus périlleux.

Depuis l’indépendance du pays, l’appareil politique du pays, gangrené d’abord par l’esprit de la vengeance, a imposé l’instinct  du laisser-aller, eu égard au niveau minable de tous ceux qui ont pris le pouvoir par le moyen  de la violence  et  de la fausseté.

Le militaire, en posture de civil,  décide et sème les graines de la  stérilité culturelle et économique,  en sachant que le savoir lui est un ennemi fatal, il convertit alors l’école en  des cantonnements où la bêtise émaille les programmes scolaires, fabrique des milliers de corps sans âmes !

Le piètre niveau de nos universitaires aujourd’hui illustre clairement  le triomphe de l’échec de nos décideurs !  Le pays subit les contrecoups d’une gestion anarchique, l’esprit de la rente domine chez tous nos tyrans, le temps où  le travail devient une vertu  honnie voire abominée par nos concitoyens, résultat d’une doctrine  appuyée par le réflexe du gain facile. 

Un processus d’immobilisme cerne l’administration du pays, où le népotisme et le tribalisme y constituent une  devise prépondérante. La haine pour tout ce qui est positif s’initie prématurément  déjà à l’école, le bon exemple est devenu la risée de la société tandis que l’intelligence reste la grande victime des médiocres qui occupent des postes trop sensibles. 

Un phénomène étrange de promotion s’est manifesté par la complaisance lâche de l’administration, ceux qui se sont alliés au fameux syndicat de l’Etat, C’est-à-dire  l’ U. G. T.A se voient  complaisamment  parachutés aux rangs de directeurs de collèges, proviseurs de lycées en échangeant  leur silence contre des ascensions hiérarchiques  juridiquement interdites.  Ainsi est instaurée l’idéologie  de la jungle avec la grâce ignoble  des commis de l’Etat. 

Dépourvue de tout sens d’initiative, la plus grande masse  de ces chasseurs de privilèges ont intentionnellement transfiguré la noblesse de l’enseignement à un modèle de gabegie animé par l’esprit de la cupidité. Les accusations émanant de la société à l’endroit de l’école et mis à part l’idéologie destructive imposée par l’Etat, demeurent le produit indéniable de ces faux responsables qui ont pu falsifier plutôt ruiner le prestige  de l’éducation nationale !

La corruption qui forme la tumeur de l’Algérie en tant nation, a pu s’intégrer au sein de ce secteur si sensible, la mise en vente des sujets d’examens, suite à des fuites programmées et les procédures pompeuses qui visent à embellir la façade de l’école nationale ont toujours nui à la crédibilité de l’enseignement algérien. Tout le monde court derrière de fausses réputations, du premier  ministre au simple directeur d’école, tant l’ascension vers le paradis des avantagés est très aisée, mais savent-ils en somme que la chute sera plus  mortelle ?  

Auteur
Rachid Chekri
 

Ajouter un commentaire