Aller au contenu principal
Body

FOOT

L’Algérie parmi les favoris de la CAN 2019 ?

Après avoir fait forte impression au Mondial Brésil 2014 en se hissant en huitième de finale, les Fennecs n’ont plus confirmé. Cette belle lancée a été stoppée par des contre-performances au cours des compétitions dans lesquelles ils sont  annoncés comme favoris.

Lors des deux éditions de la Coupe d’Afrique des Nations qui ont suivi le mondial au Brésil,un pays où la jeunesse aime la roulette en ligne, cette formation qui regorge pourtant tant de talent n’a pas convaincu.

A la CAN 2015, ils se feront éliminer en quart de finale tandis qu’au Gabon en 2017, ils quitteront la compétition par la petite porte au premier tour. Ils seront mêmes absents du Mondial qui a suivi en Russie en 2018. Une Absence qui est le symbole de l’inconstance de l’équipe coachée actuellement par Djamel Belmadi. Elle se retrouve à nouveau dans une compétition majeure de la Confédération Africaine de Football. Quel visage vont-ils montrer aux férus du football en Egypte ? La réponse à cette question se dévoilera au cours de la compétition qui se tiendra du 21 juin au 19 juillet. Mais en attendant, ils partent encore avec l’étoffe d’un favori comme à chaque fois et ce, malgré tout.

Une campagne des éliminatoires plus ou moins réussie

Les Fennecs se sont qualifiés lors des éliminatoires de cette CAN Egypte 2019 avec le Bénin dans la poule D. En dehors de la défaite à Cotonou face aux Ecureuils, ils n’ont vraiment pas été inquiétés. Favoris du groupe pour la campagne qualificative, ils ont dominé la poule en se classant 1er.  Néanmoins, ils ne l’ont pas survolé comme les uns et les autres auraient pensé. Comme nous l’avions dit plus haut, il y a eu d’abord cette défaite à Cotonou.

La double confrontation contre les Scorpions de la Gambie n’a pas été non plus un succès. Ils ont concédé un nul à Banjul et un nul à domicile, lors de la dernière journée. Ces trois rencontres ont montré les limites de cette formation qui ne tarie pourtant pas de bons joueurs. En dehors des deux rencontres contre le Togo où Riyad Mahrez et ses coéquipiers se sont sentis à l’aise, au cours des autres rencontres, ils n’ont pas fait preuve d’assez de sérénité. Les rencontres livrées contre la Gambie et le Bénin ont été très compliquées. A Cotonou, face à une équipe des Ecureuils réduite à dix, ils n’ont pas pu trouver la faille. Une campagne mitigée des éliminatoires n’est en revanche pas synonyme d’une mauvaise phase finale de la CAN. L'Égypte sera toute autre réalité. Conscients d'avoir fait une campagne moyenne, ils auront à coeur de de racheter.

Une équipe qui sera à maturité

Après les piètres prestations durant les autres CAN (2015 et 2017), l’Algérie a bien appris la leçon : le football ne joue pas sur papier, mais sur le rectangle vert. Pour la prochaine CAN, grâce à leurs expériences passées, ils pourront vraiment lever leur niveau de jeu et ne plus faire preuve d’assez de suffisance. Cette prise de conscience rendra l’équipe redoutable. Face à n’importe quel adversaire, elle se montrera plus mature.

Son effectif, son atout

L’équipe algérienne est l’une des meilleures formations actuellement en Afrique. Ils ont des joueurs qui évoluent un peu partout sur le continent Européen dans des clubs plus huppés. Certes, une association de vedette ne fait pas le football, mais ces joueurs se connaissent assez maintenant pour pratiquer un beau football et pour rivaliser avec les autres prétendants au titre. Le mélange de génération et en train d’être une réussite. Taxés par la population de ne pas être à la hauteur de la confiance placée en eux depuis quelque temps, ils ont une occasion en or de prouver le contraire.

De plus, ils ont l’élimination précoce de 2017 à se faire pardonner. C’est avec cette rage que l’équipe se pointera en Egypte. La rage de vaincre, la volonté et la détermination sont les armes qui rendent l’Algérie dangereuse. Clairement, ils joueront pour le titre et ils font partie bien évidemment des favoris.

Qualifié avec 11 points pour cette CAN, l’Algérie se présentera en Égypte avec une équipe mature. En dépit des mauvais résultats enregistrés ces dernières années dans la compétition, les Fennecs auront leur carte à jouer. Logé dans le groupe C en compagnie du Kenya, de la Tanzanie et du Sénégal, l’Algérie n’a qu’une seule envie après ses échecs de ces dernières années: monter à nouveau sur le toit de l’Afrique après 1990. Toutes les conditions sont réunies pour que cela soit une réalité.

 

Auteur
R.S.
 

Ajouter un commentaire